Search
samedi 15 décembre 2018
  • :
  • :

Forum national sur la sécurité routière: les 5 thématiques développées à Sikasso

En marge de la célébration de la 14e édition de la Semaine nationale de la sécurité routière, du 30 octobre au 3 novembre dernier, à Sikasso, qui avait pour thème : « Tous ensemble pour combattre l’insécurité routière », s’est tenu les 30 et 31 octobre 2017, un Forum national sur la sécurité routière, dans la salle de conférence de l’hôtel du Cinquantenaire de Sikasso.

À l’issue dudit Forum, d’importantes recommandations portant sur les 5 thématiques ont été formulées par les participants en vue de lutter efficacement contre l’insécurité routière dans notre pays devenu un véritable problème de santé publique.
Organisé par le ministère des Transports, avec l’appui du Comité national de sécurité routière, le Forum national de Sikasso a regroupé environ 150 participants venus du District de Bamako et de toutes les régions administratives du pays, notamment les acteurs de la sécurité routière, les membres de la société civile, ainsi que les leaders d’opinion.
Après la cérémonie d’ouverture de l’événement, présidée par le Secrétaire général du ministère des Transports, Sina SANOGO, en présence des autorités administratives et politiques de la région de Sikasso, les participants ont été répartis dans 3 ateliers thématiques sur la base des 5 piliers de la décennie d’action de la sécurité routière 2011 — 2020.

Le Forum
Ainsi, l’atelier 1, présidé par Mme Marie Claire DEMBELE, Conseillère aux affaires économiques et financières du Gouverneur de Sikasso, a traité le pilier 1 (gestion de la sécurité routière) et le pilier 4 (sécurité des usagers de la route).
Quant à l’atelier 2, dirigé par Julien DAKOUO, directeur régional des routes de Sikasso, a traité le pilier 2 (sécurité des routes et mobilité) et le pilier 3 (sécurité des véhicules).
Enfin, l’atelier 3 entièrement consacré au pilier 5 (soins post-accidents) était conduit par le Dr Abdoulaye GUINDO de la Direction nationale de la Santé.
Ainsi, après deux jours de travaux en atelier, les participants du forum national sur la sécurité routière ont formulé des actions à réaliser et des recommandations à mettre en œuvre.

Gestion de la sécurité routière
Au titre du pilier I, (Gestion de la sécurité routière), il a été recensé un certain nombre d’actions à réaliser en vue d’une meilleure gestion de la sécurité routière dans notre pays, à savoir : l’élaboration d’une politique nationale, d’une stratégie, assorties d’un plan d’actions de sécurité routière ; la mise en place d’un fonds autonome de sécurité routière ; la formation et le recyclage des acteurs chargés de la sécurité routière ; la relecture du décret portant création du Comité national de sécurité routière ; la mise en place des Comités régionaux de sécurité routière ; la mise en place d’une coordination nationale des associations et ONG de sécurité routière ; l’amélioration de la Base de données sur les accidents de la circulation routière.
Pour ce faire, ils recommandent, entre autres, qu’il soit prévu dans les Programme de développement économique, social et culturel (PDSEC) des communes la vulgarisation des questions de sécurité routière à travers les médias locaux ; mettre à profit les nouvelles technologies de l’information et de la communication pour la sensibilisation des usagers de la route ; instituer des journées de prêches dans les lieux de culte, notamment les vendredis pour les musulmans et les dimanches pour les chrétiens.

Sécurité des routes et mobilité
Au titre du pilier II (Sécurité des routes et mobilité) il a été recommandé l’accélération de la mise en place de l’allocation d’un pourcentage du budget des travaux routiers à la sécurité routière ; l’aménagement diligent des points accentogènes répertoriés ; ériger les ralentisseurs dans les normes et démolir systématiquement tous ceux qui sont en dehors des normes ; libérer et protéger les emprises des routes ; renforcer le système d’enlèvement des véhicules en panne sur les routes ; renforcer les capacités des agents du centre de régulation du trafic ; délocaliser ou délimiter les marchés entravant les voies publiques et installer la police des marchés sur l’ensemble du territoire, etc.

Sécurité des véhicules
En ce qui concerne le pilier III (Sécurité des véhicules) les participants recommandent un texte limitant l’âge des véhicules importés à 5 ans ; le renforcement du système de contrôle technique des véhicules à travers la modernisation des centres secondaires ; équiper les véhicules de transport de marchandises en système de géolocalisation ; exiger la ceinture de sécurité sur tous les véhicules avant la mise en circulation ; prendre un texte pour interdire l’importation et la vente des pneus usagers et réchappés.

Sécurité des usagers de la route
Quant au titre du pilier IV (Sécurité des usagers de la route) les recommandations sont, entre autres : la poursuite de l’enseignement des modules d’éducation à la sécurité routière au niveau de l’Enseignement primaire, fondamental et secondaire ;
la vulgarisation du Code de la route traduit en langues nationales ; l’organisation de campagnes sur les facteurs de risque (port de casque de protection, port de ceinture de sécurité, vitesse excessive, conduite en état d’ébriété, surcharge, surnombre, transport mixte, mauvais dépassement…) ; la publication semestrielle par voie de réseaux sociaux, de presses publique et privée des statistiques d’accidents ; la pérennisation de la semaine nationale de sécurité, des journées nationales de courtoisie sur la route et de souvenir aux victimes de la route ; l’organisation bisannuelle du Forum régional de sécurité routière pour le transfert de connaissance ; le renforcement de capacités des agents verbalisateurs et du personnel de la justice sur les infractions aux règles de la circulation routière ; l’intensification de la sanction relative à l’usage du téléphone portable tenu en main pendant la conduite ; la dynamisation du système de retrait et de suspension de permis de conduire ; l’intensification des contrôles routiers inopinés ; la dotation des forces de sécurité d’appareils de contrôle (alcool, stupéfiants, vitesse) et de communication (postes émetteurs et récepteurs).
Aussi, ont-ils formulé d’autres recommandations, notamment, rehausser le taux des amendes forfaitaires ; rendre fonctionnelle la commission de retrait et de suspension de permis de conduire, etc.

Soins post-accidents
Enfin, au titre du pilier V (Soins post-accidents) les recommandations formulées par les participants sont : former les populations riveraines des routes sur la pratique des gestes de secours ; médicaliser le transport des victimes d’accidents de la route ; relire les textes pour exiger la présentation d’une attestation de secourisme dans le cadre de l’obtention du Permis de conduire professionnel ; renforcer le plateau technique des services médicaux d’accueil des victimes d’accidents de la route.
La recommandation spéciale formulée par le Forum est relative à la mise en place d’un Comité de suivi de l’état de mise en œuvre de l’ensemble des recommandations.

Par Sékou CAMARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *