Gouvernance de la commune de Dialloubé: le PAOSCII outille les relais des 21 villages

6

Du 5 au 7 août 2016 s’est tenu à Sévaré, l’atelier de formation des relais communautaires des 21 villages de la commune rurale de Dialloubé, cercle de Mopti. Objectif: contribuer à renforcer les compétences des communautés locales sur les enjeux et défis de la gouvernance locale au niveau dans la commune rurale de Dialloubé.

Organisé par le Programme d’appui aux organisations de la société civile (PAOSCII) et financé par l’Union européenne pour une période de 8 mois, cette session de formation a regroupé pendant 3 jours les représentants des 21 villages de ladite commune, les autorités communales, le sous-préfet, etc.
On y notait également la présence de l’ensemble des acteurs de la mise en œuvre du projet, notamment les délégués villageois, les associations féminines et de jeunes, les services déconcentrés de l’état, les médias de proximité, ainsi que les partenaires techniques et financiers.
Pour prendre part à cette formation, les délégués villageois ont été identifiés sur la base de critères sensible à l’approche genre.
Après le lancement officiel du Projet «renforcement d’un environnement de confiance dans la gouvernance locale entre les porteurs et les détenteurs de droits» au niveau de la commune d’intervention, les initiateurs ont jugé utile la tenue de la présente session de formation sur la décentralisation.
A travers cette formation, les responsables du projet entendent favoriser l’émergence d’une vision collective et d’une force de mobilisation sociale en vue de la promotion de la gouvernance participative au sein des populations dans la commune rurale de Dialloubé.
Les travaux dudit atelier ont permis de doter les participants de connaissances de base sur la décentralisation mais aussi d’informer davantage les villageois sur la gestion de leur commune par les élus.
Aussi, s’agit-il, de mener le processus d’information et de mobilisation à la base.
Par ailleurs, il était question d’améliorer la connaissance des acteurs à la base sur la décentralisation ; la problématique de la gestion de la commune par les élus ; le fonctionnement des instances de la commune, etc.
Pour rappel: Au Mali, la décentralisation a permis la création de différents niveaux de collectivités territoriales, dotées d’organes élus. Cependant, le processus est confronté à de nombreuses difficultés, notamment la question de participation, voire d’implication des populations dans la conduite des affaires des collectivités et particulièrement dans la gouvernance pour un meilleur accès aux services sociaux de base.
Compte tenu de cette situation, les Association pour l’appui aux populations rurales du Mali (AAPPOR) ; «DENBA NYUMA» et «YÈRÈ DÈMÈ» ont conjugué leurs efforts pour accompagner les acteurs locaux de la commune rurale de Dialloubé dans la promotion de la bonne gouvernance locale, à travers surtout l’augmentation du taux de recouvrement fiscal.
Pour ce faire, les acteurs du projet se proposent de mettre en œuvre un cadre de renforcement des capacités et de dialogue sur la gouvernance locale et durable dans la commune rurale de Dialloubé.
À la fin des travaux, ce sont des relais bien informés sur les droits et devoirs des citoyens, dotés de compétences pour être des bons leaders locaux et bien imprégnés des rapports existentiels dans la gestion de l’espace communal qui ont regagné Dialloubé.

Par Bénédicte SOMBORO (Stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *