Search
vendredi 21 janvier 2022
  • :
  • :

Ikassa MAIGA aux membres du Conseil de sécurité: ‘‘vous avez échoué, donnez-nous le temps’’

Ce vendredi 29 octobre, le ministre de la Refondation chargé des relations avec les institutions, Ibrahim Ikassa MAIGA, a rencontré les membres de la Commission nationale d’organisation des ANR. À cette occasion, il a révélé avoir eu avec le corps diplomatique, dans un passé récent, des échanges autour de l’épineuse question de la prorogation du délai de la transition. Selon ses dires, il a eu à confondre ses interlocuteurs sur leur attitude contradictoire face à la situation de notre pays. En effet, alors que cette communauté internationale s’accrochait au respect du délai des 18 mois de la transition, conformément à la Charte de la transition, le ministre a rappelé que toute la communauté internationale n’était pas parvenue en 8 ans à respecter un engagement qu’elle avait pris pour un an.
Voici sa déclaration.

«Nous leur avons dit : attention !
Vous, communauté internationale, vous dites 27 février 2022, c’est la limite.
Il faut tenir les présidentielles ! Nous on a dit, on est en train de faire des choses. C’est le peuple malien qui dégagera son planning. On da dit, ah non non, on ne pourra pas. On a dit, mais vous communauté internationale, et j’avais un ambassadeur d’un pays membre du Conseil de sécurité en face. J’ai dit, mais attention ! Vous, au Conseil de sécurité, vous vous êtes donné des délais.
La MINUSMA a été créée en 2013 pour un an avec comme mission principale : aider le Mali à se stabiliser.
Alors, vous n’y êtes pas parvenu en un an. Ensuite, en 2014, vous vous êtes donné une autre année.
Ainsi de suite, ainsi de suite.
On est à 8 ans du délai que vous vous êtes donné. Et vous avez échoué.
Maintenant, les Maliens ont décidé de se prendre en charge.
Mais, quand même, donnez-nous juste le strict nécessaire.
Et je pense qu’il est redescendu d’un cran.
Parce que c’est ça notre problème. On a dit, nous-mêmes, nous ne sommes pas à l’aise dans cette situation. Mais quand même, c’est l’avenir de notre pays qui est en jeu».




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *