Search
dimanche 19 novembre 2017
  • :
  • :

IBK rencontre la classe politique pour calmer le jeu sur les négociations, ébola, l’achat de l’aéronef, les contrats d’armement…: ‘‘je ne couvrirai personne’’

En recevant hier, les partis politiques de la majorité et de l’opposition,   le Président IBK a abordé avec eux les sujets d’actualité relatifs aux négociations d’Alger, à l’acquisition d’aéronef et aux contrats de fourniture de matériels et d’équipements militaires, à Ebola. Aux deux blocs politiques, il a donné l’assurance qu’il ne mettra rien au-dessus des intérêts du Mali.

Ce sont les partis politiques de la majorité présidentielle qui ont été les premiers à être reçus, à 10 heures, par le Chef de l’État, Ibrahim Boubacar KEITA. Selon des sources proches de la rencontre, tous les présidents des partis politiques, membres de cette majorité ont répondu présent à l’invitation.

Au cœur des échanges, apprend-on, il y avait les négociations d’Alger dont le 4e round devait débuter hier. Fidèle à sa position, le Président IBK a réitéré sa volonté que ces négociations connaissent leur épilogue dans notre pays. Ce, à travers la signature, sur le territoire malien, de l’Accord pour une paix globale et durable garantissant une solution définitive à la crise qui affecte les régions du Nord.

Le Président IBK a saisi l’occasion de cette rencontre pour rappeler son attachement indéfectible au respect de la « ligne rouge » infranchissable fixée, à savoir : l’intégrité territoriale, l’unité nationale, la forme républicaine et laïque de l’État.

La Majorité présidentielle, partageant entièrement cette position du Président de la République, lui a exprimé son ferme soutien, à lui, ainsi qu’à la délégation officielle à Alger.

Actualité oblige, les questions de gouvernance se sont invitées dans les échanges entre le Chef de l’État et ses alliés politiques.

Au sujet de l’acquisition de l’aéronef et du réarmement des Forces armées maliennes (FAMA), IBK a soutenu que cela s’inscrit dans le cadre d’une nécessité absolue. Par conséquent, il s’agit de décisions qui peuvent prêter  à discussion. A en croire certaines de nos sources, le Président IBK assume pleinement cette double décision souveraine d’acquérir un avion et de mettre son armée dans les meilleures conditions lui permettant d’assurer sa mission de défense du territoire national.

Par ailleurs, le Chef de l’État qui se savait  très attendu sur le terrain des présumées malversations qui auraient entaché les différents contrats (achat d’aéronef et fourniture de matériels HCCA (d’Habillement, de Couchage, de Campement et d’Alimentation), de véhicules et de pièces de rechange, ne s’y est pas dérobé.

Aussi, a-t-il fait savoir qu’au nom du principe de la séparation des pouvoirs, il n’entend faire aucune intrusion dans les dossiers qui relèvent désormais du ressort de la justice. Dans la même veine, a-t-il réaffirmé, son respect du principe de la présomption d’innocence.

Pour autant, rapporte-t-on,  il a martelé qu’il n’est pas un «Président à placer autre chose au-dessus des intérêts du Mali».

Pour les personnes qui pourraient être rattrapées par la justice dans la gestion des différents contrats, IBK a été clair: il ne couvrira personne. Il a voulu que des enquêtes soient menées pour situer les responsabilités des uns et des autres. Ces enquêtes suivent leur cours sans obstruction aucune. C’est pourquoi, il a invité à laisser la justice faire son travail.

La question d’Ebola qui touche notre pays ne pouvait rester en marge des échanges entre le Président de la République et les partis politiques. Il a salué l’efficacité des services socio-sanitaires, même si des faiblesses sont apparues dans le dispositif mis en place. Convaincu que la lutte contre Ebola est une guerre à mener et à gagner, IBK a invité à plus de vigilance, à l’implication de chaque citoyen à travers le respect des mesures sanitaires. Le Président a lancé un appel pressant aux populations à se comporter de sorte que Ebola soit définitivement enterrée dans notre pays.

Autour des mêmes questions, le Président de la République a reçu, dans l’après-midi, à 15 heures, les partis politiques de l’opposition qui ont mis à profit l’occasion pour exprimer leurs préoccupations sur les différents sujets qui défraient la chronique.

L’on apprend que les différentes rencontres ont été très fructueuses en ce qu’elles ont permis au Chef de l’État d’être en phase avec les attentes des principaux acteurs politiques.

Pour rappel, les rencontres de ce genre sont en passe de s’ériger en tradition, après des débuts marqués par une gestion solitaire des affaires publiques. Avant la signature de la Feuille de route des négociations dans le cadre du processus d’Alger, le 24 juillet dernier, IBK avait rencontré l’ensemble des composantes de la société malienne pour un échange franc et direct.

Par Bertin DAKOUO

 

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *