Search
jeudi 20 janvier 2022
  • :
  • :

Gouvernance migratoire: les bons points du projet migration

L’hôtel de l’amitié a abrité, hier lundi 29 novembre, la cérémonie de clôture des activités du projet d’information et de sensibilisation sur les risques et dangers de la migration irrégulière et la promotion de la libre circulation des personnes et des biens dans l’espace CEDEAO. Elle était présidée par madame le secrétaire général du ministère des Maliens établis à l’extérieur et de l’intégration africaine, Dr TANGARA Nema GUINDO ; en présence des responsables du projet ; des partenaires ; et des élus communaux.

L’objectif principal de ce projet était de renforcer la gouvernance de la migration tout en mettant l’accent sur la promotion de l’intégration africaine.
Cette cérémonie de clôture a été l’occasion de présenter Ies résultats ; de remercier tous les acteurs et d’annoncer des perspectives.
La coordinatrice internationale, Touria CHAUGDANI, a présenté quelques grands résultats du projet. Elle a informé qu’une étude a été faite sur les opportunités d’intégration économiques dans l’espace CEDEAO.
Aussi, l’on apprend qu’en 2019, 19 projets ont été exécutés par 19 associations ; en 2020, 18 projets ont été mis en œuvre pas 18 associations et en 2021, 17 projets ont été portés par 17 associations.
En termes de sensibilisation des populations cibles, la coordinatrice a informé que l’objectif initial a été largement dépassé.
Elle a rappelé que des sessions de formation ont été organisées à l’intention des forces armées et de sécurité ; des acteurs de la société civile et de la presse.
Le coordinateur général de l’AECID a apprécié le travail abattu en termes de sensibilisation et de renforcement des capacités durant les trois ans du projet.
Pour sa part, le représentant de l’Union européenne s’est réjoui des résultats enregistrés et salué la mise en place des cadres de concertation pour la gouvernance de la migration au niveau national, régional et communal et aussi au niveau des PTF.
Pour lui, ces cadres de concertation seront un outil d’appui au ministère pour la coordination et le suivi des actions dans le secteur de la migration et qui aura pour avantage de trouver des synergies et des passerelles entre les initiatives et permettra également de mobiliser des fonds pour financer la Politique Nationale de Migration (PONAM).
Madame le secrétaire général du ministère des Maliens établis à l’extérieur et de l’intégration africaine, Dr TANGARA Nema GUINDO, a déclaré que les activités du projet, à travers une démarche participative, ont impliqué l’ensemble des parties prenantes dans les trois zones d’intervention, c’est-à-dire à Kayes, Sikasso et le District de Bamako.
« Les migrations constituent l’une des caractéristiques majeures de nos populations et s’inscrivent dans la stratégie de lutte contre la pauvreté et le développement de certaines localités. Les migrations constituent un vecteur essentiel de l’intégration des peuples qui est au cœur de la formation des sociétés humaines », a rappelé Dr TANGARA Nema GUINDO.
Selon elle, le Mali est un pays au cœur des enjeux migratoires dans la mesure où il est à la fois, un pays de départ, de transit et de plus en plus de destination compte tenu de l’hospitalité légendaire de nos populations.
« Si les migrations constituent une opportunité de développement à travers d’importants transferts de fonds de la diaspora, l’expertise des intellectuels de la diaspora et le rôle des migrants dans le cadre du développement local notamment dans les zones de départ, force est de reconnaître que les conséquences dramatiques liés à la pratique de la migration irrégulière, le racisme, la xénophobie dans certains pays d’accueil et de transit ont fait de la migration une véritable préoccupation des États, des Organisations internationales et des Organisations de la société civile », a déploré la représentante du ministère des Maliens établis à l’extérieur.
Par ailleurs, souligne-t-elle que si l’on peut relever des avancées significatives dans le domaine de l’intégration sous régionale, cependant 46 ans après la création de la CEDEAO, il y a des difficultés majeures constatées dans la pratique de la mobilité des citoyens de I ’espace communautaire.
Dr TANGARA Nema GUINDO a informé que ce projet arrive à terme et que d’autres initiatives similaires sont en cours de formulation avec des discussions très avancées avec les partenaires.
‘’Ces initiatives permettront de renforcer toutes les activités que nous avons engagées ensemble ces trois dernières années’’, a-t-elle conclu.

PAR MODIBO KONÉ




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *