Forum de la Diaspora de Koniakary: le diagnostic et les remèdes !

9

Organisé par l’Association ‘’Enndam Jombuku’’, le Forum de la diaspora de Koniakary (région et cercle de Kayes) s’est tenu du 12 au 14 août dernier, sur le thème : « Rôle et place des migrants dans le développement local de la Commune urbaine de Koniakary ».

La cérémonie d’ouverture, placée pour sous le haut patronage du ministre des Maliens de l’extérieur, Dr Abdourhamane Sylla, a eu lieu au siège du Conseil national du patronat du Mali (CNPM), sis à Hamdallaye ACI 2000, le vendredi dernier, dans l’après-midi. C’était en présence des délégués des sections ‘’Enndam Jombuku’’ de France, du Gabon, du Sénégal, de Côte-d’Ivoire, du Congo-Brazzaville, d’Angola, des Etats Unis d’Amérique. Il faut mentionner les présences de El Hadj Mamadou SALL et de El Hadj Mamadou Boulo SALL, représentant la section ‘’Enndam Jombuku’’ de Tamba Counda, au Sénégal.
De l’intérieur du pays, les délégués sont venus de Ségou, Sikasso, Kita, Kéniéba, Koniakary…
Pour le président, Abdramane DEM dit Mahi, l’organisation de ce forum est une opportunité, d’une part, pour jeter un regard critique et partagé sur le parcours de l’Association ; identifier les insuffisances ; trouver les ressorts nécessaires pour sa redynamisation ; et d’autre part, s’accorder sur les programmes et les plans d’actions de développement de la commune urbaine de Koniakary et définir les modalités de leur mise en œuvre.
Parlant du parcours de l’Association ‘’Enndam Jombuku, son président a fait savoir qu’il a été marqué par des hauts et des bas.
En ce qui est des hauts, il a d’abord salué l’union et la solidarité, la fraternité, l’entraide entre tous les fils de Koniakary et environs. Ensuite, il a évoqué toutes les initiatives, les projets, les réalisations dans tous les secteurs de base au bénéfice des populations. Il a noté, avec satisfaction, qu’avec l’avènement de ‘’Enndam Jobuku’’ Koniakary a changé de physionomie avec ses infrastructures sanitaires, éducatives, hydrauliques, touristiques, culturelles et bien d’autres, apportant le mieux-être aux populations.
L’Association a aussi connu des bas. A cet effet, Abdramane DEM dit Mahi a cité le détachement regrettable de leurs frères des villages environnants ; les crises inhérentes à toute organisation ; les pertes d’enthousiasme ; les crises de confiance ; les disparités dans les priorités ; les déficits de communication…
Le président a salué l’ensemble des participants dont la présence est la preuve de leur attachement à leur association portée sur les fonts baptismaux en 1989, mais surtout à leur terroir, à savoir Koniakary.
Le représentant du président de la commission d’organisation de la Ziyara de Koniakary, M. SALL, a évoqué l’existence de problèmes réels qu’il faut analyser pour y apporter les solutions requises.
Aussi, a-t-il assuré, la détermination de l’Association est d’autant plus grande qu’elle ne peut qu’aller de l’avant.
Pour lui, la donne est claire : il n’y a aucun droit à se reposer sur ses lauriers. Au contraire, il faut aujourd’hui travailler plus que par le passé pour faire avancer l’Association.
Le maire de la commune de Koniakary, Bassirou Moussa BANE, a soutenu que l’évolution de la commune de Koniakary est marquée par le soutien de ses fils résidants partout dans le monde. Il se matérialise, a-t-il poursuivi, par le soutien aux familles pour la prise en charge des besoins de première nécessité et une contribution de taille pour le développement de la commune, à travers la réalisation d’infrastructures permettant aux populations d’accéder au plus près des services sociaux de base.
M. BANE a salué les migrants de Koniakary dont l’engagement a permis à la commune de devenir la première commune nationale, en 2010, et successivement première régionale et du cercle.
L’élu local a souligné l’importance, dans le contexte actuel, de mettre en place des stratégies pour la valorisation et la consolidation des acquis.
Le chef de cabinet, représentant le ministre des Maliens de l’extérieur, Moussa Aliou KONE, a mis en évidence les préoccupations de tout État face aux questions de migration. « Autant la migration est une opportunité de développement des régions de départ, en termes de transferts de fonds, d’entretien des familles, de réalisation d’infrastructures ; autant, elle est un problème au regard de tous les drames qui l’accompagnent », a-t-il affirmé.
M. KONE a parlé de certains défis, qui portent sur la migration en elle-même, mais aussi sur la nécessité de réorienter les revenus vers les secteurs productifs.
Il a invité à un changement de comportement par rapport à la migration, en l’occurrence la migration irrégulière qui mène à l’impasse pour laquelle il a sollicité l’appui de l’Association pour la combattre.
Après avoir fait savoir que la rencontre s’inscrit dans le cadre de la Politique nationale de migration, M. KONE a assuré ‘’Enndam Jombuku’’ de l’indéfectible soutien du Gouvernement.

Par Bertin DAKOUO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *