Search
mardi 21 novembre 2017
  • :
  • :

Formation sur l’approche HIMO: 50 jeunes à l’école de l’APEJ

L’Agence pour la promotion de l’emploi des jeunes (APEJ) a initié, hier mercredi au Centre de formation pour le développement (CFD), une session de formation de 50 jeunes sur l’approche HIMO (Haute intensité de main d’œuvre), à travers surtout les techniques de reboisement et la préparation des dossiers de soumission.

La cérémonie d’ouverture de cette formation de 2 jours était présidée par le ministre de l’Emploi et de la formation professionnelle, Maouloud Ben KATTRA ; en présence du DGA de l’APEJ, Mahamadou FOFANA ; du chef de cabinet du ministère de la Décentralisation et de la fiscalité locale…
La formation porte sur les techniques de reboisement et la préparation des dossiers de soumission.
Pour le porte-parole des bénéficiaires, Adama N’Golo TRAORE, cette formation vient à point nommé, car elle va permettre aux techniciens et ingénieurs qu’ils sont de renforcer leurs connaissances sur l’approche HIMO.
Aussi, a-t-il noté, cette formation permettra d’améliorer la qualité des infrastructures. Au fait, le jeune TRAORE a appelé ses collègues à plus d’assiduité et avec beaucoup d’intérêt cette formation qui, à son avis, est un outil précieux mis à leur disposition.
Selon le ministre Maouloud Ben KATTRA, la problématique de l’emploi en général et celui des jeunes en particulier a été et reste l’épicentre des préoccupations majeures des autorités de notre pays.
Ainsi, a-t-il rappelé, le PEJ II dans sa composante I « Renforcement de l’employabilité des jeunes » fait de l’organisation des chantiers école HIMO son 2è axe stratégique.
Aussi, a-t-il rappelé, ces dernières années, de nombreux efforts ont été consentis par le gouvernement pour permettre la réalisation des chantiers école HIMO à travers le pays.
«Les projets HIMO ont cet avantage de s’implanter plus facilement dans un contexte qui bénéficie du soutien de personnes sensibilisées à l’approche et qui bénéficient des appuis en formation », a-t-il soutenu.
Le ministre Ben KATTRA a expliqué que son département ne crée pas d’emploi, mais réunit les conditions de la création d’emplois.
Par ailleurs, il a fait savoir que les techniques qui seront enseignées aux jeunes leur permettront de se prendre en charge à défaut de la Fonction publique en faisant appel à d’autres jeunes.
Le ministre de l’Emploi et de la formation professionnelle a saisi l’occasion pour dire à que ceux qui contestent leurs chiffres sont libres de se présenter aux comptoirs de ceux-là qui donnent officiellement les chiffres.
«Nous n’avons aucune raison à ce stade de responsabilité de mentir aux Maliens et Maliennes », a-t-il rassuré.
Il s’est dit conscient qu’au même moment où des emplois sont offerts à des milliers de jeunes, d’autres es milliers de jeunes cherchent encore la même chose. Ce qui le fait dire que c’est un cycle perpétuel qui ne s’arrête pas.
«Autant vous avez une ambition, un objectif de réaliser tel nombre d’emplois pendant un temps donné, au même moment, vous devez mettre en tête que d’autres frapperont toujours à la porte de l’emploi », a fait comprendre le ministre de l’Emploi.
Il a tenu à faire savoir que son département et les structures dédiées à la promotion de l’emploi ont rencontré le Mouvement des chômeurs du Mali.
Selon le ministre Ben KATTRA, à la faveur d’une grande rencontre au gouvernorat, les opportunités des structures qui créent l’emploi ont été bien expliquées aux jeunes chômeurs.
Les jeunes diplômés ont été également sensibilisés sur la possibilité de les reconvertir pour qu’ils puissent être installés à leur propre compte par groupe.
« On nous répond en disant que des milliers de jeunes cherchent encore du travail. Nous sommes conscients qu’ils sont des milliers, mais qu’on reconnaisse au moins que pendant cette période ce que nous avons promis, nous allons l’atteindre. Nous ne parlons pas au micro pour plaire ni à X ou à Y, nous respectons tous de même la vitalité de la démocratie de notre pays», dira le ministre Ben KATTRA. Et d’ajouter que ceux qui marchent, ceux qui font des affiches font un exercice démocratique.
Enfin, a-t-il a rassuré, les portes de son département restent ouvertes à tous ceux qui souhaitent venir discuter de la problématique de l’emploi pour faire avancer notre pays.

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *