Search
lundi 23 juillet 2018
  • :
  • :

Gouvernement: l’ormeta des bavards

Après trois semaines de congés, au cours desquelles il a été absent des kiosques, votre journal est de retour. Vous avez été nombreux à vous interroger sur cette absence en raison de l’actualité liée au 30 décembre, relatif au remaniement si on peut l’appeler ainsi.

Deux raisons objective et subjective expliquent que contrairement à la tradition, le Quotidien des sans voix n’a pas jugé utile d’écourter ses congés pour ce remaniement.
La Première : notre outil de production était en maintenance et sa mise en marche demandait du temps et des moyens qu’il fallait mobiliser. Or, en temps normal, c’est la croix et la bannière pour un journal qui n’a aucun soutien, à plus forte raison en vacance.
La seconde : pour une équipe gouvernementale de 35 membres reconduite à 85,7% (30 sur 35), on peut difficilement parler de remaniement, encore moins de chamboulement, en tout cas, le changement de gouvernement clamé urbi et orbi n’a pas eu lieu. Alors, il y avait en réalité peu de choses à dire sinon que d’enfourcher la trompette de l’opposition pour fustiger un sentiment de déjà vu et un « immobilisme » surprenant. Alors, Info-Matin a choisi de ne pas jeter inutilement de l’huile sur le feu… Qui ne se rappelle pas de la secousse provoquée par nos prises de position à la suite du remaniement d’avril dernier ?
Puisque grand chose n’a pas changé, les commentaires pouvaient attendre la prise en charge de la préoccupation ci-dessus évoquée.
Et puisque grand chose n’a changé, il n’y aura pas grand chose à dire : l’écrasante majorité du gouvernement reconduit et félicité pour les brillants résultats obtenus, quelques u ns ont été éjectés pour satisfaire quelques autres (Diop, Bathily, Tapo, Konimba, et Tahar), certains ont été délestés des pans de leurs départements, d’autres ont permuté, on a créé des strapontin pour satisfaire certains, tout le monde est content dans la Majorité même si personne n’ose élever la moindre protestation, on soutient, on soutient et on soutient le président et le gouvernement.
Alors, que nul ne s’attende à manger son piment dans la bouche de Info-Matin. Nous n’adhérons pas à cette omerta de bavards qui consiste à applaudir en public et à jacasser en privé, à adhérer en public et à dénoncer en privé. C’est le moment ou jamais où le président aura besoin des « grandes oreilles » dont il fait était chaque fois, si elles existent vraiment.
Pour la plupart des Maliens, la montage a accouché d’une souris. Loin de l’adversité des réactions, pour Info-Matin, il s’agissait d’un élargissement dicté par des raisons de recadrage à l’intérieur de la Majorité qu’un véritable remaniement.
Ceux qui sont restés méritent-ils de danser le Janjo ? Comme cette ministre qui n’a pas trouvé scandaleux d’officier en face des drapeaux azawadienne… ?
Ceux qui sont partis ont-ils démérité ? A commencer par le Premier d’entre les ministres, le Chef du gouvernement loué pour son intégrité, sa compétence, sa rigueur, son patriotisme et sa loyauté ? Quid de Mohamed Aly Bathily adulé aujourd’hui partout au Mali pour sa défense des faibles paysans spoliés de leurs terres ?
Comme à la magie, il ne faut pas chercher à comprendre : il faut accepter de se laisser surprendre. Et espérer. L’appel à SBM, comme le dernier Joker, à la barre du gouvernement pourrait être l’aube d’une espérance nouvelle. Choisi par le président IBK et soutenu par la Majorité dans la dernière ligne droite, l’homme peut créer en effet la surprise. Il a une expertise avérée des défis et des enjeux actuels, une solide expérience de l’Etat, une compétence reconnue, un leadership politique de premier rang… Bref, comme l’a dit un commentateur, SBM aligne à lui seul ce qui manquait à tous ses prédécesseurs. Donc, si un soutien franc et sincère lui est accordé avec le préjugé favorable de la communauté internationale, nul doute qu’il sera le sauveur du régime d’IBK comme lui-même l’a été pour celui d’Alpha.
Vu sous cet angle, le président IBK n’a pas mal joué.

Affaire à suivre
Par Sidi DAO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *