Search
jeudi 22 juin 2017
  • :
  • :

Fondation Balanzan: les pistes d’un nouveau vivre ensemble

La Fondation Balanzan pour la Gouvernance et la Stabilité, avec l’appui de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), a organisé les 9 et 10 décembre dernier, un séminaire de haut niveau, dans un hôtel de la place, sur le thème : « La Contribution  des dépositaires  des  légitimités coutumières et religieuses au processus de paix et de réconciliation national ». Les travaux ont été sanctionnés par 14 recommandations.

Ce séminaire, placé sous le Haut patronage du Président du Haut Conseil des Collectivités Territoriales, Oumarou Ag Mohamed Ibrahim HAIDARA, organisé en partenariat avec les ministères de l’Intérieur et de la Sécurité, des Affaires religieuses et des cultes, de la Réconciliation Nationale, de la Décentralisation et de la Ville, et de la Culture, a enregistré la participation des chefs coutumiers  venant de toutes les régions du Mali, les leaders  et guides religieux, les grandes familles des niamakalaw du Mali, les confréries des chasseurs, etc.

A l’issue des travaux, les participants ont rappelé le rôle prépondérant que les légitimités coutumières, religieuses et socioculturelles jouent  dans la régulation sociale ; la faible implication des légitimités  coutumières ; religieuses et socioculturelles dans la recherche de solutions aux crises répétitives ; la  disponibilité  permanente des légitimités coutumières ; religieuses et socioculturelles ;  la lassitude des populations  et leur attente d’une solution durable de la crise  en cours ; le dialogue a toujours été un socle et un ciment de la société malienne.

Quant aux recommandations, elles ont porté sur : la reconnaissance officielle du rôle et de la place des légitimités, coutumières, religieuses et socioculturelles ; l’implication systématique de ces légitimités dans les recherches de solutions aux crises ; la  requête auprès des autorités compétentes relative à la mise en mission immédiate de ces légitimités auprès des acteurs ; la  mise à disposition de moyens par les pouvoirs publics et les partenaires techniques et financiers du Mali aux fins de donner une suite à l’organisation d’un forum des chefs coutumiers ; l’engagement de toutes les parties prenantes dans un dialogue franc, sincère et inclusif prenant en compte toutes les sensibilités de la nation en vue de l’accompagnement du processus d’Alger ; la  prise en compte dans la grille des medias publics et privés d’un espace dédié aux légitimités  coutumières, religieuses,  socioculturelles et numériques ; l’activation d’un mécanisme de réarmement moral des forces armées  et de sécurité  et la culture de la citoyenneté à tous les niveaux ; l’analyse et l’exploitation des leçons tirées du passé pour mieux préparer l’avenir.

Le séminaire a également recommandé : le renforcement de la conciliation comme mécanisme alternatif de règlement des conflits d’ordre civil et commercial ; la  revalorisation des écoles traditionnelles de formation telles que l’Institut Ahmed Baba, Kela, le Sigui, etc ; la  mise en place d’un observatoire national de la PAIX ; l’élaboration d’un guide  sur  le rôle des chefs coutumiers et le renforcement de leurs capacités ; la  remise de la présente déclaration aux autorités compétentes et aux PTF par l’entremise des communicateurs traditionnels ; la mise en place d’un mécanisme de suivi évaluation et de redevabilité.

Le président de la Fondation Balanzan pour la Gouvernance et la Stabilité, Moussa Makan CAMARA, a axé son discours de clôture sur trois points.

Le premier a porté sur les remerciements, notamment au Président du Haut conseil des collectivités, Oumarou Ag Mohamed Ibrahim HAIDARA.

Le deuxième point concernait un constat, celui d’un climat de franche collaboration et d’écoute mutuelle qui a prévalu durant les deux jours de travaux, prouvant qu’il est toujours possible de s’entendre sur l’essentiel.

Le troisième point est un engagement que le président a pris en son nom et à celui de l’ensemble des participants à diffuser les résultats des travaux partout où cela serait possible.

Le Pr Ali Nouhoun DIALLO a aussi exhorté les participants à mettre à profit leurs tribunes pour partager au maximum ces mêmes résultats.

Au nom des grandes familles des ‘’niamakalaw’’, le Dr Mamadou Fanta SIMEGA a dit merci au président CAMARA et imploré le Tout Puissant pour qu’il couvre de sa félicité sa Fondation et qu’elle aille toujours de l’avant.

La boucle a été bouclée par les bénédictions des représentants du Haut conseil islamique et des Eglises.

Par Bertin DAKOUO

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *