Search
lundi 27 juin 2022
  • :
  • :

HCUA : le réveil des vieux démons

Si les rebelles séparatistes du nord ont toujours prouvé qu’ils sont des maîtres chanteurs dans notre pays, le temps des chantages à l’endroit des plus hautes autorités semble être bien révolu.  Et ce ne sont pas les tentatives de menaces du Haut Conseil pour l’Unité de l’Azawad (HCUA) à l’issue de sa réunion extraordinaire tenue à Kidal le 27 février à Kidal qui vont faire peur à nos autorités résolument engagés dans la lutte pour rétablissement de la sécurité sur l’ensemble du territoire national. Cette Une prise de position qui remet au grand jour leurs velléités sécessionnistes. En tout cas, sur les réseaux sociaux, les autorités sont invitées à ne pas céder à la pression d’un groupe de « gens qui ne représentent que leur personne». Ces derniers sont invités réviser leur prétention à la baisse avant qu’il ne soit trop tard face à la montée en puissance des FAMa.

Pretty Hawish : votre bailleur de fonds (France) est occupé pour l’instant. Le Mali ne vous a jamais discriminés, ni vous ne maltraitez, car on est tous enfants de cette terre, mais vous voulez détruire cette harmonie-là ?

Ayedegue Shehi : rebelles djihadistes se sont les mêmes. C’est des terroristes, point barre. Il ne faut même pas dire droit de l’homme, il faut finir avec ceux-là qui ne veulent pas comprendre que la division du Mali profite aux Occidentaux.

Sadia Drame : soyez toujours dans la République pour être en harmonie avec l’autorité. Le mot Azawad n’est nullement le nom d’un pays, le Mali est Un et indivisible.

Chaibou Badarou : Ou bien vous voulez réactiver les anciens conflits pour diviser le Mali comme vous avez voulu le faire par le passé ? On a écouté les idées saugrenues du conseil de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord lors de leur réunion. Mais vous allez échouer face à cette génération des Africains qui sont de plus en plus conscients et qui, je suis sûr, n’accepteront plus vos occupations et pillage camouflés.

Oumarou Mohamed Lamine : c’est des gens qui ne représentent que leur personne. Ils sont ont été mandatés par qui pour combattre à notre nom ? C’est vraiment bizarre. Nous sommes maliens, et nous sommes fiers de notre pays. Le Premier ministre n’a pas menti. Il n’a dit que la réalité.

Mouhamed Doucoure : c’est le moment où à jamais de s’aligner à côté d’Assimi et son gouvernement, sinon, ils vont regretter durant toute existence sur cette terre.

Toure Ibrehima : donc le problème de l’Ukraine est fini dans peu de temps la France sera colonie de c’est ancienne coloniale honte à vous 10 ans de présence bilans zéro.

Doumbia Alassane : il s’inquiète plutôt de leur sort, quand le Peuple dont ils prétendent représenter prendrait pleinement conscience de leurs magouilles.

Karim Diarra : nous allons mettre l’accord en œuvre, mais intelligemment, pas comme la France de Sarko ou de Manu souhaite, la division de notre territoire National…Occupez-vous de Vladimir, et de l’Ukraine…Nous sommes dans notre Continent, et dans notre pays libre et indépendant…

Mamadou Bah : inquiet pourquoi ? Ces bandits armés croient qu’on va aller signer ses accords bâclés. Ils n’ont pas d’ordre à donner aux autorités. On les voit venir maintenant, les données ont changé, donc s’ils essayent de faire autrement, ils le regretteront.

Yacouba Chaka Bengaly : ce HCUA a été renforcé par la libération des bandits au Niger pour déstabiliser le Mali. Peine perdue, notre armée est bien sur pied.

Elhadj Gassama : un Accord de paix qui 17 ans durant n’a pu être mis en application doit être considéré comme tombé en désuétude. Tous les griefs de tous les Maliens doivent maintenant être envoyés CNT pour une étude inclusive. Bien sûr, c’est juste un point de vue qui entre autres fonde mon accord sur une transition la plus longue possible pour nettoyer durablement les institutions politiques du Mali et leur fonctionnement.

Olivier Olivier : HCUA, la France vous induit en erreur et vous laissera seul face aux FAMa comme ce que l’Ukraine est en train de subir. Nous sommes tous africains et nous allons nous comprendre plutôt que nous laisser mélanger par la France pour ses propres intérêts.

Cissé Vakaramoko Inza : radio Foutaise internationale, la France ne pourra jamais diviser le Mali. C’est l’intention de l’Élysée, mais ça ne marchera jamais face à un Ppeuple uni, solidaire et déterminé. Vive le Mali Koura, Un et indivisible, vive l’Afrique indépendante, libre et stable. France dégage.

Gratien Baclounon Houndegla : la France et ses alliés n’ont qu’à envoyer Takuba en Ukraine pour faire respecter les accords, votre France est seulement forte en Afrique.

Jacob Dam : Pour ne pas s’inquiéter, ils n’ont qu’à se désarmer et rentrer dans la république, sinon l’avenir les inquiétera.

Gakou Gari : Cet Accord qui est là que pour soutenir la déstabilisation et qui permet à la France de volé nos ressources ne sera plus jamais considéré. À bas la France.

Jérémie Mabala Mulongecha : La France ne doit plus s’intéresser des affaires du Mali. Elle est en train de plier ses bagages. On en a marre de vos intoxications !

Sidiki Coulibaly : Le HCUA est un non-événement pour la transition d’abord, après l’armée malienne va marcher sur ces saltimbanques de HCUA, ces rebelles n’ont rien vu d’abord. Le temps de négociation est passé.

Sawadogo Sidwaya : il faut que les soldats maliens effectuent des frappent aériens à Kidal. C’est la solution. On ne négocie pas avec un terroriste.

Bkbk Kanoute : On dirait qu’eux respect leurs paroles. On va prendre le Kidal, que ça soit la force où quoi, Kidal est Mali et il restera Mali point barre.

Salamir Salami : Vous vous foutez même de qui ? De 2015 à ce jour aviez-vous déposé les armes ?…Celui qui est au Pouvoir en ce moment au Mali témoin de tous de 2013 à ce jour….

Mohamed Mohamed Toure : du n’importe quoi, il n’y a plus Barkhane pour le couvrir, donc, que HCUA ou la CMA, car c’est le même qui change de nom pour des circonstances, sachent qu’aujourd’hui, il a 2 choix à faire,

1) déposer les armes pour revenir dans la maison de la mère patrie,

2) aller avec barkhane au chez Bazoum ou se voir anéantir pour le bon.

Ibrahim Maiga : La France qui réchauffe les vieux pions, on attend juste votre départ pour nous attaquer aux problèmes à la source.

Light in the Dark Places of the Earth : La France à la manœuvre. On sait de quoi vous êtes capable. Mais tout compte fait, votre départ est déjà acté. Le Diable va faire bagage. France ennemie du développement de l’Afrique de l’Ouest.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *