Search
samedi 23 juin 2018
  • :
  • :

Formation professionnelle et de la création d’emplois: IBK à l’écoute de la jeunesse malienne

Le Président de la République, Ibrahim Boubacar Keita, a reçu le 5 mai 2018 à Koulouba plus de 500 jeunes ayant pris part au Forum de réflexion sur la promotion de l’emploi des jeunes, qui s’est tenu à Bamako. Dialogue direct autour des préoccupations de l’heure, les discussions entre le maître des lieux et ses hôtes ont tourné essentiellement sur le renforcement de la formation professionnelle et de la création d’emplois des jeunes.

Le Président IBK à l’écoute mais surtout en phase avec sa jeunesse : les jeunes du Mali toute obédience confondue ainsi que ceux de la diaspora. C’est du moins cette grille de lecture qu’il faut donner à l’audience qu’il a accordée, samedi dans la Salle des Banquets du Palais présidentiel de Koulouba, à plus 500 jeunes ayant pris part au Forum de réflexion sur la promotion de l’emploi des jeunes qui s’est tenu au Palais des Sports Salamata Maïga de Bamako.
Véritable cadre de dialogue, du donner et du recevoir, le tout sur fond de pédagogie développée par le chef de l’Etat, autour d’une préoccupation d’ordre national, cette rencontre d’espoir et d’attente des jeunes face à leur avenir et le devenir du pays, aura comblé toutes les espérances placés en elle. Puisqu’elle a permis à la jeunesse malienne de prendre conscience de son rôle et de sa place dans l’édification d’un Mali prospère, mais surtout au locataire de Koulouba de se rendre compte du désir ardent de sa jeunesse de prendre son propre destin en main.
En tout cas, issus des organisations de la société civile, d’associations de jeunesse et de femmes, et les leaders d’opinion au Mali, et conduits à la rencontre par Mohamed Macky Bah, président du Comité de suivi des recommandations du Forum, et Souleymane Satigui Sidibé, président du Conseil national de la jeunesse du Mali, ces jeunes étaient venus faire au Président IBK le point des recommandations formulées par le Forum.
Ils ont également remis au Chef de l’Etat la Déclaration du Forum qui se voulait un cadre d’échanges sur les stratégies complémentaires aux efforts des pouvoirs publics pour créer les conditions propices à la création d’emplois et l’acquisition de compétences pour les jeunes, avec l’implication active des acteurs de la société civile et des leaders religieux.
Tous, qu’ils soient issus du secteur public ou du secteur privé, ont plaidé pour le renforcement de la formation professionnelle et la création d’emplois, gages de cohésion sociale et de paix au Mali.
Ouvrant la séquence des interventions, le président du Comité de suivi des recommandations du Forum a planté le décor en estimant que cette rencontre se veut d’abord le déclic d’une prise de conscience de la jeunesse d’être le maître de son propre destin, et ensuite dénote de leur volonté de contribuer et d’accompagner les hautes autorités du pays, aux premiers rangs desquels : le Président IBK dans l’accomplissement de sa noble et exaltante mission.
Si Mohamed Macky Bah a salué le chef de l’Etat et son gouvernement pour tous les efforts déployés dans la création de l’emploi des jeunes, le président de l’Union des jeunes musulmans du Mali a centré ses interventions sur le renforcement de la formation professionnelle, la problématique de l’employabilité des jeunes arabophones dont les attentes demeurent encore grandes au regard des flux de cette catégorie de jeunes sur le marché du travail et aux difficultés d’insertion.
En outre, le patron de l’UJMA a également plaidé auprès du chef de l’Etat une autre préoccupation majeure relative aux souffrances des 500 enseignants arabophones dont les salaires sont gelés depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi.

« La jeunesse ne demande pas l’impossible, mais juste l’indispensable. C’est-à-dire des offres d’emplois, de vraies conditions d’acquisition du savoir scolaire et universitaire, aussi et surtout une éducation citoyenne assez efficace pour permettre à chaque jeune de se rendre employable, comme stipulé dans les recommandations du Forum déclinées en plan d’actions ». C’est en ces termes que le président du Conseil national de la jeunesse s’est adressé au Président IBK en présence du Premier ministre, Soumeylou Boubeye Maiga, et des ministres de l’Emploi et de la Jeunesse.
Rappelant avec fierté et dignité que les jeunes du Mali sont capables de produire des merveilles, parce que n’étant point en pénurie, d’engagement, de mobilisation, de créativité, d’innovations, de projets, mais plutôt dotée d’intelligence, acquise ou innée et de capacité d’analyse et de jugement, il a exhorté les autorités à saisir cette chance pour transformer ses préoccupations en bateaux d’avenir, à la conquête d’un emploi décent et pérenne, justement rémunéré.
En entendant, la grande satisfaction des jeunes dans le chapitre des réalisations du Président IBK qui résident dans la construction du Palais des Pionniers du Mali à Dianéguela en Commune VI du District de Bamako ; la réalisation des Maisons des Jeunes dans toutes les capitales régionales ; la réhabilitation du Camp de Jeunesse de Soufouroulaye aux normes internationales qui fait de ce Centre, le 2ème en Afrique de l’ouest après celui de Porto-Novo au Bénin.
En plus de ces efforts louables, Souleymane Satigui Sidibé a sollicité, auprès du Président de la république, la création d’un fonds d’autonomisation de la jeunesse qui lui permettra de contribuer à la création de richesses et au progrès socioéconomique de notre pays.
Autres doléances des jeunes du Mali : la création de la Cité agricole de la jeunesse en zone Office du Niger et d’autres zones à fortes potentialités de production agricole à travers la mise à disposition de 100.000 hectares dont 1.000 aménagés aux fins d’y installer 300 jeunes d’ici à la fin de l’année en cours.
Après avoir écouté les deux responsables des jeunes, le Président IBK, tout heureux de voir la jeunesse malienne lui reconnaître ses mérites, a sans aucune démagogie et sans calcul politicien, promis d’accorder une diligence particulière à certaines préoccupations et doléances soulevées par les représentants des jeunes et ce, dans la limite des possibilités du gouvernement.
Cependant, sans faire un bilan des réalisations en matière de création d’emplois des jeunes sous son magistère, le maître des lieux a évoqué certains efforts dans ce domaine notamment l’allocation d’un budget de 38 milliards de FCFA à l’Agence pour la promotion de l’emploi jeunes (APEJ) ou encore la mise à disposition d’un montant de 37 milliards de nos francs dans le cadre du projet de développement des compétences et l’emploi des jeunes.
Aussi, durant ces quatre dernières années, ce sont 8 000 jeunes qui ont bénéficié des kits en plus de 300 000 FCFA en guise de fond de démarrage de leurs projets. Sans compter que d’autres projets sont créés ou en cours de création dans le cadre du Programme présidentiel d’urgences sociales.
De la révélation faite par le Président IBK, toutes ces initiatives ont permis la création de 252 313 emplois du 20 septembre 2013 au 31 mars 2017. Ce qui dépasse largement, s’est-il félicité, sa promesse de 200 000 emplois.
Pour autant, le locataire de Koulouba n’entend pas s’arrêter en si bon chemin. Voilà pourquoi il s’est engagé à aménager, dans les deux prochaines années, 3 500 hectares dans le cadre de nouveaux villages agricoles.

Par Mohamed D. DIAWARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *