Search
dimanche 18 novembre 2018
  • :
  • :

Incitation à la violence: Abdoul Niang appelle à poursuivre Me Bathily

Le leader de la révolution citoyenne, Abdoul NIANG, a animé, vendredi dernier, à Sotuba, une conférence de presse, pour aborder certains sujets brulants de l’actualité au Mali, notamment l’avant-projet de découpage administratif ; la grève des promoteurs d’écoles privées ; la mise en place du COFOP et du FSD.

A propos du nouveau projet de découpage administratif, Abdoul NIANG a rappelé que cette loi a été adoptée depuis 2012 bien avant qu’Ibrahim Boubacar KEITA ne soit Président de la République.
Selon lui, ceux-qui veulent faire croire que ce projet de découpage est une recommandation de l’Accord d’Alger, et qu’il vise la division du Mali, doivent répondre devant la justice.
Le guide de la révolution citoyenne a déclaré que les opposants qui critiquent aujourd’hui ce projet de découpage administratif l’ont voté en 2012.
Aussi, a-t-il rappelé, ils ont-ils récemment réclamé corps et âme la mise en œuvre des régions non opérationnelles. A son avis, les opposants à ce projet de découpage se livrent plutôt à des conflits personnels et à des actions de vengeances qui n’ont rien à voir avec la défense de l’intérêt du pays.
«Ce projet de découpage n’est pas une recommandation de l’Accord d’Alger, mais sa mise en œuvre facilitera la concrétisation de certaines dispositions de l’Accord », a-t-il indiqué. Avant d’ajouter que ces opposants ont pour stratégie de prendre les syndicats comme boucliers en incitant à des grèves intempestives », a dénoncé Abdoul NIANG.
S’agissant de la Coalition des forces patriotiques (COFOP), le conférencier a soutenu que les responsables de cette organisation ne peuvent pas parler ni de démocratie ni de constitution au Mali. La preuve : beaucoup parmi eux se sont récemment rendus coupables de violation grave de la Constitution.
Selon M. NIANG, lors d’une conférence à la Bibliothèque nationale, certains intervenants sont allés loin en réclamant une transition au Mali. Pis, révèle le conférencier, des réflexions sont en cours au sein de la COFOP sur comment déstabiliser et chasser le régime actuel, à travers des soulèvements populaires et des grèves intempestives.
Concernant le Front pour la sauvegarde de la démocratie (FSD), le guide de la révolution citoyenne a déclaré qu’après avoir échoué sur le terrain de la contestation des élections, les partisans de Soumaila CISSE cherchent maintenant des failles dans la gouvernance. Le conférencier dit regretter le fait que ces opposants explorent même les voies illégales pour arriver à leurs fins. Il en veut pour preuve, lors du récent meeting du FSD, un responsable de l’Association Kaoural a appelé à déloger le Président IBK dans 6 mois. Pis, rappelle M. NIANG, Me Mohamed Aly BATHILY a publiquement appelé la population à attaquer les domiciles du ministre Mohamed AG ERLAF, ainsi que ceux des membres de la Cour constitutionnelle, de la Cour suprême, du gouvernement, de l’Assemblée nationale…
Pour ces faits avérés, le conférencier a interpellé le Procureur de la République à s’autosaisir et poursuivre Me BATHILY pour incitation à la violence et à la haine contre les institutions de la République.

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *