Search
mardi 11 décembre 2018
  • :
  • :

Honorable Harouna Aboubacar Traoré: « nous nous battrons pour un nouveau plébiscite d’IBK »

Faisant montre d’un engagement sans faille pour son pays et pour le Président IBK, l’honorable Harouna Aboubacar TRAORE, élu à Bla, appartient assurément à cette race d’hommes en voie de disparition dont la conviction l’emporte toujours sur les intérêts personnels du moment. La récente visite du Président IBK à Ségou était une occasion pour ce jeune député de témoigner de sa fidélité envers celui à qui il voue une admiration sans bornes. Interview.

Info-Matin : Honorable, le Président de la République a effectué une visite de trois jours dans votre région, Ségou, les 24, 25, et 26 avril 2018. Quel a été votre niveau d’implication dans sa réussite ?
Harouna Aboubacar : Merci. Tout d’abord, il faut dire que la réussite de cette visite tient de la conjugaison des efforts de plusieurs acteurs politiques et non politiques. Ce qui me donne l’occasion de saluer le secrétaire général de la section RPM de Bla, Zoumana Mory COULIBALY qui a été au four et au moulin ; le président de la jeunesse RPM de Bla ; le RECOTRAD qui s’est fortement mobilisé : les 4 radios de Bla qui ont permis à la population de vivre de près cet événement mémorable. Bref, je salue tous ceux qui ont pu faire le déplacement et ceux qui n’ont pas pu le faire, pour diverses raisons. Qu’ils retrouvent tous, ici, l’expression de la profonde gratitude.
En ce qui me concerne, en raison de l’importance de cette visite présidentielle, je me suis rendu plusieurs jours à l’avance, à Bla, ma circonscription électorale, pour la préparer. Ainsi, le jour J, j’ai loué 5 bus, transportant chacun, en moyenne, 80 personnes, sans compter la vingtaine de véhicules privés qui ont fait la navette. En gros, j’ai pu faire communier à la grand-messe de Ségou, environ 800 personnes, comprenant des Chefs de village. La mobilisation a donc été très satisfaisante.
L’ombre au tableau a été, la décision d’un responsable du Parti de faire retirer les banderoles sur lesquelles trônaient la photo du Président IBK et la mienne. Mais, bon, ce sont des incidents inhérents à toute organisation.
Sinon globalement, nous sommes très satisfaits de cette visite présidentielle qui nous honore à plus d’un titre.

I.M. : Que pouvez-vous retenir en termes de retombées de la visite et, au-delà, de la mandature du Président IBK ?
H.A.T. : Ce qui saute aux yeux, c’est l’échangeur qui a donné un nouveau visage à Ségou. C’est aussi la rénovation du barrage de Markala, un outil indispensable de l’Office du Niger et la sécurisation du pont, grâce à une grande salle informatique à partir de laquelle, la surveillance sera possible ; l’inauguration, à Markala, des voies bitumées de l’ordre de 3,2 km. A cela s’ajoutent les poses des premières pierres de nouvelles infrastructures de développement.
Ségou, qu’on ne l’oublie pas, est très importante pour le Mali, en matière de production agricole. On comprend aisément l’attachement du Président de la République à la 4e région.
À Bla, nous avons des raisons particulières de satisfaction. En effet, après de longues années de lutte, l’électrification de la ville est devenue une réalité sous IBK. Avant lui, la Préfecture et la Maison d’arrêt étaient les seules infrastructures dignes de ce nom à Bla. Aujourd’hui, le visage de la ville a changé grâce à de nouvelles réalisations.
Il y a eu également l’aménagement de routes reliant différents villages du cercle. Ce qui représente une impulsion du développement local.
Au chapitre des projets, il y a la construction d’un hôpital de 3e référence à Bla en vue. Avec sa construction les nombreuses pertes en vie humaine, du fait de l’absence d’un scanner, ne seront plus qu’un mauvais souvenir, parce qu’il faut impérativement se rendre à Ségou ou à Bamako, pour les besoins de scanner.
À cela, s’ajoute la construction d’un complexe sportif pour le plus grand bonheur de la jeunesse qui en a toujours rêvé.

I.M. : Pour certains, le geste du Président IBK d’honorer les Chefs de village venus à sa rencontre de 30 millions FCFA, rentre dans le cadre d’une campagne électorale. Qu’en pensez-vous ?
H.A.T. : Je suis offusqué d’entendre de tels propos. Ces honorables Chefs de village sont allés à Ségou pour rencontrer le Président de tous les Maliens. IBK a reconnu et salué, à l’occasion, ce qu’ils font pour le renforcement de la décentralisation dans notre pays, pour la cohésion sociale. Il s’agit donc du Mali d’abord.
D’ailleurs, en partageant ces 30 millions FCFA entre les milliers de Chefs de village et de Conseillers, il n’est même pas certain que chacun d’eux ait plus de 15 000 CFA. De grâce, si des gens ne se respectent pas, qu’ils respectent au moins nos Autorités traditionnelles. Nos Chefs de village ne s’achètent pas au prix de 15 000 FCFA. Ils ont de la dignité et de la hauteur. Qu’on se le tienne pour dit.

I.M : Au regard de ce bilan que vous jugez positif, que répondez à ceux qui disent ‘’Boua ka bla’’ ?
H.A.T. : Pour nous jeunes élus de Ségou, Boua t’a bla. Boua ne laissera rien du tout.
Pour la petite histoire, c’est en 2007 que j’ai rencontré IBK, à Accra, au Ghana, quand il est allé rentrer la Communauté malienne qui y est installée. Son discours était rassurant. Depuis ce jour, je me suis pris de sympathie pour lui. Et quand je suis rentré au pays, en 2012, c’est naturellement que j’ai créé des clubs de soutien à IBK, avant d’être élu député sous les couleurs du RPM et de devenir secrétaire général de la Section de Bla.
On a coutume de dire que le cimetière est rempli de gens indispensables. C’est vrai, mais le Président Ibrahim Boubacar KEITA a incarné l’espoir de tout un peuple et son bilan plaide largement en sa faveur. Il n’a pas le droit de décevoir ce peuple, en renonçant à briguer un second mandat, parce que des gens qui savent ne pas pouvoir lui tenir tête dans les urnes, le lui demandent. Non, ce n’est pas comme cela que ça marche en démocratie. Que chacun joue sa carte. En ce qui nous concerne, nous nous battrons avec toute l’énergie nécessaire, pour un nouveau plébiscite du Président IBK.

I.M. : Vous avez parlé de clubs de soutien à IBK. Depuis 2012, date de votre retour au bercail, quel a été votre engagement politique ?
H.A.T. : J’aurais aimé que ce témoignage vienne d’une autre personne. Les Bambaras disent : ‘’Mogo magni i yere da’’ (il n’est pas bien indiqué de parler de soi-même). C’est donc un exercice difficile que vous me demandez là.
Mais puisque vous y tenez, c’est en toute modestie que je vais tenter de répondre.
C’est sur une initiative personnelle, que j’ai eu à parcourir les 201 villages du Cercle de Bla avec de la kola pour annoncer la candidature d’IBK aux Chefs de village en ces termes : ‘’votre fils est candidat à l’élection présidentielle. Il demande vos bénédictions’’. Ce qui, en plus de la dimension symbolique, a porté ses fruits au regard du score engrangé dans la circonscription.
Sur le plan de l’animation, j’ai mis en place des clubs de soutien à IBK dont le dynamisme était tel qu’ils ont failli phagocyter le Parti. Parce qu’on a assisté à une ruée des militants vers ces clubs. Ce sont d’ailleurs ces derniers qui ont exigé que je sois candidat aux élections législatives. Et nous avons passé haut la main. Dieu merci. Nous sommes de ce fait redevables envers ceux qui ont placé leur confiance en nous. Ce qui explique que nous sommes toujours proches de leurs préoccupations.

I.M. : Mais l’animation de ces clubs a un coût financier.
H.A.T : C’est pertinent, ce que vous dites. Je suis un opérateur économique qui se débrouille dans le domaine du transport. C’est avec ce que je gagne que je finance les différentes activités. J’y suis parvenu jusque-là. Dieu merci. Je le fais en soutien au Président IBK et en guise de participation à la construction du Mali nouveau qu’il a promis.

I.M. : Quelles sont les autres activités, s’il y en a ?
H.A.T. : Au niveau du Parti, grâce à nos efforts de mobilisation, nous sommes passés d’une dizaine de Conseillers à environ 80 Conseillers municipaux. Actuellement, nous avons 5 Maires sur 17, alors que le Parti n’en comptait aucun. Il faut aussi dire que des sections entières de Partis politiques, dont je tairais les noms, ont rejoint le RPM. Ce qui atteste qu’un travail de fourmi est en train d’être effectué à la base. Nous entendons poursuivre les efforts dans ce sens, gage d’une réélection certaine du Président IBK cette année.

I.M : Qu’avez-vous obtenu, en retour de votre engagement pour la réalisation du Projet présidentiel ?
H.A.T. : En fait que le Président IBK sache ou pas ce que je fais n’est pas le propos. À mon avis, ce n’est pas le plus important. Moi je tire ma satisfaction du fait d’aider ce pays, d’aider le Gouvernement et donc d’aider le Président Ibrahim Boubacar KEITA. Comme je vous le disais, il a beaucoup œuvré pour le développement de ce pays, en posant les jalons de la paix et de la sécurité. Je considère que je suis bénéficiaire, par ricochet, de toutes les réalisations, à Bla, et partout ailleurs, au Mali. C’est cela le gain pour moi. Et je le trouve important.

I.M. : Quel appel avez-vous à lancer ?
H.A.T. : En causant avec les anciens, nous avons appris qu’IBK a toujours été trahi par ceux-là mêmes qu’il a aidés. Pourtant, il a toujours continué à progresser. Ce qui me fait dire que ce à quoi nous assistons aujourd’hui, c’est-à-dire les défections de certains de ceux en qui il avait placé toute sa confiance pour appliquer son Projet de société, n’est pas un phénomène nouveau. Mon appel, c’est de se méfier des opportunistes qui pullulent ; d’appeler plutôt, pour la mise en œuvre de son Projet de société, ceux qui sont prêts à donner leur vie pour le Mali. Il en existe encore, heureusement, dans ce beau et grand pays.
Propos recueillis
par Bertin DAKOUO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *