Search
jeudi 20 janvier 2022
  • :
  • :

IMAM Mahmoud DICKO: ‘‘ je ne demande le départ de personne’’

Comme annoncée en début de semaine, l’ancienne autorité morale du M5-RFP, Imam Mahmoud DICKO, a organisé ce dimanche 28 novembre 2021, une séance de lecture du Saint Coran aux allures de meeting sur le terrain de foot de Baco Djicoroni ACI à 14h00. Au cours de ce rassemblement, il a demandé au peuple Mali de faire un effort pour chasses de nos cœursle démon de la division, de la rancœur de la haine afin de mettre ensemble autour du Mali. Pour ce faire, il a invité toutes les forces vives de la nation à se mettre ensemble dans le cadre d’un sursaut national afin de sauver l’essentiel qui est notre pays.

L’objectif annoncé de cette manifestation était de faire des bénédictions pour le Mali et donne des conseils aux autorités et au Peuple du Mali.
A l’entame de son propos, l’imam Mahmoud DICKO, a tenu à remercier tous ceux qui ont fait le déplacement de cet après-midi, pour prendre part à cette manifestation de soutien au Mali. A commencer par les délégations venues de l’intérieur du pays, malgré la fatigue du voyage.
D’entrée de jeu, l’imam de Badalabougou, Imam Mahmoud DICKO, a souligné que cette sortie était cette de la clarification sur un certain nombre de sujets dans lesquels il souvent accusés.
Faisant l’était de la situation sociopolitique, l’imam DICKO a fait constater que le peuple qui sous la pression de la communauté internationale se trouver divisé.
C’est pourquoi, il a demandé au peuple Mali de faire un effort, qu’on chasse de nos cœurs, le démon de la division, de la rancœur de la haine. Pour que ne puisse avoir de la place dans nos cœurs, l’amour et le pardon et la solidarité.
Le moment exige, selon lui, que le peuple malien se mettre ensemble, de dépasser ces différends ; ces contradictions qu’il y a entre nous.
Il s’agit pour lui de se mettre ensemble pour l’essentiel qui est le Mali.
Sur cette tribune, il a lancé un appel à l’ensemble des forces vives, aux autorités de la transition, tous les enfants de ce pays, à se mettre ensemble dans le cadre d’un sursaut national afin de sauver l’essentiel qui est notre pays.
Il également demandé à la communauté internationale, aux pays amis, notamment ceux de la CEDEAO, à être indulgent avec le Mali. Il demande aussi leur indulgence et leur accompagnement.
Dans son propos, il a insisté sur le fait que notre pays traverse une situation difficile aujourd’hui.
De son avis, la désintégration du Mali ou de son effondrement aura des conséquences fâcheuses pour toute la sous-région. Pour cela, il a demandé à tous les acteurs de la crise malienne de faire preuve d’indulgence.
«Nous remercions tous ces pays frères, voisins, et ceux-là de la communauté internationale qui ont toujours accompagné le Mali», a-t-il dit, avant d’ajouté et le peuple est reconnaissant de l’effort de chacun et de tous.
«Le peuple Malien n’est pas un peuple, nous ne sommes pas peuple ingrat», a-t-il rassuré.
Certes, dit-il, nous ne sommes pas un peuple soumis, mais on n’est pas ingrat, a insisté l’imam DICKO.
Dans jours à venir, il a souhaité que les autorités, les forces vives de la nation, voire le Peuple Malien dans son ensemble, vont se mette ensemble pour donner des signaux forts visant à aider le pays à sortir de cette situation qui n’a que trop durée.
Avant de faire des bénédictions pour le pays, il a prié pour le repos de tous ceux qui sont tombés pour le Mali, qu’elles soient des victimes militaires ou civiles. Au passage, il présenté ces condoléances au Chérif de Nioro du sahel, Bouyé HAIDARA, qui vient de perdre l’un de ces fils.
«Si nous voulons que Dieu nous pardonne, il faut que nous nous pardonnons entre nous », a prêché l’imam.
Avant de continuer, il a invité les autorités de la transition, qu’il considère comme ses enfants, à ne pas prendre mal les critiques qu’ils les adressent de temps à autre.
Pour lui, la salut à la crise que nous viendra par les vertus du dialogue.
Il s’est insurgé contre ceux qui brûles champs, pillent les populations et encerclent les villages au nom de l’imam. «Ces genres de comportements sont contraires aux valeurs de l’imam », a-t-il laissé entendre.
«Soyons de bonne foi pour que la paix revienne dans notre pays», a-t-il continué de prêcher.
S’adressant à ces anciens camarades du M5-RFP, il les a rassurés qui ne garde aucune contre l’un de ces membres. «Je garde aucune rancune dans mon cœur contre l’un d’entre vous. Il y en a parmi eux qui m’ont accusé. Je les donne raison», a-t-il plaidé. Cette rencontre, selon lui, n’est pas pour demander le départ de tel out tel dirigeant. Ainsi, il clarifie l’objet de sa rencontre.
Dans son intervention, l’imam DICKO a aussi fait des révélations quant au choix de l’ancien Premier ministre, Moctar OUANE. Il affirme avoir proposé ce dernier à la junte après le refus de Abdoulaye Idrissa MAIGA qui a été également Premier ministre, sous IBK.
Contrairement à des rumeurs sur ses relations avec le pouvoir, l’imam DICKO soutient n’être pas en contact avec Assimi GOITA depuis bien avant la destitution de Bah N’DAW et de son Premier ministre.
Au contrairement, il pense que le président Assimi GOITA ne veut pas le recevoir.
« Nous avons mis une équipe de responsables religieux afin de jouer notre partition au retour de la paix et au calme. A cette fin, nous avons souhaité rencontrer Assimi, mais ils nous ont exigés une lettre d’audience. On a fait cette lettre jusqu’à ce jour, on n’a été répondu », a dénoncé l’Imam DICKO.
Parmi ces acteurs auxquels il doit des excuses, il a cité, entre autres : Me Mohamed Ali BATHILY ; Mme Sy Kadiatou SOW ; Modibo SIDIBE ; Jeamile BITTAR, etc.
Toutes ces personnalités on rejoint le M5-RFP grâce à ses sollicitations.
Avant avoir demandé pardons à ses anciens camarades, il les a, au retour invité à se mettre à l’écoute des autres composantes de la nation afin de trouver ensemble une issue heureuse à la crise.

Par Abdoulaye OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *