Gouvernance et développement de l’Etat: le CDI outille des cadres de l’Etat

5

Le Commissariat au développement institutionnel (CDI), en collaboration avec l’Union européenne, organise du 26 au 30 septembre 2016, la formation des responsables et cadres des départements ministériels en management et en conduite du changement pour la mise en œuvre du processus des réformes de l’Etat.

Le Commissaire, Abraham BENGALY, a ouvert, hier à la Maison de partenariat Angers-Bamako, les travaux de cette session de formation. Y Prennent part à cette session de formation, assurée par le Belge Arthur DELAB, des cadres et responsables des services de l’Etat, Elle vise à conforter et à accompagner le pilotage de la réforme de l’Etat en vue de corriger la forte théorisation des réformes dont souffre notre pays.
En outre, elle a pour objectif d’accentuer l’appropriation des réformes au niveau sectoriel ; de renforcer les capacités des cadres du CDI et des structures impliquées dans le pilotage des différents aspects de la réforme de l’Etat, en matière de conduite et de changement.
Pour le facilitateur, cette session de formation est un cadre d’échanges qui doit permettre de renforcer la capacité des cadres de notre pays en vue d’accompagner des réformes au Mali. Ainsi, ils seront formés et outillés, durant 5 jours, en approches de conduite et de changement à l’aide d’exercices pratiques, de travaux de groupes, etc., a annoncé M. DELABIE.
Par ailleurs, rappellent plusieurs experts, notre pays a fait de nombreuses réformes; celles-ci malheureusement n’ont pas eu de réels impacts sur le terrain ; parce que n’ayant pas pris en compte assez les besoins de la population. Toute chose qui a obligé le Commissariat au développement institutionnel à des nouvelles approches focalisées sur la production des normes et des supports en vue de faire des responsables de services de véritablement agent de changement pour accompagner les différentes mutations des ministères.
Selon M BENGALY, cet atelier intervient à un moment important pour le CDI parce qu’il est engagé dans la finalisation de nouveaux programmes de développement institutionnel (PDI), 2eme génération.
Aussi, pour l’essor institutionnel du Mali, au CDI, ils sont tous enclins au changement pour être au cœur de toutes les actions de développement national. C’est pourquoi, a estimé le Commissaire BENGALY, il était nécessaire d’initier cette session à l’endroit des cadres qui sont en charge d’accompagner les réformes de l’Etat.
«A un moment donné, il faut faire un rétrospectif pour voir à l’intérieur qu’est-ce qu’il faut faire concrètement pour livrer de bons services aux citoyens. Notre raison d’être en tant que cadre de l’administration malienne n’est pas pour notre propre confort, mais c’est de voir comment on peut sur la base des principes déontologique, d’éthique bien nous comporter et arriver à accomplir nos missions», a indiqué M. BENGALY.
Et conformément à leur mission, il a expliqué que le CDI a le devoir de mettre ensemble tous les acteurs des différents départements ministériels pour traduire en actions concrètes les visions et les orientations des plus hautes autorités du pays.
Dans l’atteinte de ces objectifs, il a souligné que le renouveau du CDI consistera désormais à faire intéresser d’autres services susceptibles de faciliter la mise en œuvre des réformes des politiques publiques dans le pays.

Par Sikou BAH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *