Search
samedi 21 mai 2022
  • :
  • :

Financement du PRODEFPE 2015-2017: les bailleurs promettent 67 milliards

La table ronde, tant attendue, s’est tenue, hier mercredi dans la salle des banquets du CICB sur l’épineuse question de l’emploi dont les bailleurs sont prêts à débloquer 67 milliards de FCFA pour le financement du Programme décennal de développement de la formation professionnelle pour l’emploi (PRODEFPE) dont le budget est estimé à 164 961505 000 FCFA, pour la formation de 305 319 jeunes de 2015 à 2017.

Le taux de chômage des jeunes diplômés et non diplômés au Mali a dépassé le seuil du monde imaginable. Cette situation est essentiellement due à l’épineuse question de l’inadéquation formation-emploi qui se matérialise par une absence totale de coordination entre le système éducatif qui forme les diplômés et les organisations professionnelles et patronales des entreprises qui embauchent ces diplômés.
En effet, le nombre de diplômés sans emploi au Mali est passé de 40.130 en 2008 à 95.180 en 2013, avec une capacité annuelle d’absorption moyenne de 20% du marché de l’emploi.
Cette faible absorption sur le marché de l’emploi est la principale cause de l’augmentation continue du nombre de diplômés sans emploi, sans compter les non diplômés. C’est pourquoi le Chef de l’État a inscrit l’emploi des jeunes dans son programme, assorti d’un engagement portant sur la création de 200 000 emplois pendant son premier quinquennat; ce à travers l’entrepreunariat jeunes et le développement de dispositifs de formation professionnelle devant faciliter l’insertion des jeunes formés.
Le rêve du slogan de campagne commence à être une réalité car, une table-ronde s’est tenue, hier mercredi au Centre international de conférence de Bamako sur le financement du PRODEFPE.
Cette table ronde a toute son importance pour avoir pu réunir tous les membres du gouvernement, les institutions du Mali, diverses organisations internationales accréditées dans notre pays, les secteurs clés du pays et les bailleurs de fonds.
Présidée par le Chef du gouvernement, Modibo KEITA, le PRODEFPE devra permettre la réalisation des objectifs de croissance à travers le développement des qualifications professionnelles et de compétences des ressources humaines.
Le chef de file des PTF, Paul LUMUMBA de la Banque mondiale a fait un diagnostic des maux qui minent le manque d’employabilité au Mali.
Pour lui, il s’avère que 2/3 de la population est illettrée et comment arriver avec un système éducatif qui laisse à désirer.
Par ailleurs, M. Paul LUMUMBA a fait savoir que la faible qualification des ressources humaines est un frein redoutable à l’investissement au Mali. A son avis, dans de telles conditions, il serait difficile de résorber efficacement le chômage, d’améliorer la croissance économique, la compétitivité des entreprises et espérer sur une création forte d’emplois de qualité.
En réaction à ces préoccupations, son coordinateur, Cheick Fantamady TRAORE, dans sa présentation du programme, a rappelé les missions du PRODEFPE qui consistent à mettre le développement du capital humain au cœur de ses activités, à travers des objectifs orientés/citoyens, en priorisant les filières porteuses de croissance économique.
A travers une projection d’un documentaire d’une dizaine de minutes, réalisé par le ministère de l’Emploi, M. TRAORE a fait comprendre aux participants certains aperçus de la situation socioéconomique de notre pays, ainsi que les différentes potentialités économiques du Mali.
La question de l’emploi des jeunes est l’un des problématiques de notre ère, reconnait le Premier ministre, Modibo KEITA.
Dans son intervention, il a indiqué: «Ce programme ne se contentera pas de faire le record de la quantitative mais de la qualitative, les meilleurs. Ainsi, cette table-ronde s’est tenue au lendemain de la rencontre internationale sur le processus de Bruxelles, donc, a-t-il prévenu, l’échec n’est plus permis, puisque le pays commence à retrouver la confiance des partenaires». En effet, le Chef de gouvernement n’a pas manqué de pointer le doigt sur l’existence d’un déséquilibre entre l’offre éducative et les emplois disponibles dans l’économie.
La table ronde a pris fin sur un échange entre le ministre de l’Emploi, Mahamane BABY et les hommes de média. Cet échange a permis aux journalistes d’être plus édifiés sur la mobilisation du financement du PRODEFPE qui prévoit la formation de 305 319 jeunes de 2015 à 2017 pour un coût total de 164 961505 000FCFA dont 67 milliards de FCFA vient d’être promis par les bailleurs.
Par Salimata DIOUARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *