Search
dimanche 19 septembre 2021
  • :
  • :

Fuite des sujets du BAC: les candidats se régalent !

Les épreuves du Baccalauréat malien ont démarré lundi dernier. Même si la particularité de cette année reste le boycott des enseignants de la synergie, force est de constater qu’il y a un fait qui est toujours au rendez-vous depuis des années. Il s’agit de la polémique relative à la fuite des sujets. Malgré les mises en garde des autorités à ce sujet, force est de constater, si on en croit les internautes, que les sujets ont fuités avant les épreuves. Sur la toile, on ironise la situation en ces termes : « Fuite des sujets du BAC : les élèves se régalent’’. En tout cas, les enseignants grévistes semblent se réjouir de cette situation qu’ils expliquent par leur absence dans les salles. Un argument qui semble avoir du mal à convaincre sur la toile, où beaucoup de personnes pensent que ce n’est pas un fait nouveau. C’est le débat de votre Facebookan du jour.

Collectif des enseignants du MALI «CEM» : URGENT : Fuite des sujets des épreuves écrites pour l’obtention du diplôme de baccalauréat malien session d’Août 2021. Les sujets sont dans la nature.
Les élèves se régalent…
NB : Certaines épreuves écrites sont terminées. Les élèves en possession des sujets et leurs réponses sont très heureux car les chevaux sont tous venus dans l’ordre.
Exemple :
– L’épreuve écrite de la géographie des séries Terminales «Sciences Sociales» TSS et Terminale «Sciences Économiques» TSECO qui vient de terminer, était dans la nature… Elle est restée inchangée.
– L’épreuve écrite de philosophie de la série TSS était également dans la nature… Elle est restée inchangée.
– Dans certains centres de la série Terminale «Lettres et Langues» TLL, l’épreuve de ce matin qui devrait commencer à 8 heures, à 10 heures les candidats étaient dehors à l’attente des sujets…
À faire à suivre «CEM»

Moussa Mdgk Kouyate : chaque année, c’est la même chose, ça n’a pas commencé cette année, arrêtez de dénigrer ce pays. Si les examens ont été comme ça vous êtes aussi responsables. On comprend votre lutte, mais cela ne doit pas aller jusqu’à mettre l’avenir de ces enfants en jeu quand ils auront dignement leurs examens.

Nouhoum Diarra : est-ce que tu es enseignant ? Si tu es enseignant, tu es enseignant de la rue, tu écris comme un bon élève de la 5è année, qui écrit en linguistique, tu es un enseignant de Mali Koro. tu n as pas ta place dans le Mali koura …

Hamed Baba : c’est une tradition au Mali, au moment où vous étiez parmi les surveillants, et ça va continuer sans vous donc laissez-nous tranquille.

FG Lüxkid Baws : personnellement, en tant que candidat je trouve que ce n’est pas en criant sur les toits que cela va changer quelque chose. Ça a toujours été avec ou sans les enseignants du public. Mais n’oubliez aussi pas qu’il y a des candidats qui bossent nuits et jours pour avoir leur examen «Anw kana bai boukô béré kelen na»

Vladimir Poutine : bien avant cette bavure des enseignants, les sujets ont toujours fait l’objet de fuite au Mali. S’il vous plaît ! Arrêtez de dénigrer ce dont vous les enseignants constituez l’un des acteurs principaux pour sa refondation. La lutte est noble, mais non à une lutte sans fin. Je vous laisse imaginer la suite. Vous oubliez que cette page n’est pas visible au Mali seulement…mais plutôt dans le monde entier.
Tôt ou tard, vous reviendrez enseigner ces mêmes classes dans ce même pays que vous bafouillez au tant aujourd’hui. De grâce ne laissez pas votre colère précédée vos raisons. Cordialement dans le respect…
Car j’ai des parents enseignants, mais je suis bien avant tout un Malien.
Mes respects !

Dramane Tangara : ça n’a pas commencé cette année, laissez les gens respirés au moins. Fait ta lutte dignement, c’est ton droit. Sinon chaque annéec’est comme ça tu es au courant.

Python Venimeux : ça, c’est depuis le temps du Président Alpha Oumar et surtout les 98% des enseignants, des cadres etc.

Moussa Yalcouye : moi personnellement, je suis candidat au baccalauréat. Mais je suis là pour dire la vérité, les règles sont très claires et appliquées, car je sais ce qui ce passe dans notre centre.

Yoro Sanogo : ce sont là les futurs nouveaux cadres qui doivent bâtir le «MaliKoura» de Assimi et Choguel, promis aux maliens.

Dramane Sekou Diarra : on dirait que la synergie est en perte de vitesse, ne vous rabaissez pas à de tel niveau. Une lutte syndicale se mène à travers le dialogue, l’argumentation et la communication et non par des tentatives éparses et désespérées. Wa Salam.

Mamadou Diakite : comme si c’était nouveau, nous avons tout compris. L’ennemi de l’homme c’est l’homme. Que Dieu nous préserve.

Mame Camara : Tchai, svp laisse les gens faire leur travail. Vous savez depuis combien de temps que certains candidats sont à la recherche du BAC ‘’Ko a dona tan à bora tan’’. Vous-mêmes vous avez triché pour réussir, tchruuuuu.

Alou Niare : mais c’est très bien hein ! Bonne chance aux candidats, bonne surveillance aux enseignants qui ont accepté de surveiller pour le bien de nos enfants.

Abdoulaye Konaté : le Mali n’a jamais pris des enseignants aussi honteux. Cela fait combien d’années que les sujets fuitent ? Mais cette année, vous faites comme si c’est la première fois. Et puis vous n’avez aucun respect envers vos collègues du privé. A chaque fois, les examens sans les enseignants, donc pour vous ceux-ci sont qui ?

Patrice Dembélé : Ce n’est pas une première dans ce pays. Je pense qu’il faut plutôt mettre les bouchons doubles pour relever le niveau dans les classes avant les examens. C’est une solution à mon avis et continuer à chercher les moyens pour la fuite des sujets pendant les examens.

Mvlienboy Prisko Savage : vas au diable ! Tu es peut-être un professeur de la science. Sinon, on sait tous que le premier sujet qui a fait fuite était le sujet de la TSEXP.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *