Search
jeudi 13 août 2020
  • :
  • :

Gao: le braquage électoral

Le deuxième tour des élections législatives dans certaines circonscriptions électorales de la région de Gao a été marqué de l’empreinte des hommes armés qui ont, selon divers témoignages, rempli des urnes en faveur de la liste ASMA/ADEMA. C’est ce que crient les responsables des sections RPM et CODEM de Gao, avec des preuves à l’appui.  Le bourrage des urnes par des bulletins pré- votés, voilà ce qui a remplacé le scrutin digne de ce nom dans les communes rurales de Djébock, Ntilit et de Gounzourey, à en croire nos sources. La manœuvre frauduleuse est parachevée par les éléments des groupes armés du GATIA et du groupe de de Ganda Iso, selon les responsables et les délégués du Parti RPM.

Des délégués de la liste RPM/CODEM chassés par des armes et les récalcitrants bastonnés à sang, des bureaux de vote fermés, des présidents invités à rejoindre les perturbateurs ou à débarrasser le plancher, des urnes et autres matériels électoraux emportés et placés en lieux sûrs pour les bourrer avec des bulletins pré- votés, voilà la scène qui a marqué le scrutin du 19 avril Djébock, à Ntilit et de Gounzourey.  « Nos délégués qui ont refusé les bourrages des urnes ont été frappés et grièvement blessés et conduits par à l’hôpital de Gao », déplore M. Abderrahmane DIAKITE, le Secrétaire général de la section de bureau RPM de GAO.

Dans une vidéo, on découvre des hommes armés jusqu’aux dents qui montent la garde devant une salle de classe dans laquelle, d’autres complices se livrent tranquillement à la fraude. Dans ladite salle, un homme marque la liste électorale avec de l’ancre, pendant qu’un autre met des cachets sur le procès-verbal.  Par conséquent, la liste ASMA/ADEMA, s’en est sortie avec plus de 8 000 voix dans certaines circonscriptions électorales qui n’atteignent pas un tel nombre d’électeurs depuis l’invention terroriste. « Ce n’est pas possible d’avoir 8 000 électeurs à Ntilit, puisque toutes cette population est réfugiée à Gao, depuis 2013. Là-bas il n’y a que des hommes armés qui y ont éli domicile. Il y avait une véritable industrie des bulletins pré-votés dans ces zones en question. Le gouverneur a envoyé une mission pour aller s’enquérir de la situation dans le commune Gounzourey et ils ont trouvé des urnes avec des bulletins pré-votés. Et la différence est palpables. Et tout Gao était au courant de cette situation.  Et c’est à l’administration de faire don travail maintenant, pour vraiment, jouer son rôle de garantir une élection crédible dans la région de Gao », a-t-il dit.

Dans d’autres circonscriptions électorales, les adversaires de la liste RPM/CODEM avaient mis en place un dispositif de code pour faire passer leurs bulletins pré- votés sans les urnes. « Il suffisait de dire Salam Alley Koum, nous sommes venus. Et ils te donnaient 5 bulletins pré- votés. C’est comme ça que ça se passait dans certains bureaux de vote dans la ville Gao, de commun accord avec certains présidents de bureaux de vote », a dit un électeur qui dit avoir eu sa part de gâteaux. « Mais je n’ai pas mis leur bulletin dans mon enveloppe, j’ai voté comme il se devait », s’est-il justifié.   Autant d’irrégularités qui ont entaché le scrutin des législatives à Gao.

En tout état de cause, M. DIAKITE lance un appel à l’administration et à la justice pour punir les fautifs pour faux et usage de faux. « Toutes les preuves sont là pour annuler le vote de certaines circonscriptions électorales, puisque la différence entre le vrai bulletin de vote et le faux est très grande. Donc, nous ne leur demandons pas de jouer en faveur de qui que ce soit. Nous leur demandons de trancher cette affaire en toute objectivité. Parce que si cela continue, nous pouvons dire adieu aux élections crédibles dans notre pays », a dit M. DIAKITE, avant d’annoncer que la liste RPM/CODEM va saisir la Cour constitutionnelle pour cette affaire de fraude au grand jour.

PAR CHRISTELLE KONE    




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *