Search
mercredi 13 décembre 2017
  • :
  • :

Incendie au marché de bois à Hamdallaye: plus de 900 millions FCFA parti en fumée

Dans la nuit du mardi au mercredi, un incendie dont l’origine reste à déterminer s’est propagé au niveau du marché de bois de Hamdalaye, côté Est de la Maison du Hadj. Si l’on ne déplore aucune perte en vies humaines ni de blessés, force est de reconnaitre que les dégâts matériels sont importants, plus de 900 millions de FCFA. Par ailleurs, rapidité des soldats du feu aidés par le dégagement des voies d’accès a permis de circonscrire le drame.

Le marché de bois de Hamdallaye près du centre islamique a pris feu, dans la nuit du mardi, aux environs de 2 heures du matin, selon des témoins.
Sur place, trois ministres du gouvernement Modibo Keita étaient venus s’enquérir de l’ampleur du drame et apporter aux sinistrés le soutien moral des plus hautes autorités. Il s’agit des ministres du Commerce, Abdel Karim Konaté ; de la Culture, de l’artisanat et du tourisme, Mme N’Diaye Ramatoulaye Diallo, ainsi que celui de l’Administration territoriale, Abdoulaye Idrissa Maïga.
Selon les informations recueillies par notre équipe de reportage, l’explosion d’une voiture est à l’origine de l’incendie. En tout cas, des témoins ont affirmé avoir entendu le bruit de l’explosion qui a alerté les voisins. À cette heure tardive de la nuit, les voisins sont sortis de tous les côtés. Malgré leur détermination à circonscrire le drame, le feu s’est rapidement propagé dans les installations des commerçants, généralement en paille.
C’est ainsi que l’équipe de la protection civile a été alertée.
Selon le commandant des équipes de la protection civile, Bakary Dao, les secouristes une fois alertés n’ont pas tardé à se mettre en route.
«Nous avons reçu le message d’alerte à 2 heures 02 minutes et à 2heures 09 déjà, nous étions sur le terrain».
M. Dao nous a confié que les causes de l’incendie ne sont pas encore connues. Il revient à la police de mener des investigations pour mettre la lumière sur les circonstances de cet incendie.
Selon lui, plusieurs dégâts matériels, notamment des voitures, plus de 60 kiosques, plusieurs motos, des bois, de l’argent en liquide ont été brulés. Approximativement, plus de 900 millions de FCFA sont partis en fumée.

Contrairement aux incendies précédents, le commandant a souligné que le pire a été évité, hier, par ce que les voies d’accès de ce marché étaient bien dégagé. Toute chose qui a facilité le travail des soldats du feu. Cette fois, s’est-il réjoui, ses équipes ont pu facilement accéder au terrain pour vite passer à l’action.
Le responsable des commerçants du marché de bois, Bakary CAMARA, a estimé que les dégâts sont énormes. Il a invité les autorités à les aider à passer ces moments difficiles.
Bakary CAMARA a confié avoir reçu deux chargements de camion en bois, il y a quelques jours, en plus d’autres biens de valeur, le vieux Camara affirme avoir perdu, à lui seul, plus de 30 millions FCFA.
Un autre témoin, Mamadou Camara, les larmes aux yeux, a confié que ses marchandises sont venues, le mardi dernier. Mais, tout est parti en fumée au cours de cet incendie. Sur les lieux, on pouvait voir ces tonnes de bois réduits en charbon.
Au nom du gouvernement, le ministre du Commerce, a adressé aux sinistrés la compassion des plus hautes autorités. Il a promis qu’une commission d’enquête sera mise en place pour enquêter sur les sources du sinistre.
Selon des témoignages du ministère du Commerce, contrairement aux drames du même genre survenus aux marchés Rose, Dossolo Traoré, Colas… où les soldats du feu ont mis du temps pour accéder au foyer incandescent, ils n’ont eu aucune peine à circonscrire cet incendie propagé à une soixantaine de kiosques. Pour minimiser les incendies sur nos marchés, le gouvernement, à travers le ministère du Commerce, a élaboré 14 mesures, en avril dernier, à mettre en œuvre.
Elles concernent entre autres, le désengorgement des voies d’accès et de servitudes des marchés ; la mise en place d’une équipe mixte d’alerte dans les installations électriques ; la vérification et la mise aux normes des installations électriques; l’interdiction des feux ouverts dans les marchés ; la vérification et la mise aux normes des constructions ; l’organisation de campagnes d’information, d’Éducation et de communication sur les risques d’incendie de marché ; la multiplication des bouches d’incendie aux alentours et dans les marchés ; la mise en place d’un système de gardiennage professionnel permanent ; l’amélioration de l’éclairage public et de l’éclairage de sécurité dans les marchés ; l’organisation de la gestion des marchés par les autorités communales avec la participation des exploitants.
Aussi, le département préconise-t-il, l’application de la réglementation sur le stockage, la détention et la vente de feux d’artifice et autres produits explosifs similaire ; le recasement des déguerpis suite au désengorgement des voies d’accès dans les marchés ; le renforcement des capacités opérationnelles des services de secours et de lutte contre les incendies ; l’institution de l’obligation de souscrire une assurance incendie des équipements marchands et des marchandises.
Par Mariama KABA (Stagiaire)




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *