Intégration à la fonction publique: la grogne des personnes handicapées

8

Ce mercredi 5 octobre 2016, des jeunes diplômés handicapés sans emploi ont fait un sit-in devant le ministre du Travail et de la fonction publique, chargé des relations avec les institutions. A l’appel du Collectif des personnes handicapées du Mali (COHD) ils étaient des dizaines de chômeurs à bloquer l’entrée principale du département de la fonction publique de 9 heures à 11 heures.

Ces manifestants étaient venus protester contre leur faible intégration dans la fonction publique de l’État et des collectivités territoriales.
Le principal slogan de ces manifestants était : « Le travail ou la mort ». De même, sur les pancartes et banderoles, on pouvait lire : « Nous sommes des handicapés et non des incapables » ; « Plus rien pour nous sans nous » ; « Nous réclamons des droits et non des faveurs » ; « Le travail ou rien », etc.
Dans la lettre de pétition, le COHD réclame plus d’intégration de ses militants dans la fonction publique.
Suivant les termes de cette lettre, signée de son président Bakary DIARRA, la COHD dit avoir appris avec regret que la ministre de la Fonction publique remettait en cause l’intégration directe des personnes handicapées diplômées dans la fonction publique, et ce, après des acquis de plusieurs années.
En tant qu’organisation de personnes handicapées et menant cette lutte qui n’est pas une faveur, depuis de nombreuses années, le COHD se dit très déçu et indigné par cette décision de Mme la ministre.
Pour cause, cette décision mentionne, selon les responsables du COHD, des termes révoltants comme faveur, dérapage, et défigure les dispositions des instruments juridiques internationaux que le Mali a adoptés. Il s’agit en occurrence de la convention N° 159 du BIT sur la réadaptation professionnelle et l’emploi des personnes handicapées ; la Convention relative aux droits des personnes handicapées, etc.
En outre, le COHD rappelle que lors des différentes rencontres, le gouvernement a promis de mettre des mesures en place pour susciter l’intégration des personnes handicapées diplômées dans la fonction publique, notamment les 70 dossiers en suspens depuis 2012.
Cependant, la décision du ministre, selon la COHD, va l’encontre des engagements de l’État malien vis-à-vis de la communauté internationale et de l’intérêt des personnes handicapées diplômées.
C’est pourquoi le COHD a adressé la pétition qui a été signée par la majorité de ces membres.
Dans cette lettre, le COHD exige de : faire une dérogation pour permettre à titre exceptionnel, au titre de l’année 2016, des diplômés en attendant qu’une solution plus claire soit trouvée pour la loi de quota ; revoir la question de la limite d’âge pour les personnes handicapées diplômées ; l’Intégration des 70 personnes handicapées, dont les dossiers, sont en suspens, depuis 2012 ; prévoir des alternatives pour le cas des personnes handicapées diplômées dont les filières ne sont pas concernées dans les différents concours de l’État ; prendre en compte les personnes handicapées diplômées en langue arabe dans le processus d’intégration à la fonction publique.
Si ces revendications ne sont pas satisfaites dans un délai record, le COHD se verra dans l’obligation d’initier d’autres sit-in et des marches pour réclamer ses droits.
Face à cette grogne, le ministre du Travail et de la fonction publique, chargé des relations avec les institutions, Mme Diarra Raky TALLA, a reçu une délégation de frondeurs. A la sortie de cette rencontre, elle n’a pas souhaité s’exprimer sur le sujet.

Par Abdoulaye OUATTARA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *