Search
dimanche 22 septembre 2019
  • :
  • :

Grèves des enseignants: quand les élèves se croient déjà en vacances

A force de rester pendant des mois à la maison ou dans la rue, ils sont nombreux les élèves des écoles publiques qui commencent à ranger les sacs d’écoliers au profil des petits boulots lucratifs des vacances et autres activités qui les font oublier les classes.

Des filles occupées à faire le ménage, d’autres avec des petits articles qui envahissent les marchés et le centre-ville, voilà l’image se présente les artères de la capitale depuis le début ces interminables grèves des enseignants.

Loin des artères, d’autres retournent auprès de leur maitre ouvrier pour apprendre les métiers de réparateur, de tailleur ou autres petits métiers générateurs de revenu.

A part quelques parents qui ont fait transférer leurs enfants dans les écoles privées, ceux dont  les moyens sont limités, restent impuissants en regardant leurs progénitures prendre un autre chemin que celui de l’école.

Adama Coulibaly, chauffer de Sotrama, accuse à la fois  les enseignants et le gouvernement de n’avoir pas eu de terrain d’entente.

Depuis 08 heures, M.COULIBALY dépose certains de ses enfants chez leur maitre mécanicien et d’autres (filles) à l’arrêt de Sotrama pour qu’elles vendent de l’eau glacée.

« Voilà leur activité pendant les vacances. Comme ça fait des mois qu’ils ne vont pas à l’école, ils nous ont demandé de leur donner la permission pour qu’ils entament leurs  activités. Ce que je ne comprends pas, comment on peut se foutre de l’avenir des enfants de la sorte. Moi j’en veux aux enseignants et au gouvernement qui ne veulent pas trouver un dénouement à cette crise qui n’a fait que trop durer. Nous les pauvres, on n’a pas les moyens d’envoyer nos enfants dans les écoles privées, nous sommes obligés d’envoyer ces derniers apprendre des métiers ou faire d’autres activités génératrices de revenu. Le gouvernement et les enseignants se foutent complétement du bonheur des Maliens. Et, tout le monde sait que les ministres maliens n’envoient jamais leurs enfants dans les écoles publiques.  Dans la plupart des cas, leurs enfants n’étudient même pas au Mali. Donc ils ne se soucient pas de nos enfants.

Quant aux enseignants, ils ont aussi leurs enfants dans les écoles privées de la place. Pire, ils sont même propriétaires des écoles privées. Ils n’ont rien à perdre car ils ont une autre source de revenu que leurs salaires de fonctionnaire ; donc tant pis pour nous les pauvres », a dit le chauffeur, la voix nouée par la désolation.

Dans un salon de couture, le petite Aicha, en classe de 6è année, est en train de faire le thé de son maitre tailleur. Comme ses camarades aux parents démunis, Acha vient à l’atelier à chaque vacance. Selon M. Cheick GAYE, son maitre tailleur, la petite apprentie lui est d’un grand apport.

« C’est elle qui file mes bobines, elle enregistre aussi les entrées des clients. Comme tu vois, elle fait mon thé aussi », a-t-il dit. Cependant, le maitre tailleur déplore la fermeture des classes à ces moments.

«C’est vrai que la petite Aicha m’aide, mais mon souhait est qu’elle fasse d’abord ses études. Car même pour être une bonne couturière, il faut être une intellectuelle actuellement. J’en appelle aux responsables des syndicats des enseignants de voir leur position pour que ma petite Aicha regagne la classe. Elle peut tout apprendre chez moi pendant les vacances. Un pays sans éducation est un pays à perpétuel problème. Donc il faut que les classes rouvrent pour sauver le reste de l’année », a-t-il conseillé.

Pire, les jeunes filles qui profitent des vacances pour venir chercher les fournitures scolaires commencent à affluer déjà les grandes villes.

Aminata COULIBALY, venue du village de Sègue, dans le cercle de Kolokani nous confie qu’elle est venue rejoindre sa famille d’accueil puisque les classes sont fermées dans son village.

« Je viens travailler chez Tanite Sali, chaque vacance. Comme les classes ne s’ouvrent pas, je suis venue, avec la permission de mes parents qui croient que l’année scolaire ne peut plus être sauvée», a-t-elle dit.

Dans la famille, des filles s’investissent dans les tâches ménagères, comme au temps des vacances.

Mme DIARRA Awa TOURE se dit inquiète pour cette année scolaire. « Comme pendant les vacances, mes filles sont dans la cuisine. On n’a pas le choix, s’il n’y a pas de cours, les enfants sont obligés de reprendre les habitudes des grandes vacances », a-t-elle dit.

Signalons que la famille DIARRA reçoit déjà un vacancier venu de la région Mopti où les écoles sont fermées à cause de la crise du Nord.

Cette grève est une véritable aubaine pour certaines écoles privées qui reçoivent déjà des centaines d’élèves des écoles privées comme auditeurs libres.

« Depuis le début de la grève des enseignants du public, je reçois des enfants comme auditeurs libres, pour leur permettre d’être à niveau. Ils payent la même somme que les élèves titulaires. Comme le temps des inscriptions sont passés, on va les prendre en attendant. Moi, j’ai des promesses d’inscription pour l’année scolaire prochaine », a dit un promoteur d’école privée et enseignant gréviste.

En tout état de cause, cette allure de vacance n’est pas un bon présage pour l’année scolaire, qui en temps normal, tire à sa fin.

PAR CHRISTELLE KONE




2 thoughts on “Grèves des enseignants: quand les élèves se croient déjà en vacances

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *