Search
mercredi 25 mai 2022
  • :
  • :

Imam Dicko: ‘’ces sanctions ne suffiront à faire disparaitre le Mali’’

Suite aux sanction économique et financière très dures prises contre le Mali lors de la réunion du sommet extraordinaire des Chefs d’Etat de la CEDEAO à Accra, au Ghana, dimanche dernier ; le religieux Imam Mahmoud DICKO a invité les Maliens à l’unité et à cohésion sociale. Pour lui ces sanctions ne suffiront à faire disparaitre le Mali.

En effet, pour amener la junte à un retour rapide à l’ordre constitutionnel, ces sanctions ne sont pas les premières. Cependant, vue la lourdeur de celles-ci ; le religieux Imam Mouhamoud DICKO, ancien président du Haut Conseil Islamique du Mali, invite, les Maliens à se donner la main, tout en laissant de côté nos différends, nos égoïsme et autres mésententes ; qui ne feront que nous enfoncé surtout en ces moment de crise.

Face à la situation, il appelle la population Malienne à agir avec sagesse ; à rassembler tous les leaders religieux ou politique, et tout influent du pays ; pour unir, les cœurs et idées ; afin de faire face aux sanctions. « Ensemble nous vaincrons » a- prononce l’Imam.

Dans son propos, l’imam Mahmoud DICKO, a laissé entendre qu’il avait vu le coup venir et s’est investi pour l’éviter sans succès. Pour lui, le Peuple malien ne mérité pas ces sanctions.

Le religieux, dans son propos, conseille aux Maliens d’éviter de se rabaisser à travers propos et actes indésirables pour riposter à la sanction ; en justifiant que ces pays réunis contre le Mali abritent, chacun, des Maliens qui y travaillent. Autant les rassurer.

«Ne nous laissons pas déstabilisé par quelques chose de passager ; je suis sûr que ces problèmes prendront fin un jour, et le Mali retrouvera la paix et son intégrité territoriale» a-t-il calmé.

L’imam s’est dit convaincu que c’est un peuple unit et solide qui peut faire face à cette épreuve.

Pour lui, ces sanctions ne pourront ni le détruire le Mali, ni humilier les Maliens.

Avant de terminer, il a appelé le Peuple malien au calme et à la retenue.

Par AMINA SISSOKO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *