Search
vendredi 21 janvier 2022
  • :
  • :

Fin du projet migration à Kayes: des Cadres de concertation pour consolider les acquis

Une mission de l’Unité de Gestion du Projet d’information et de sensibilisation sur les risques et dangers de la migration irrégulière et la promotion de la libre circulation dans l’espace CEDEAO, conduite par le Dr Boulaye KEITA, Co-coordinateur national par intérim dudit projet, s’est rendue du 6 au 11 novembre 2021 à Kayes. Cette mission avait pour objectif, entre autres, de poursuivre les discussions avec les acteurs locaux et régionaux sur la mise en place des Cadres de Concertation sur la Gouvernance de la migration et l’organisation de la conférence de clôture des activités du projet Migration dans la région de Kayes.

Outre le Dr Boulaye KEITA, la délégation comprenait madame Touria CHAUGDANI, Coordinatrice Internationale ; Lasséni KONATE, responsable suivi-évaluation du Projet ; Kany KEITA, Chargée de communication et de sensibilisation du Projet ; Agaly Ag FAYAL, de la Cellule de planification et des statistiques secteur Coopération-intégration (CPS); Awa YANOGUE, Délégation générale des Maliens de l’extérieur (DGME)…
Les activités de ce projet sur la migration ont été réalisées par le Projet Migration à travers le ministère des Maliens établis à l’extérieur et de l’intégration africaine en partenariat avec l’Union Européenne et la Coopération Espagnole.
Les objectifs de cette mission étaient entre autres : échanger avec les acteurs locaux et régionaux sur la mise en place et/ou la création des Cadres de concertation régional à Kayes ; informer les acteurs et les autorités de la région de la fin du projet ; présenter le bilan des activités du projet, les acquis, les limites et les perspectives ; animer une émission télévisuelle sur les acquis du projet et les perspectives.
À Kayes, la délégation a organisé dans la salle de conférence du conseil de cercle de Kayes une rencontre avec les acteurs locaux et régionaux sur la mise en place des Cadres de concertation sur la Gouvernance de la migration à Kayes.
Cette rencontre était présidée par Bénéna MOUNKORO, Préfet du Cercle de Kayes. Il avait à ses côtés Adama A MAIGA, Conseiller aux affaires économiques et financières du Gouvernorat de Kayes. Avec les acteurs locaux et régionaux, il a été question de la mise en place et la création de Cadres de concertation autour de la migration ; la coordination des synergies d’actions pour une meilleure gestion des questions migratoires dans la région et la promotion de la collecte et le partage des données et des bonnes pratiques.
La rencontre s’est déroulée en présence d’une quarantaine de participants composés des représentants de l’administration locale et régionale, des services techniques de l’État, des élus des collectivités, des intercommunalités, de la jeunesse, des ONG, des Associations d’anciens migrants, de la CAFO, du Conseil Régional, de la Société civile, des représentants des Cadres de concertation de Bafoulabé, Yélimané et Nioro, des Médias et d’autres personnes ressources.
À l’ouverture des travaux, Mamoudou BAH, président intérimaire du Conseil de cercle de Kayes, a invité les participants à s’impliquer davantage afin que les cadres qui seront mis en place soient des entités fonctionnelles à travers la réalisation d’actes concrets, efficaces et efficients.
Pour sa part, madame Touria CHAUGDANI, Coordinatrice Internationale du Projet Migration, a remercié les participants pour leur disponibilité et réitéré la disponibilité du projet à travers le ministère des Maliens établis à l’éxtérieur pour l’accompagnement des Cadres qui seront mis en place.
À son tour, le Dr Boulaye KEITA, Coordinateur national du projet et conseiller technique au ministère des Maliens établis à l’éxtérieur et de l’intégration Africaine, a rappelé que la question de la migration était l’affaire de tous et sa gestion exige une transversalité sans faille surtout particulièrement : la sécurité, la presse et la prise en compte du genre.
« Notre pays dispose d’une politique nationale composée de sept axes. Cependant l’évaluation de cette politique a décelé quelques faiblesses ; notamment : la faible coordination entre les acteurs impliqués dans la gestion de la migration irrégulière ; l’insuffisance de partage des données nécessaires pour l’élaboration d’un plan d’action efficient et efficace ; la non identification de tous les acteurs ; la non implication des autorités administratives ; la faible implication des Conseils de Cercle », a expliqué le coordinateur du projet.
Selon lui, il est attendu des cadres qui seront mis en place d’être des outils de travail pour corriger toutes les faiblesses.
Le Dr KEITA a rassuré qu’une évaluation périodique de ces cadres permettra de mesurer leur degré de fonctionnalité mais aussi de détecter les goulots d’étranglement afin de proposer des actions correctrices.
Soulignons que les cadres de concertation ont pour objectif d’informer et sensibiliser sur les risques et dangers de la migration irrégulière ; faciliter l’insertion professionnelle des migrants potentiels et des migrants de retour; promouvoir la sécurité et la libre circulation des personnes et des biens ; appuyer et accompagner les collectivités pour la prise en compte de la dimension migratoire dans le PDESC ; favoriser une synergie d’action de toutes les structures intervenant dans la migration dans le cercle ; favoriser la réintégration des jeunes et des migrants de retour à travers la création des emplois ; suivre et évaluer toutes les actions des fonds sur la migration dans le cercle de Kayes.

PAR MODIBO KONÉ




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *