Search
mercredi 18 octobre 2017
  • :
  • :

IBK aux responsables des groupes armés du nord: « venez à la table du dialogue, franchement, sans faux-fuyant »

Adesse à la Nation de S.E.M. Ibrahim Boubacar Keita. Président de la République. Chef de l’Etat. Chef suprême des Armées (Koulouba le 19 janvier 2010)

 BISMILLAHI RAHMANI RAHIMI !

Maliennes et Maliens,

Officiers généraux,

Officiers,

Sous-officiers,

Militaires du rang des Forces Armées et de Sécurité du Mali, de la MINUSMA et de l’Opération Barkhane,

Mes chers compatriotes,

Dieu soit loué, qui m’accorde cette année encore, le privilège de m’adresser à vous, mes compatriotes, et plus spécifiquement à vous hommes et femmes en uniforme.

Puisse l’année nouvelle être pour nos forces, nos troupes, une année de santé, une année de bonheur, une année de paix, de service rigoureux, ardent de la Patrie.

Je m’incline devant la mémoire de tous les soldats tombés sur le champ d’honneur, Soldats de Serval et Barkhane, Soldats de la MINUSMA, Soldats des FAMas. Je m’incline, pieusement, devant la mémoire de tous les citoyens civils non armés, tués alors que vaquant à leurs tâches quotidiennes, ou pour certains, ayant sauté sur des mines traîtreusement parsemées par des lâches.

Singulièrement, je salue la mémoire de tous nos administrateurs civils, odieusement et horriblement assassinés de la manière que l’on sait, et qui ont ainsi payé de leur vie leur amour de la patrie, leur attachement à un Mali uni.

Préfets, Sous-préfets de Kidal, honneur à vous ! Reconnaissance éternelle à vous !

Aujourd’hui nous célébrons la date anniversaire de la création de l’Armée Malienne. En effet, c’est le 20 janvier 1961, devant le corps diplomatique convoqué pour l’occasion, que le premier président du Mali, Modibo Kéita, annonçait la création de l’Armée Malienne. En réalité, l’acte de naissance de cette Armée avait été déjà été signé le 1er octobre 1960, soit seulement huit jours après la proclamation de l’indépendance de la République du Mali.

L’anniversaire de la création de notre Armée est un symbole. A l’instar des armées de tous les pays, l’Armée Malienne symbolise l’outil d’expression de l’indépendance et de la souveraineté nationale. De même, l’Armée constitue un instrument principal de la cohésion nationale, de garantie et de préservation de notre unité, c’est-à-dire de l’affirmation de la République tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du territoire national.

L’Armée Malienne a, tout au long de son cheminement, rempli cette fonction avec fierté, pour le bonheur des populations et de la nation maliennes.

Officiers,

Sous-officiers,

Militaires du rang,

Mes chers compatriotes,

La célébration d’un anniversaire constitue toujours un moment privilégié de rétrospection, d’analyses approfondies et de projections. Le 20 janvier 1961 est perçu comme marquant le départ du dernier soldat français. Toutefois, le contexte a bien changé à maints égards. L’évolution géopolitique née de la mondialisation a imposé au monde de nouvelles formes d’insécurité, changeant fondamentalement la nature même des menaces, et en conséquence, celle de la défense des Etats et des Nations. L’Armée Malienne n’échappe guère à cette évolution, à cette logique.

Aujourd’hui, plus que jamais, la plupart des armées du monde subissent, malgré elles, non seulement les impostures terroristes et djihadistes, mais aussi et surtout les différentes formes d’irrédentisme ; toutes choses qui ont fini par fragiliser notre outil traditionnel de défense nationale.

Dans un tel contexte, comme par l’effet d’une répétition historique inversée, depuis l’année 2013, le mois de janvier symbolise désormais la synergie d’actions entre les militaires maliens et leurs frères d’armes des autres parties du monde. Cette fois-ci, il ne s’agit plus de soldat d’occupation, mais plutôt de soldat libérateur.

C’est ainsi que le 11 janvier 2013, l’Opération Serval est intervenue aux côtés de l’Armée Malienne, qui se trouvait aux prises avec l’envahisseur terroriste et djihadiste. Tout récemment en janvier 2015, c’est un jeune Malien, Lassana Bathily, qui a sauvé des vies humaines en France. Simultanément ou presque, des terroristes causaient de nombreux morts et la désolation en France. Tout cela vaut pour signaler la communauté de destin des armées et des nations, face à la nouvelle menace transnationale.

C’est pour précisément cela que nous avons, en votre nom, répondu avec honneur et fierté à l’invitation que le Président Hollande nous a faite de nous trouver à ses côtés dans une marche mondiale contre le terrorisme et pour la paix. Cette marche qui a réuni les Chefs d’Etat et de Gouvernement de plus de cinquante pays du monde, a voulu signifier le refus collectif de subir l’intolérable, l’inadmissible, l’ignoble. Nous l’avons fait dans un esprit très clair, le refus du terrorisme sous toutes ses formes, y compris quand l’on veut agresser, attenter à ce que chaque peuple a de plus profond, sa liberté de croyance, son attachement à sa foi. Et la nôtre est très claire : nous sommes un pays d’Islam ; nous chérissons notre religion, surtout notre Prophète, Mahomet (PSL). Que nul n’en doute !

Tirant les leçons de ces circonstances, j’ai instruit au Gouvernement de ne ménager aucun effort pour la remise à niveau de nos Forces Armées et de Sécurité, dans un contexte d’intégration multinationale, prenant dûment en compte la menace terroriste. Le processus de la réforme a été ainsi engagé avec pour moment-clé, la tenue le 5 janvier 2015, du Conseil Supérieur de la Défense. En effet, au cours de sa session, le Conseil a entériné la Loi de Programmation militaire. La mise en œuvre de cette dernière s’attèlera à la modernisation de la gestion et de la gouvernance de nos Forces Armées et de Sécurité. Par ailleurs, la conception du Système d’Information des Ressources Humaines a fait faire des avancées assez appréciables de gestion, tout en jetant les bases d’une meilleure maitrise de nos effectifs.

C’est le lieu d’exprimer toute mon appréciation des efforts et sacrifices consentis par les Forces Armées et de Sécurité. La célébration de ce 54èmeanniversaire m’offre l’occasion de leur réitérer toute ma confiance. Nous Relèverons ensemble les défis du moment, car ce sont aussi les nôtres. J’exhorte plus particulièrement le Ministre de la Défense à veiller scrupuleusement à parfaire les capacités de notre outil de défense et de sécurité et ce, en application stricte des récentes résolutions du Conseil Supérieur de la Défense Nationale.

Les actions de soutien de nos partenaires de la réforme, en matière de formation et d’entraînement, montrent déjà des résultats appréciables. Ainsi, cinq groupements tactiques interarmées ont-ils déjà été mis en place. Le Gouvernement a consenti d’énormes efforts d’accompagnement qui ont porté sur le renforcement des capacités opérationnelles, notamment en matériels de soutien, en matériels et équipements roulants, ainsi qu’en moyens de communication, de maintien d’ordre et de protection civile.

C’est du reste dans un tel cadre qu’a été passé le contrat de fournitures d’équipements qui a défrayé la chronique pendant de longs mois en 2014. Ce marché nous a valu des incompréhensions avec nos partenaires. L’examen profond des textes régissant les marchés publics, notamment la section relative aux dispositifs dits de « secret défense », a amené le gouvernement à relire la loi dans le sens d’une plus grande transparence et efficience des dépenses publiques.

Toutefois, il y a lieu de noter que le contrat en question ne portait ni sur des marchés fictifs, ni sur des produits superflus. Toutes les commandes qui ont été honorées correspondent à des besoins essentiels et urgents, exprimés par nos troupes éparpillées sur un théâtre d’opérations s’étendant de Nara à Tinzawaten.

Ce sont nos enfants à tous qui sont au front. En tant que chef suprême des forces armées, je porte la responsabilité de leurs conditions et de leur sort sur le terrain. Qu’on aille voir aujourd’hui, après la distribution récente du paquetage, quel est le moral des troupes. C’est cela qui m’importe ! Et, au demeurant, je n’ai surpris personne car j’ai toujours dit que si le sort voulait que je vienne aux affaires, ma première mission serait d’équiper les forces armées et de sécurité, de les mettre à niveau. Je l’ai fait et je vais le faire davantage encore !

Vouant le plus grand respect, je voudrais dire aux forces armées et de sécurité que je ne tricherai jamais avec elles. Il faut tirer tous les enseignements des insuffisances et maladresses constatées et les corriger dans le cadre de la nécessaire réforme structurelle actuellement en cours. La restructuration des Forces Armées et de Sécurité est nécessaire, en vue d’en faire des Forces Républicaines motivées, respectueuses de l’Etat de droit, entièrement dédiées à la sauvegarde de l’intégrité du territoire et à la protection des personnes et de leurs biens. En cela, elle sera conforme à la nouvelle Politique de Défense nationale, déjà abordée dans mon adresse à la Nation du nouvel an. L’année 2015 sera donc dédiée à cela.

L’objectif premier de nos jours est la lutte contre le terrorisme. Ce dernier est un fléau qui présente malheureusement plusieurs facettes, dont certaines sont transfrontalières et transnationales. Il est d’une grande complexité et la lutte pour le combattre nécessite des sacrifices très lourds. Les Maliens, à tous les niveaux, devront se mobiliser à cet effet. C’est ainsi que nous pourrons mobiliser la Communauté internationale à nos côtés.

Officiers,

Sous-officiers

Militaires du rang,

Mes chers compatriotes,

La restauration de l’autorité de l’Etat s’inscrit en bonne place dans les priorités de mon gouvernement et de mon mandat. Toutefois ici également, le dialogue reste un moyen privilégié et incontournable, même si je mesure l’état d’esprit militaire à ce sujet. Il s’agit bien évidemment d’un dialogue franc et constructif qui ne saurait, en aucun cas, mettre en cause la forme républicaine du Mali, ni son indivisibilité, et encore moins sa laïcité. Je mesure l’amertume et les attentes des Forces Armées et de Sécurité par rapport au processus d’intégration à venir, suite au retour en son sein de certains acteurs jadis identifiés comme leurs adversaires sur le terrain. Je voudrais dire à tous que je les comprends.

Cependant, mon rôle est celui d’un Chef de famille, chargé de veiller à la concorde, à la quiétude et à l’unité nationale. Mais par-dessus tout, je suis Chef d’Etat. Je ne m’y déroberai pas, je ne m’y déroberai jamais car, c’est pour cela que les Maliens, dans une très large majorité, ont porté leur choix sur ma modeste personne. J’assumerai !

Le processus du dialogue inter-maliens d’Alger reste une opportunité à saisir. Je félicite l’ensemble des Forces Armées et de Sécurité pour leur esprit de discipline vis-à-vis du « Cessez-le-feu » du 23 mai 2014 et pour leur aptitude à se contenir face aux nombreux actes hostiles et de provocation dont elles sont souvent victimes. Oui il faut le reconnaître et le dire avec force et conviction : notre Armée porte en elle les germes de la réconciliation par le seul fait de sa représentativité nationale. Nous ferons en sorte que cette représentativité soit davantage confortée, mais dans la fermeté et dans la rigueur.

Je voudrais de nouveau insister sur le fait que nous mettons le développement et le bien être au cœur des missions du gouvernement. Car tel est l’axe fondamental de mon mandat et tel je l’appliquerai.

La guerre, nous la ferons si nous y sommes forcés et contraints. Mais la guerre n’est nullement un choix, en tout cas nullement notre choix.

C’est la paix que j’ai promise. C’est à la paix que je travaille. C’est à la paix que travaillent tous, société civile, médias, leaders d’opinion, communicateurs, autorités traditionnelles et religieuses, femmes et jeunes représentant leurs communautés dans les multiples fora dédiés à la question du Nord.

Cependant, les mines anti-personnelles tuent pendant que nous dialoguons. Pendant que nous dialoguons, des forces sournoises attaquent nos soldats et ceux de la MINUSMA, comme nous l’avons vécu encore récemment à Nampala, Téninkou et Kidal. Pendant que nous dialoguons, elles tentent d’ériger Tabankort, Anefis, Almoustarat, Djebock, Tabrichat, Agamor, Tarkint, Aguelhoc et Ersane – que je connais bien et où j’ai passé quelques merveilleux jours – en sanctuaires et en bases arrière. A quelle fin ?

Ces attaques sont lâches et elles sont le fait de groupuscules opposés au dialogue.

Mais ils ne nous divertiront pas et ne nous feront pas désespérer. In sha’Allah ! Le processus inter-malien aboutira. Il n’y a pas d’autre choix que d’aboutir à la paix. Le Mali n’a pas d’autre alternative, le Mali n’est pas seul dans ce combat. Les groupes armés, quelque soit le temps qu’ils y mettront, accepteront, tôt ou tard, la main que je leur tends. C’est un geste de bon sens, sincère et fraternel. Il est temps que nous arrêtions d’insulter l’avenir, de nous faire du mal les uns aux autres, de faire mal à ceux que nous aimons, surtout les personnes âgées et les enfants, pour des projets chimériques. Car tant qu’il y aura un Malien sur la terre du Mali, sur cette Terre des Hommes, personne n’acceptera la division de ce pays. Aucun Malien ! Pendant qu’il est encore temps, sachons raison retrouver ! Sachons unité retrouver ! Sachons, de nouveau, revivre ensemble et pleinement ensemble !

Je dis donc aux mouvements, de nouveau, venez à la table du dialogue. Nous y sommes ! Venez-y cette fois-ci franchement, sans faux-fuyant et surtout les premiers responsables. Ne laissez pas ça à d’autres. Le refrain « nous n’avons pas pouvoir de décision » est trop épuisé. Il est temps que vous veniez à la décision. Laissons les armes au vestiaire, ne créons pas des démons qui nous emporteront tous demain, tels que l’ethnisme, le communautarisme ou le séparatisme. Restons le même Mali de Kidal à Kayes. Restons la même Nation d’Ambidédi à Tin Zawaten. Car s’il y a une guerre juste à mener, c’est celle contre l’analphabétisme, la faim, la maladie et la pauvreté.

Officiers,

Sous-officiers,

Militaires du rang,

Mes chers compatriotes,

Je fonde l’espoir que par la grâce de Dieu et le concours des partenaires qui ont toujours été à nos côtés, notre Armée saura se mettre à hauteur de souhait et de défi. Les vicissitudes communautaires, religieuses et régionales nous ont certes emmené à douter par moment, mais par une application rigoureuse et méthodique de la Loi de Programmation militaire, nos Forces Armées et de Sécurité sauront répondre très bientôt à toutes leurs missions régaliennes. L’armée nationale est le socle le plus sûr de confort et de réalisation effective de toute décision politique.

Ma force, c’est vous ! Cette force de la Nation que j’ai charge et mission de traduire en actes tant au-dedans qu’au dehors, c’est vous qui devez me permettre de l’assurer, de l’assumer.

Je compte sur chacune et chacun de vous, femmes et hommes en uniforme.

Vive l’Armée Malienne !

Vive le Mali !

Vive la Coopération militaire internationale !




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *