Search
jeudi 26 novembre 2020
  • :
  • :

Hadj 2020: un sens interdit pour le Malien lambda

Le coût du pèlerinage 2020 de la filière gouvernementale est estimé à 2.747.815 FCFA (hors frais passeport et pécule mouton comme en 2019) contre 2.363.615 en 2019, soit une augmentation de 384.200 FCFA. Cette hausse s’explique par la prise en compte des droits d’enregistrement et redevances de régulation des marchés publics dans le coût du transport aérien, les frais de Visa de 300 en riyals/pèlerin et de l’augmentation des frais de séjour de 325 riyals/pèlerin pendant la phase rituelle (Mina et Arafat). Voilà une nouvelle qui indigne plus d’un sur Internet qui trouvent que les responsables de la filière en font un commerce.  Votre Facebookan du jour !

Bakary Moussa Gory : Les autres pays diminuent,  nous on augmente. Ayons pitié de ce pays un peu !

Yanogue Poutine Amadou : Thiééé, je vais décaler mon projet pour mes parents d’abord en attendant une baisse. A la fin on ira en Guinée.

Alimata Samake : Je me suis toujours posé la question de savoir si investir cette somme dans des œuvres caritatives (vivant dans un pays très pauvre) n’est pas plus bénéfique. Les spécialistes peuvent m’apporter des éléments ici.

Sultan Soltog : Même la religion d’aujourd’hui n’aime plus les pauvres, quand  même l’islam du prophète était pour les pauvres. Notre gouvernement, si l’Arabie saoudite fait un pèlerinage business, doit prendre une partie de la charge.

Seiba Coulibaly : Sultan Soltog, c’est n’est pas la religion qui n’aime pas les pauvres, c’est les autorités de ton pays.  Si on les laisse faire finalement, on va payer jusqu’à 3 millions. En Côte d’Ivoire c’est 2 millions. Pourquoi au Mali on doit payer cette somme colossale, pour aller faire le pèlerinage.

Samba Gassama General: Sultan Soltog, il n’est pas écrit dans le coran que le gouvernement doit financer ton pèlerinage ! Il est dit que tu dois y aller, si tu en as les moyens.

Macky Barry :  Ah moi je ne comprends pas ce pays hein. Il n’y a pas d’argent pour payer les droits de nos enseignants, mais il y’a de l’argent pour financer le pèlerinage. Est-ce que le pèlerinage est obligatoire même ? Dieu a dit que quiconque possède des moyens pour faire le pèlerinage, doit s’y rendre.   Mais, utiliser l’argent du contribuable, ça c’est une autre chose.

Hamoudja Wadiou : L’Arabie Saoudite a dématérialisé la demande de visa sur internet pour les pays en Occident pour le hadj ou l’UMRA. Mieux, quand on réserve l’hôtel et le billet d’avion, ça revient moins cher.  Désormais, pour les particuliers, ce processus évite les magouilles des démarcheurs, communément appelé coxers.  Mais, en Afrique, ce business sera toujours contrôlé par l’État pour faire du chantage sur les plus démunis.

Modibo Diarra :  Avec tout ça, d’autres personnes soutiennent ce régime. Au lieu de diminuer les frais du pèlerinage, on le multiplie. Vraiment c’est décevant pour moi. Je me demande si ce régime pense bien à son peuple.

Abdoul Karim Coulibaly :  Voilà, ils poussent leurs semblables fonctionnaires à s’approcher de  la Maison d’arrêt. Il faut combien d’années de service pour envoyer ses parents en pèlerinage ? Avec un salaire de 200.000 FCFA, en dégageant les dépenses de survie, c’est-à-dire, le prix de condiment et autres, il te faut 15 ans.

Ché Diawara : Une pensée à toutes les personnes qui sont parties à ce soi-disant pèlerinage avec les deniers publics.  Il ne faut pas prier pour nous hein ! Parce que ce serait sans effet.

Samba Bling Tamega : Il faut même déplacer le Kaaba au Mali, précisément à Tombouctou. Sinon, les pauvres ne peuvent plus y aller.

Ganfoud Yaya Mint Badi : C’est un truc de malade, c’est mille fois plus cher que chez nos voisins. C’est vraiment abusif.  Wari ko bana de bé ou la tchuuurrrrr.

Maliki Diallo : Et pourquoi une augmentation de plus 300 000 FCFA ?

N’Diaye Ghost : Pourquoi notre État laïc continue de financer des trucs dans ce genre ? Tout cet argent aurait mieux servi ailleurs, que ceux qui veulent aller en pèlerinage paient de leur poche !!

Abdoultaodeni : Coût très élevé par rapport aux voisins du Sénégal, de la Mauritanie ou Côte d’Ivoire.  Pour une qualité de prestation très en deçà. On frise l’exploitation et même l’humiliation, c’est comme si l’argent des pèlerins servait à financer les largesses du gouvernement à distribuer des pèlerinages gratuits.

Adama Konaté : Le pèlerinage à la Mecque, une aubaine pour certains agents de l’État de s’enrichir et de distribuer des billets gratuits. Que l’État se désengage totalement au profit du secteur privé, pour lutter contre la corruption et soulager les pèlerins !

Kader Touré : Tout à fait d’accord ! Et pourquoi pas subventionner la campagne comme c’est le cas en Côte d’Ivoire avec les réductions des taxes y associées par exemple. Après tout, le Mali reste un pays musulman, n’en déplaise aux laïcistes.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *