Search
lundi 16 octobre 2017
  • :
  • :

Intégration sociale des handicapées: la FEMAPH plaide pour un quota à la Fonction publique

La Fédération malienne des personnes handicapées (FEMAPH) a célébrée, mercredi dernier, la Journée internationale des personnes handicapées, à travers une conférence de presse, sur les engagements liés à la ratification de la Convention internationale des droits des personnes handicapées.

Le thème de cette année est: «Technologie au service de la participation sociale de la personne handicapée».

Le principal conférencier était Moctar BAH, président de la FEMAPH, qui avait à ses côtés Adama DIAKITE, secrétaire exécutif de la Fédération. On y notait également la présence de plusieurs responsables d’associations des personnes handicapées, membres de la FEMAH.

Le représentant du ministre et responsables du ministère de la Solidarité, de l’action humanitaire et de la construction du Nord ont témoigné de leur présence la cérémonie commémorative de la journée.

Selon le président de la FEMAPH, la célébration de cette Journée est une opportunité pour notre pays d’approfondir la réflexion sur le travail et l’emploi des personnes handicapées sur l’accès à la santé, à l’éducation, à l’apprentissage et à la formation professionnelle.

La Journée du 3 décembre, célébrée depuis 1992, se veut aussi une occasion pour les responsables des organisations des personnes en situation de handicaps au Mali de solliciter plus de promptitude de la part des pouvoirs publics dans l’application de la convention relative à leurs droits.

Pour M.BAH, la journée internationale des personnes handicapée est une occasion de réaffirmer certains principes de base, trop souvent oubliés à savoir : «Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits, le respect de cette dignité implique la reconnaissance de droits fondamentaux comme celui à l’éducation, l’accès à la santé… ».

Par ailleurs, le président de la FEMAPH s’est félicité du choix du thème. A son avis, les avancées technologiques récentes représentent un atout majeur pour l’ensemble de la population.

Aussi, peuvent-elles s’avérer comme des facilitateurs importants de l’intégration sociale des personnes handicapées.

Dans la même lancée, note-t-il, les innovations technologiques contribuent à faciliter l’aménagement des lieux de travail accessibles, la communication pour les personnes ayant une incapacité auditive, liée à la parole ou au langage, à réduire l’incapacité intellectuelle, la lecture ou l’utilisation d’un ordinateur pour les personnes ayant une incapacité visuelle…

Toujours en rapport avec le thème de la Journée, les responsables et membres de la FEMAPH ont salué les efforts consentis par le gouvernement et ses partenaire pour les avoir offert des ordinateurs adaptés aux handicapées visuelles; ainsi que la série de formation en informatique dont ils ont bénéficié.

Le président de la FEMAPH s’est réjoui du fait que le Mali soit le 7è pays africain et le 20è mondial à ratifier la Convention internationale des personnes handicapées.

Cependant, soutient-il, les responsables des associations des personnes handicapées ne sont pas tout à fait satisfaits du degré de mise en œuvre par les autorités maliennes.

«Certes, il y a des acquis, mais nous attendons des actes concrets».

Concernant le point précis de l’intégration des personnes handicapées dans la fonction publique, ils estiment que le Président de la République doit prendre un décret fixant le nombre de personnes handicapées à intégrer directement dans la fonction publique par année. Car, déclarent-t-ils, le recrutement direct des personnes handicapées dans la fonction publique est dû au bon vouloir du ministre. Et tout état de cause, à leurs avis, l’État ne recrute pas à hauteur de leur souhait. C’est le sens de leur combat.

Par ailleurs, le président de la Fédération des personnes handicapées souhaite, le plus rapidement possible, l’adoption du document de Plan stratégique et du Projet de loi sur les droits des personnes handicapées. Un document qui contiendrait pas mal de solutions aux nombreux problèmes des handicapées.

Pour le secrétaire exécutif de la FEMAPH, «C’est à la société de s’adapter à la situation de handicap et non au handicap de s’adapter à la situation de la société».

Par Sékou CAMARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *