Fonctionnaires de la Protection civile: la section syndicale sur pied de guerre

11

La section syndicale de la Protection civile a animé, hier jeudi, à la Bourse du travail, une conférence de presse, dont l’objectif était d’informer l’opinion publique sur l’adoption de la loi N° 2015-002 du 30 avril 2015, portant Statut des fonctionnaires de la Protection civile, adoptée par l’Assemblée nationale en janvier 2015.

Placée sous l’égide du secrétaire général de l’UNTM, Yacouba KATILE, la conférence était animée par le secrétaire général de la section syndicale de la Protection civile, le commandant Issa M. SACKO.
D’entrée de jeu, le commandant SACKO a vivement félicité et remercié le général de brigade Salif Traoré, ministre de la Sécurité et de la Protection civile d’avoir doté les agents de la Protection civile de moyens adéquats de travail.
« Depuis sa création jusqu’à nos jours, la Protection civile n’a jamais été aussi bien dotée. Qu’il en soit vivement remercié », a-t-il dit le commandant SACKO avant de déplorer les « manœuvres intentionnelles que le Directeur de ressources humaines est en train d’opérer au sujet du traitement de la grille indiciaire des fonctionnaires de la Protection civile depuis son arrivée à son poste ». En effet, a-t-il rappelé, la loi N° 2015-002 du 30 avril 2015, portant Statut des fonctionnaires de la Protection civile, adoptée par l’Assemblée nationale en janvier 2015, sous réserve de la prise en compte d’un certain nombre de recommandations formulées à l’endroit du Gouvernement par la commission des lois constitutionnelles, de la législation, de la justice, des droits de l’homme et des Institutions de la République.
Selon le conférencier SACKO, ces recommandations ont été formulées suite à une séance d’écoutes des différentes parties, notamment les représentants des syndicats et de l’administration, organisée à cet effet à l’Assemblée nationale.
Aussi, a-t-il précisé, il ressort dans le rapport des députés que le projet de loi portant modification de la loi N° 05-069 du 30 décembre 2005 devait apporter des innovations majeures saluées par les parties dont les principes sont la création d’un 4e corps, celui des Sapeurs-pompiers. En plus, cette ancienne loi prévoit un second palier d’intégration dans le corps des administrateurs pour les titulaires d’un diplôme de doctorat en Médecine ou équivalent… Cependant, les représentants des syndicats de la Protection civile ont sérieusement critiqué le projet de loi en question, à cause de son annexe I portant sur le tableau de la grille indiciaire.
Par ailleurs, rapporte-t-il, les fonctionnaires de la Protection civile considèrent que ce projet de loi est inachevé, car n’étant sous-tendu par aucune une grille indiciaire adéquate.
Dans la même lancée, a fait savoir le commandant SACKO, les syndicats ont soutenu un document ayant servi d’appui à cette loi, que la Fonction publique avait produit à l’époque, un tableau de grille indiciaire à la demande du secrétaire général du gouvernement. Ce document, précise-t-il, prévoyait l’ajout des 15 % sur les salaires de tous les agents des forces de sécurité :
« Au lieu d’opérer à l’augmentation de ces 15 % octroyés à toutes les forces de défense et de sécurité en 2012 sur ce tableau produit à la demande du secrétaire général du gouvernement, le DRH du département de Sécurité et de la protection civile n’a fait que reconduire l’ancienne grille sous prétexte de rendre formelle l’application de l’augmentation de 15 % qui était un acquis depuis 2012 », déplore le commandant SACKO. Avant de faire remarquer que le DRH n’a associé ni le syndicat, ni la Fonction publique et encore moins l’administration de la Protection civile.
Pour enfoncer le clou, le secrétaire général de la section syndicale de la Protection civile dira : « la loi n’est ni plus ni moins qu’une ancienne loi reformulée en d’autres terminologies. Pire, le DRH, à travers le département de la Sécurité et de la protection civile, vient de faire adopter en Conseil des ministres en date du mercredi 10 aout 2016 ». À son avis, ceci est une violation flagrante de la Convention C144, relative à la consultation tripartite, c’est dire gouvernement syndicat et patronat.
En tout cas, soutient le secrétaire général, le syndicat de la Protection civile estime que cette loi ne fait guère avancer les rangs de leurs agents, car elle a été adoptée sans incidence financière.
Pour lui : « Cela voudrait tout simplement dire qu’il n’y a eu aucune amélioration dans le traitement salarial des agents. Cet état a suscité la colère et l’amertume au sein de la corporation ».
Le secrétaire général et ses camarades ont déploré le fait qu’ils ont frappé à toutes les portes de leur hiérarchie pour empêcher l’adoption de cette loi en vain.
Ainsi, ils promettent d’organiser des marches pacifiques et des sit-in, si le dialogue ne réussit pas à les faire changer d’avis

Christelle KONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *