Search
mercredi 16 août 2017
  • :
  • :

Formation en droit international pénal: un bonus pour les acteurs du domaine

En prélude à la session de formation sur le Droit international pénal, prévue, du 23 au 28 février prochain, à l’École du maintien de la paix (EMP) de Bamako, la Fondation Friedrich Nauman pour la liberté (FNF) ; l’Institut international des droits de l’homme (IIDH), ainsi que la Division des Droits de l’homme de la MINUSMA, en partenariat avec le Parti citoyen pour le renouveau (PCR), ont animé, le lundi dernier, au siège du parti, un point de presse, focalisé sur les objectifs et le déroulement de l’évènement.

Placée sous l’égide du président du PCR, Ousmane Ben Fana TRAORE, la conférence était animée par les représentants de la Fondation Friedrich Naumann pour la liberté, M.CISSE et de la MINUSMA (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations-unies au Mali. On y notait aussi la présence de plusieurs responsables du parti PCR.
Selon le représentant de la Fondation, il s’agit, à travers l’organisation de cette session de formation en Droit international pénal (DIP) d’outiller les acteurs du domaine pour un bon management de la période post-conflictuelle, avec surtout une meilleure prise en charge des libertés et des droits fondamentaux des citoyens; et le renforcement de l’État de droit et de la culture démocratique au Mali.
Pour lui, le projet vise à créer un cadre d’échanges, de dialogue et de réflexions pour l’émergence d’une nouvelle citoyenneté qui repose sur l’égalité en droit et en devoir, mais surtout devant la loi dans un État de droit fonctionnel.
La session, a précisé M.CISSE, s’articule autour d’une série de modules, d’exercices, de cas pratiques et des simulations.
De l’avis de ses initiateurs, l’objectif de la session de Bamako est d’offrir à un public francophone, originaire de la zone sahélo-saharienne et issu de la famille judiciaire, des organisations de droits de l’homme et des forces de l’ordre, ainsi qu’aux officiels gouvernementaux, l’accès à un enseignement d’excellence dans le domaine du Droit international pénal et des Droits de l’homme ; et de contribuer à la promotion de ces derniers dans le cadre des institutions nationales des États et leurs juridictions.
Le programme de formation vise à renforcer chez les participants, une compréhension commune tant des nouveaux défis qui affectent la protection internationale des droits de l’homme que des actions qui permettent un renforcement des mécanismes de protection en faveur de ceux-ci.
Aussi, est-il convaincu, cette session contribuera au renforcement de l’État de droit en Afrique. Car, le renforcement des réflexes juridiques, ainsi que la connaissance des instruments juridiques internationaux permettent une meilleure appréhension et une appropriation des droits de l’homme par les groupes ciblés, condition indispensable à la pleine jouissance de ces droits par tous.
Cette session de formation est destinée aux magistrats, avocats, greffiers et autres membres de la famille judiciaire, aux officiels gouvernementaux, aux forces de l’ordre (armée, gendarmerie, police) aux ONG de défense des droits de l’homme, des acteurs de la société civile, des chercheurs spécialisés.
Cependant, sa participation requiert des conditions qu’il faut remplir: être titulaire d’un diplôme sanctionnant au moins quatre années d’études universitaires ou d’un titre équivalent; justifier d’une expérience approfondie dans le domaine des droits de l’homme; et maîtriser la langue française, orale et écrite.
En plus, faudrait-il s’acquitter des frais d’inscription qui sont fixés à 65 595 FCFA, y compris le déjeuner quotidien et la pause-café.
Par ailleurs, l’admission des candidats se fera à la suite du dépôt des dossiers, dont la date limite est fixée, au 4 février 2015. Pour ce faire, les candidats peuvent postuler online sur le site de l’IIDH, ou envoyer leurs dossiers de candidature (formulaire rempli et CV) par courriel à inscription@iidh.org (mentionner l’objet Bamako).
La sélection des candidats se fera sur examen des dossiers par un comité d’admission, sous la supervision du secrétaire général de l’IIDH.
Pour sa part, Ousmane Ben Fana TRAORE a félicité la Fondation Friedrich Nauman pour la liberté qui ne cesse de soutenir les partis libéraux, dont le PCR est membre.
Selon le président du PCR, cette session constitue une opportunité qui contribuera au renforcement des capacités des défenseurs des droits de l’homme dans notre pays, par ricochet le développement du Mali en ce temps de crise.
Aussi, a-t-il indiqué, en Afrique, cette fondation aide à la consolidation du processus de démocratisation, au renforcement des capacités des structures et leaders politiques, des structures d’économie de marché et des principes d’État de droit. Un objectif qui cadre avec les besoins du pays.
Pour rappel: la Fondation Friedrich Naumann pour la liberté (FNF) est une Fondation politique allemande, créée en 1958, qui fait partie de la coopération internationale de la république fédérale Allemande et est présente dans plus 60 pays, à travers le monde, dont 7 en Afrique au Sud Sahara.
Par Sékou CAMARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *