Search
dimanche 15 septembre 2019
  • :
  • :

Intox et désintox: quand le Bélier tire à hue et à dia !

Après avoir plagié le document du FSD pour en faire un Accord politique de gouvernance, ce grand machin vers lequel se sont rués tous les affamés de la république, le Bélier en chef requinqué à bloc par sa nouvelle dimension étrangère et puante, l’imposture et la scélératesse défend l’indéfendable : la double posture d’opposant et de membre du Gouvernement. Diantre ! Quelle mouche a donc pu le piquer pour provoquer autant d’agacement et de stress délirant ?
Face à l’INTOX de destruction massive, nous vous proposons la DÉSINTOX de construction massive.
Lisez les croustillantes PÉPITES de la semaine.

Le plagiaire
INTOX
Lors de la journée de réflexion des dissidents du FSD, signataires de l’Accord politique de gouvernance, le Bélier en chef confesse : « l’idée d’un dialogue national pour baliser le chemin de la sortie de la crise est venue du FSD. L’idée d’un accord politique est venue du FSD. C’est le FSD qui a fourni les éléments d’un accord politique dès le 20 avril. La paternité du dialogue politique revient au FSD ».
DÉSINTOX
Le plagiat est une faute d’ordre moral, civil ou commercial, qui peut être sanctionnée au pénal, elle consiste à copier un auteur ou accaparer l’œuvre d’un créateur dans le domaine des arts sans le citer ou le dire, ainsi qu’à fortement s’inspirer d’un modèle que l’on omet, délibérément ou par négligence, de désigner. Il est souvent assimilé à un vol immatériel. Ayiwa deh ! Pour rentrer dans les bonnes grâces du pouvoir, le Bélier en chef a plagié l’idée de l’Accord politique de gouvernance (APG) ; il en a fait un machin en lequel les géniteurs ne se reconnaissaient plus, surtout il en a fait l’instrument par excellence d’exclusion de ses compagnons de malheur. Qu’il gambade, qu’il culbute ! L’obscur architecte de l’APG ne restera dans l’histoire qu’un vulgaire plagiaire d’une œuvre commune altérée pour les besoins de se frayer une place au banquet national. Oui, il le fallait ! Pour lui, c’était vital. Le chétif Bélier est redevenu dodu, bien alimenté qu’il est désormais par les dividendes des reniements et autres ravalements de convictions. Le voici devenu plus royaliste que le roi, lui qui porte la voie du Mali sur la scène internationale ! En glissant du compromis à la compromission, il y a forcément du change qu’il faut donner. En la matière, le Bélier en chef est d’une générosité débordante, à la grande satisfaction de Mandé Bourama 1er vissé à son trône sur son mont Olympe.
La démagogie
INTOX
« Au moment où nous nous acheminons vers ce que nous avons demandé, exigé, souhaité, il est normal que nous nous retrouvions pour préparer cela »,
DÉSINTOX
Pas plus qu’au père Noël, le Bélier en chef ne croit cette machination de Dialogue politique inclusif vidé de sa substance, annoncé comme folklorique et surtout un gouffre financier. Les simagrées et autres discours panégyriques ne font en réalité qu’amuser la galerie. Les membres du Groupe d’experts créé en application de la résolution 2374 (2017) du Conseil de sécurité sur le Mali ont fait l’état des lieux sur la situation au Mali. Dans un rapport, communiqué le 15 juillet 2019 au Conseil de sécurité, ce groupe qui brosse la situation du Mali, s’interroge : ‘’l’Accord étant largement dénoncé par la population, il reste à savoir si ce dialogue suscitera l’adhésion politique nécessaire’’. Plusieurs acteurs majeurs ont de sérieuses réserves sur ce dialogue politique inclusif qui ne fait déjà pas l’unanimité ne serait-ce que sur son intitulé en concurrence avec le ‘’Dialogue national inclusif’’ ou le ‘’dialogue national refondateur’’ qui permettra aux Maliens de revisiter les institutions de la République et les pratiques démocratiques en cours, afin de proposer les réformes institutionnelles et de gouvernance indispensables, ainsi que les réponses endogènes adaptées.
Mais le Bélier qui connaît tous les sentiers sinueux de cette forêt politique peut s’y aventurer tête baissée ; doit s’y aventurer, parce qu’il est du nombre des concepteurs de l’idée du Dialogue, de ceux qui l’ont demandé, exigé, souhaité. De là à miroiter son équipée comme la meilleure des choses qui soit sur cette terre des hommes, il y a une manipulation perverse. Avec un enthousiasme aussi horripilant à bien des égards, il est difficile de croiser un manipulateur aussi dévastateur que ce Bélier.
En fait, en se rabibochant avec le régime, c’est le pantin qui devient marionnettiste.
Les sornettes
INTOX
Le Bélier en chef, qui semble voguer sur des nuages, défie et passe à la contre-offensive : « personne ne peut dire qu’il est plus opposant que nous ».
DÉSINTOX
Quand le ventre gargouillait, sentant l’odeur alléchante qui lui chatouillait les narines venant d’un hypothétique strapontin ministériel, il était difficile de résister à la tentation de trahir ses compagnons d’infortune. Le Bélier n’a pas résisté aux appels de détresse lancés par ses crampes d’estomac. Ses connivences politiques avec ses copains du FSD ont été sacrifiées sur l’autel des instincts grégaires. Ainsi, avec une décontraction volontiers surjouée, le Bélier a réussi une pirouette à laquelle personne ou presque ne pouvait croire a priori. Mais, au Mali, en matière d’indécence politique, de dévergondage démocratique, le jamais vu est quasi quotidien. Approuvé par un Bélier en chef d’une duplicité odieuse, cet accord qualifié de la plus grande arnaque politique du siècle sert d’exutoire à l’apaisement des crises d’estomac. Confondu par sa fourberie et sa scélératesse, le Bélier en chef éructe des insanités à l’endroit de ses désormais ex-potes qui sont restés droits et altiers dans leurs bottes. Le Bélier grognard devenu héros par la magie de l’imposture s’attendait-il à une posillo, un standing ovation ? Non, il disjoncte comme du temps où les prairies n’offraient plus d’herbes verdoyantes, où le lait et le miel avaient tari dans les vallées…
Qu’on se le dise : le Bélier raconte des sornettes par une des affirmations des plus kafkaïennes qui ne trouveront grâce qu’auprès des oreilles non averties. Pour rester en odeur de sainteté auprès de ceux qui l’avaient adoubé voyant en lui un intrépide défenseur des intérêts de la nation, un indomptable et incorruptible ; pour ses dénonciations audacieuses, il tord outrageusement le cou à la loi. Voici ce que dit l’article 5 de la Loi n° 00-047 du 13 juillet 2000, portant statut des partis politiques en République du Mali : ‘’toutefois, tout parti politique appartenant à l’opposition peut participer à la formation du gouvernement ou soutenir l’action gouvernementale. Dans ces cas, il perd d’office sa qualité de parti de l’opposition’’. L’article 7 de la même loi stipule : ‘’les partis politiques peuvent être consultés sur les grandes préoccupations nationales sur lesquelles ils doivent se prononcer’’. Mais il n’est dit nulle part que sous le prétexte de donner son avis, il faut se précipiter dans un gouvernement et continuer à revendiquer son statut d’opposant. En le faisant, le Bélier en chef devient un dangereux manipulateur mental.
Ni baroudeur ni patriote, il ne l’est ; le Bélier en chef a juste chauffé le coin pour être convié à la table. Ce qui a été fait. Après tout, son autojustification se comprend parfaitement puisqu’il n’y a pas d’auto-flagellation en politique. Alors, basta ! Qu’il sirote son thé, en attendant le prochain chambardement qui le verra certainement regagner ses pénates.
L’impertinence
INTOX
Le Bélier en chef, très peu gêné par son imposture, joue les rabatteurs, exécute à la perfection sa partition de propagandiste du régime : « je dis clairement à nos camarades qui n’ont pas signé l’accord politique de gouvernance qu’il ne faut pas qu’ils commettent l’erreur de rater le rendez-vous du dialogue national ».
DÉSINTOX
Merci pour les sages conseils d’un Bélier déluré débordant de démagogie ; mais les camarades en question sont assez grands pour savoir pourquoi ils ne prendront pas part à ce Dialogue et que peuvent être les conséquences de leur choix. Son humour au vitriol ne séduit pas. Quand on abandonne des compagnons avec qui on a fait une grande partie de la route, s’assurer qu’ils arrivent à bon port est une corvée dont le Bélier en chef peut être dispensé. Qu’ils prennent une autre voie et que cela soit qualifié d’erreur est prétentieux et mal venue ; parce que dans ce méli-mélo politique où la vertu est détrônée et ne sert plus de valeur suprême, chacun se fraie son chemin pour atteindre l’objectif qui est le sien. L’erreur s’est de s’autoproclamer objecteur de conscience, de croire que les autres sont dans l’erreur. Le Bélier peut donc aller se faire cuire un œuf, si tant est qu’il en est capable.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *