Search
samedi 18 novembre 2017
  • :
  • :

Fonds français Muskoka dans la région de Sikasso: a l’heure de l’évaluation des impacts sur le terrain

Le Centre national d’information, d’éducation et de communication pour la santé (CNIECS), en collaboration avec les autorités de la région de Sikasso, organise, du 13 au 19 novembre, un voyage de presse dans les cercles de Sikasso, Bougouni et Koutiala pour constater de visu les réalisations 2017 du fonds français Muskoka (FFM). Cette visite de terrain est l’occasion pour les journalistes de faire des constats et d’échanger avec les responsables des centres de santé bénéficiaires du fonds Muskoka ; les autorités locales et les populations sur l’impact de cet appui français.

L’objectif de ce voyage de presse, pour s’enquérir des réalisations du fonds français Muskoka 2017, est de contribuer à la documentation de la mise en œuvre des interventions par le FFM dans la région de Sikasso en vue de la médiatisation et la visibilité des produits. Les visites guidées seront l’occasion pour les journalistes d’interviewer les acteurs et les bénéficiaires de l’initiative Muskoka. Aussi, des conférences de presse seront organisées avec les responsables des programmes et les autorités politiques et administratives.
En effet, dans le souci de réduire la mortalité maternelle, infantile et néonatale, notre pays bénéficie des fonds du gouvernement Français dans le cadre d’initiative Muskoka.
La première phase a commencé en novembre 2011 par l’élaboration d’un plan conjoint de mise en œuvre dont l’opérationnalisation a débuté en 2012. Durant les 5 années écoulées, le fonds français Muskoka a contribué au financement des activités portant sur les ressources humaines en santé ; la dotation en matériels, équipements et intrants et la lutte contre les VBG.
L’évaluation à mi-parcours, à travers les missions de suivi sur le terrain et les missions d’appui du comité technique, a permis de recenser certaines insuffisances. Celles-ci ont comme noms : le déficit de communication et la faible visibilité des interventions, soutenues par les quatre agences des Nations unies partenaires pour l’exécution des fonds (OMS, UNFPA, UNICEF et ONU Femmes).
Il est à noter qu’en dépit des insuffisances, des résultats encourageants ont été enregistrés pendant les cinq premières années de mise en œuvre. Ainsi, pour renforcer et consolider les acquis, le ministère de la Santé et de l’hygiène publique a négocié et obtenu la prolongation de la subvention pour une année supplémentaire 2017.
Pour ce faire, le département de la Santé et les agences partenaires ont convenu de concentrer la mise en œuvre des interventions dans trois districts de Sikasso (Bougouni, Koutiala et Sikasso). Ce, à travers des activités d’appui institutionnel au niveau central mettant l’accent sur la communication et la visibilité des actions sur le terrain.

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *