Search
mercredi 28 juin 2017
  • :
  • :

Financements de services sociaux de base: la CAD prône la transparence

La CAD-Mali a organisé, hier jeudi, une conférence-débat à l’hôtel MASSALEY de Bamako.Cet espace dite citoyen de communication, à l’initiative, de la Coalition des alternatives, dette et développement (CAD) vise à intégrer la transparence dans les financements des services sociaux dans les domaines de l’Éducation, la santé et de l’Eau.
L’ouverture de la conférence a été présidée par le secrétaire général du ministère de la Santé et de l’hygiène publique, le Dr Moussa GUINDO, représentant le ministre Ousmane KONE, à cette cérémonie. À ses côtés,on pouvait noter la présence des représentants des différents services sociaux;celle du secrétaire général de la CAD-Mali, M. Idrissa KAMISOKO. Étaient également présents les représentants des organisations de la société civile, les partenaires nationaux et internationaux etplusieurs membres du CAD-Mali.
La conférence s’est débutée par les mots de bienvenue du secrétaire général de la CAD-Mali qui n’a pas manqué de souligner le but et l’objectif visés par cette rencontre.
Selon, M. Idrissa KAMISOKO, cet espace citoyen de communication sur les financements des services sociaux mobilisés par le gouvernement va permettre un suivi budgétaire dansles secteurs importants du développement de notre pays : l’Éducation, la Santé et d’eau…
Pour lui, ce l’espace citoyen s’inscrit dans le cadre du consortiumtransparence, suivi budgétaire et justice sociale, ainsi que de faire unéclaircissementfiable et crédible de tous les fonds reçus au sein de ces trois secteurs.
Selon M. Idrissa KAMISOKO, le financement des fonds sur les services sociaux sont et seront toujours la préoccupation des Maliens. Le rôle de CAD-Mali est de veiller sur la transparence et le suivi budgétairedes organisations sociales, économiques et culturelles de notre pays. L’objectif de cet espace est de conserver les droits des citoyens maliens dans leurs organisationset les accompagner à la recherche d’une solution durable.
Selon le secrétaire général de la CAD, tous citoyens méritent une bonne santé, une alimentation saine, un logement décent. Aussi, chaque enfant mérite-t-il une bonne éducation.
Quant au secrétaire général du ministère de la Santé et de l’hygiène publique, le Dr Moussa GUINDO,il a exprimé son enthousiasme pour cette initiative d’espace citoyen de communication sur l’état de financement des services de la santé de l’eau et de l’éducation pour la période 2012-2014.
Il pense que cet espace est l’occasion pour le gouvernement de reconnaitre toute l’importance desorganisations de la société civile pour leurs efforts importantsdans le fonctionnement de la bonne gouvernance et la démocratie du pays.
Le représentant du ministre de la Santé a également soutenu que cet espace se situe en droite ligne despréoccupations majeures du gouvernement qui se souci aussi du rétablissement de la cohésion sociale et de la concorde entre les communautés, comme mentionnéedans la feuille de route.
Le Dr Moussa GUINDO n’a pas manqué d’assurer aux participants de cet espace, le total dévouement du gouvernent pour accompagner cette initiative.
La conférence a été suivie d’un débat qui a permisaux trois présentateurs de chaquesecteur, c’est-à-dire,ceux de l’Éducation, de la Santé et d’eau, à présenter un dossier d’évaluation des financements 2012-2014.
Les financements du secteur de l’Eau ont été présentés par Issa SISSOKO qui a fait le point de la situation des différents fonds mobilisés.Selon M. SISSOKO, plus de 80 % des financements consacrés à l’eau vient de l’extérieur.
La situation du secteur de la santé a été présentée par AliouBadra KANTE, chargé de communication au ministère de la santé et de l’hygiène publique. Il a fait savoir que la plupart des financements reçus par la santé sont dépensés dans l’achat des équipements médicaux.
Par Mariama KABA(Stagiaire)




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *