Search
samedi 24 juin 2017
  • :
  • :

Gestion locale des pêcheries de Mopti: les acteurs de la région se concertent

Le ministre du Développement rural a présidé, hier lundi, dans la salle de conférence du gouvernorat de Mopti, la cérémonie d’ouverture de la conférence régionale sur les conventions locales de gestion des pêcheries. La rencontre, qui regroupe pour 2 jours l’ensemble des acteurs du secteur, vise à renforcer le dispositif institutionnel relatif aux principes et conditions de la pêche et de l’aquaculture.

Pour la circonstance, le ministre du Développement rural, le Dr Bocari TRETA, avait à ses côtés, le gouverneur de la région de Mopti, Kaman KANE, le représentant du maire de Mopti, Moussa NIENTAO, le directeur national de la pêche, Madi Maténé KEITA, le représentant du président de l’APCAM, Bazoumana KOUMARE.

Prennent part à cette rencontre, qui a pour thème: «Les conventions locales de pêche dans la région de Mopti: leur rôle dans la prévention et la gestion des conflits», les délégués des gestionnaires coutumiers et des acteurs actifs de la gestion des pêcheries des cercles de Mopti, Youwarou, Ténénkou, Djénné, Bankass et Douentza.

Dans son mot de bienvenue, le représentant du maire de Mopti, Moussa NIENTAO, a souligné que le secteur de la pêche occupe 15% de la population active et vient au 3è rang des activités dans la région de Mopti.

Selon M. NIENTAO, les contraintes auxquelles les pêcheurs sont confrontés sont l’organisation des professionnels et de la commercialisation du poisson; l’utilisation des engins de pêches non adaptés; l’insuffisance de pratique de pisciculture; l’ensablement des fleuves et lacs et surtout l’insuffisance et le non respect des textes et conventions de pêche.

«Au moment où le poisson se fait de plus en plus rare à Mopti, la compréhension et le respect des textes et conventions de pêche me semblent essentiels dans le contexte actuel», a conclu Moussa NIENTAO.

Le représentant du président de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture du Mali (APCAM), Bazoumana KOUMARE, a félicité et remercié le ministre Bocari TRETA pour tout ce qu’il fait au compte du monde rural.

Pour M. KOUMARE, le ministre du Développement rural a bravé et continue de braver vents et marrées pour se rendre auprès des producteurs sur le terrain pour les encourager et soutenir.

La conférence sur les conventions locales de pêche en 5è région qui fait suite à la conférence régionale sur les bourgoutières et au Yaraal (ou traversée de Diafarabé), dénote de l’intérêt que les plus hautes autorités du pays accordent au secteur du développement rural, a souligné le ministre Bocari TRETA.

Aussi, a-t-il soutenu, le secteur de la pêche joue un rôle capital au plan économique, politique et social dans la région de Mopti. Mais, ces 30 dernières années, a-t-il noté, le volume des captures annuelles de poisson amorce une tendance à la baisse, suite à la sécheresse récurrente, les changements climatiques, la modification négative des conditions…

Par ailleurs, a fait savoir le Dr TRETA, la dégradation de la qualité des écosystèmes aquatiques; la faible prise en compte des communautés de pêche; la compétition entre différents acteurs autour des plans d’eau pour l’accès aux ressources et le recours intempestif à la justice pour la résolution des conflits de pêche, notamment le foncier halieutique, sont des facteurs qui rendent la situation des communautés de pêche vulnérable et précaire.

«La ligne directrice de notre Politique de développement agricole est la sécurité alimentaire et nutritionnelle comme dimension de la souveraineté alimentaire», a déclaré le ministre du Développement rural.

En ce qui concerne le sous-secteur de la pêche, a déclaré le ministre Bocari TRETA, les stratégies d’intervention visent surtout à augmenter la contribution de celui-ci à la croissance économique de notre pays dans une logique d’exploitation durable des ressources halieutiques et de développement de l’aquaculture.

Pour ce faire, a-t-il promis, les mesures porteront sur l’amélioration des conditions de vie des communautés de pêche; l’aménagement des pêcheries, des mares, bassins et stations aquacoles; l’accès des pêcheurs aux équipements et intrants et l’amélioration des structures de transformation, de conservation et commercialisation.

Selon le ministre, le département du Développement rural fonde beaucoup d’espoir sur cette conférence régionale afin de renforcer le dispositif institutionnel relatif aux principes et conditions de la pêche et de l’aquaculture, dans l’optique d’impulser des changements au niveau de la gestion de la pêche et des principaux plans d’eau.

A son avis, les défis du sous-secteur de la pêche sont: l’application de la loi portant sur les principes et les conditions de la pêche et de l’aquaculture; la prévention et la gestion des conflits au niveau communal, local, régional et national; la réglementation de l’accès des communautés de pêcheurs aux pêches collectives et aux plans d’eau; la conservation des écosystèmes les plus représentatifs; l’assurance pour la conservation de toutes les espèces aquacoles; l’accompagnement des efforts des communautés à améliorer leur situation sociale et économique, ainsi que le transfert de compétences dans la gestion des ressources halieutiques.

Le ministre du Développement rural se propose de faire des conseils de pêche, un cadre de concertation dans le cadre d’une approche participative de gestion des ressources.

La rencontre a été marquée par des présentations portant sur l’évolution des droits de la pêche au Mali: les conventions locales de gestion des pêcheurs et la directive portant Régime commun des ressources halieutiques dans les États membres de l’UEMOA; le projet de loi déterminant les principes de gestion de la pêche et de l’aquaculture; l’origine des conflits de pêche en 5è région et leurs impacts sur la gestion des ressources halieutiques; le guide méthodologique d’élaboration d’une convention locales de gestion des ressources naturelles; et l’état des lieux des contentieux et convention locales en vigueur dans les cercles concernés.

Par Hamidou TOGO, envoyé spécial.

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *