Search
lundi 22 octobre 2018
  • :
  • :

Intégration des ex-combattants: éviter les erreurs du passé

Le ministre de la Défense et des anciens Combattants a présidé, hier jeudi, l’ouverture des travaux des « Journées de réflexion sur la problématique de l’intégration des ex-combattants » dans l’armée nationale, au CICB. Il ressort des plaidoyers annoncés que les futurs intégrés auront l’obligation d’obéir aux exigences de l’armée.

La cérémonie d’ouverture des travaux était présidée par le ministre de la Défense et des anciens Combattants.
Rien ne sera plus comme avant, pour la nouvelle armée que les autorités nationales sont appelées à former pour la défense de la patrie, Mali. À l’entame de ses propos, le ministre de la Défense et des anciens combattants, Tiéman Hubert COULIBALY, a réitéré tout son engagement à bâtir une armée véritablement nationale, républicaine et réconciliée avec elle-même. L’intégration d’ex-combattants apparait comme un gage de paix, de sécurité et de quiétude tant pour notre pays que pour la région Sahélo-saharienne, a soutenu le ministre. Aussi, a-t-il fait savoir, la problématique de l’intégration des ex-combattants constitue une préoccupation sécuritaire partagée. S’adressant aux hommes appelés sous le drapeau national, il les a invités au sens du sacrifice de soi afin que les résultats issus des travaux inspirent véritablement les décisions des autorités maliennes et leurs partenaires.
Cet atelier sur l’intégration des ex-combattants se décline en un certain nombre de sous-thèmes : « les principes de base de l’intégration » ; « les conditions d’attribution des grades et des fonctions de commandement » ; « les mesures d’accompagnement de l’intégration ».
L’intégration des ex-combattants recommande à tous et à toutes, en tout moment, courage, tolérance, vigilance, rigueur ; mais et surtout une réconciliation des cœurs et des esprits, a-t-il insisté. C’est pourquoi le ministre a engagé les FAMA au dépassement des contingences factices et factuelles avant d’exhorter les ex-combattants à une compréhension, mais surtout à une appropriation diligente des nouvelles exigences de l’armée qui seront désormais les leurs.
Le concert des nations exige un respect strict des normes et conventions internationales et des engagements pris dans l’accord de paix et la réconciliation issue du processus d’Alger.
« L’heure n’est donc plus à la réserve », a-t-il conseillé avant d’ajouter que cet accord pour la paix reste nous, le document de référence.
Cependant, a-t-il souligné, l’urgence ne doit en aucun cas, prendre le dessus sur la nécessité du respect des principes fondateurs.
« Nous devrons éviter de signer des chèques en blanc pour éviter de faire un recrutement au rabais », a dit Tiéman Hubert COULIBALY. Pour qui, les personnels intégrés doivent impérativement satisfaire aux exigences du recrutement dans l’armée.
À cet effet, il a invité les participants à cet atelier de réflexion sur l’intégration d’ex-combattants à baliser le chemin de ce processus, dont le maître d’œuvre reste bien entendu la commission ad hoc qui verra très bientôt le jour.
Des résultats de ces travaux, dépend le leadership que notre pays se doit d’assurer dans la mise en œuvre de l’Accord, a indiqué le ministre. Tiéma Hubert COULIBALY a invité les uns et les autres à se rappeler de l’expérience du passé en la matière.
« Les erreurs commises dans les précédentes intégrations doivent être évitées en vue de maximiser les chances de réussite du présent processus », a-t-il indiqué.
Des réflexions sont attendues, entre autres, sur les effectifs à intégrer dans les FAMA ; la durée du processus d’intégration, en conformité avec celle du DDR ; les étapes obligatoires à franchir. Elles incluront également les conditionnalités d’affectation dans un souci strict de cohésion et d’équilibre interne des FAMA.
Par ailleurs, au-delà des effectifs à intégrer, la question des grades focalise les attentions. Cette dimension mérite une attention toute particulière, a souligné M. COULIBALY. Certes, l’accord prévoit une plus grande représentativité des ressortissants du nord dans les Forces armées reconstituées, y compris dans les structures de commandement, mais il ne faut point se douter que la paix et la quiétude tiennent aux équilibres et aux concessions, a dit Tiéman Hubert COULIBALY.
Parmi les acquis dans le cadre de la mise œuvre de l’Accord, il a souligné, l’élaboration d’un document portant « Politique DDR du Département de la Défense » par le gouvernement.
D’autre part, la question du cantonnement des combattants des groupes armés, a-t-il fait reconnu, demeure encore hypothétique.
Toutefois, il a annoncé que les combattants intégrés devront remplir une grille de sélection rigoureuse, conformément aux conditions en vigueur dans l’armée, sans discrimination aucune.
Avant de terminer, il a tenu à remercier tous les partenaires pour leur soutien et leur accompagnement multiforme pour aider notre pays à sortir de la crise.

Par Abdoulaye OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *