Intox et désintox: l’opposition aux abois

4

La manchette des canards a été dominée cette semaine par le projet de Loi électorale qui coupe le sommeil à l’opposition qui y voit le diable, tout en niant tous les efforts entrepris dans le sens de la réconciliation nationale par le Président IBK. Face à l’INTOX, nous vous proposons la DESINTOX.
Lisez les pépites de la semaine.

La panique
Intox
Lors de sa conférence de presse du 3 septembre dernier, l’Opposition dite républicaine et démocratique a fait savoir : « (…) les partis politiques de l’opposition ont mis l’accent sur le dysfonctionnement du cadre de concertation ministère Administration Territoriale/Présidents des partis politiques ».

Désintox
Si l’Opposition a des remords pour son boycott du Cadre de concertation ministère de l’Administration territoriale Partis politiques, elle peut toujours revenir. Sans honte. La porte est grande ouverte. C’est elle qui a qui a créé le dysfonctionnement en claquant la porte du Cadre sous des prétextes qui résistent très peu à une analyse critique. C’est bien le groupe parlementaire Vigilance républicaine et démocratique (VRD) qui a boycotté le vote de la loi portant Code des Collectivités territoriales. Il n’est donc pas nécessaire de passer du coq à l’âne. Parce que ce dont il est question, c’est le projet de Loi électorale. Et pour cela, l’Opposition a accepté de participer aux concertations. Alors qu’on s’en tienne à cela.

Intox
« (…) les partis de l’opposition trouvent que cela peut non seulement poser des problèmes au niveau des entités régionales dotées de pouvoirs exorbitants, en conférant une légitimité plus forte (…) ».

Désintox
Quelle affliction ! Des Partis politiques qui se disent républicains et démocrates et qui ne s’accommodent pas avec la légitimité. À moins qu’ils ne soient nostalgiques de la dictature ou qu’ils aient en penchant mortifère pour ce mode de gestion du pouvoir, ils devraient reconnaître que c’est le meilleur moyen de se faire accepter et d’asseoir une véritable gouvernance politique. Il y a lieu de croire que le peuple est en présence de démocrates dans la peau de tyrans. Parce que ‘’la légitimité est la qualité de ce qui est fondé en droit, en justice, ou en équité (définition du Petit Larousse). La légitimité repose sur une autorité qui est fondée sur des bases juridiques ou sur des bases éthiques ou morales, et permet de recevoir le consentement des membres d’un groupe’’. C’est ‘’la qualité d’un pouvoir d’être conforme aux croyances des gouvernés quant à ses origines et ses formes’’. À ce titre, elle ne devrait faire peur à aucun démocrate convaincu et sincère. Mais quand on est républicain et démocrate que de façade, la légitimité flaque la trouille au point de provoquer des hallucinations d’un pays démembré.

Intox
« L’opposition a rejeté totalement le parrainage proposé des élus et le montant exorbitant du cautionnement pour les candidats à l’élection présidentielle ».

Désintox
Ainsi, l’Opposition souhaite une démocratie au rabais où n’importe quel plaisantin ou blablateur peut briguer le suffrage des électeurs. Sinon, il est aisé de comprendre que le parrainage est le moyen de légitimer la candidature. Il crédibilise le candidat qui se trouve déjà investi de la confiance d’élus.
Quant au montant exorbitant du cautionnement, ce ne sont pas des gens qui ont investi des milliards dans la campagne présidentielle qui sont fondés à tenir un tel discours. Ce ne sont pas des cadres qui ont cassé le sucre sur le dos du peuple malien pendant des décennies qui peuvent le faire. Pour les autres qui prétendent à la gestion des affaires publiques, la donne est simple : il faut se donner les moyens de ses ambitions. Parce qu’il est possible de servir son pays, sans être nécessairement élu. Conseiller, député ou président de la République n’a jamais été une question de vie ou de mort. Enfin ! Pas pour tous. Parce qu’il faut quand même dire que l’aigreur de certains s’explique par le fait qu’ils ont tenté à deux reprises d’escalader la colline de Koulouba et qu’à chaque fois ils dégringolent. Pour eux, c’est vital le pouvoir.

Intox
« En revanche, l’opposition approuve les dispositions relatives à la prise en charge de la loi sur le genre pour le rôle prédominant des femmes dans l’avènement de notre démocratie ».

Intox
Ah ! Les séducteurs infidèles. Ainsi, on profite de ce projet de loi pour vanter les mérites des femmes ; question de s’aliéner leur sympathie, si ce n’est leurs voix. Autrement, l’avènement de la démocratie ne date pas d’aujourd’hui. Au demeurant, ces messieurs de l’Opposition sont ceux-là mêmes qui étaient au pouvoir. Ils avaient une majorité confortable à l’Assemblée nationale. Mais ils n’ont songé en aucun moment à faire de cette question du genre une priorité. Dès lors, approuver cette disposition de la loi sous le prétexte de la prédominance du rôle des femmes dans l’avènement de la démocratie dans notre pays, relève de la pure hypocrisie, de la récupération politique. Heureusement que les femmes sont suffisamment avisées pour ne pas tomber dans cette arnaque de grand chemin.

Intox
« Les partis politiques de l’opposition ne voient pas la nécessité de l’introduction du vote par anticipation des forces armées et de sécurité ».

Désintox
Il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir. Les partis politiques de l’opposition ne voient pas la nécessité du vote par anticipation des forces armées et de sécurité, tout simplement parce qu’ils refusent de voir leur nécessité en tant que telle. Sinon ils n’auraient jamais eu à émettre d’objection sur cet article qui s’impose au bon sens élémentaire.

Intox
« Le Mali d’aujourd’hui donne cette impression que le président de la République et le Gouvernement sont totalement débordés, dépassés par les événements ».

Désintox
Heureusement pour le Mali et les Maliens que ce n’est qu’une impression. Sinon les charlatans de l’apocalypse auraient provoqué une tempête dans un verre d’eau. Il est évident que c’est la mauvaise foi qui prend le pas dans ce discours. L’opposition dite républicaine et démocratique s’abstient d’affirmer que le président et le Gouvernement sont dépassés par les événements. Elle use de tournures politiquement correctes pour dire ce qu’ils savent, en âme et en conscience, ne pas être exacte. Ce qui laisse croire naturellement qu’elle n’a même pas le courage de ses opinions. Au demeurant, l’expression être dépassée par les événements est générique. Elle ne précise pas de quel événement il est question.

Intox
« Notre armée a besoin de tout et tout de suite, notre administration publique doit être mieux organisée et mieux outillée, notre économie doit trouver les moyens nécessaires pour se relancer (…) ».

Désintox
Il faut comprendre une fois pour toute que notre outil de défense ne peut pas servir de fonds commerce à des politicards en mal d’inspiration. Il doit être mis au-dessus des opportunismes, des ambitions politiques inassouvies.
Par ailleurs, il est impérieux de faire un rectificatif sur l’utilisation du pronom ‘’notre’’ qui implique que l’armée nous appartient à tous. Ce qui n’est pas le cas au regard de certains comportements antérieurs. Cette armée, si elle était la nôtre, ne se retrouverait pas dans un état de délabrement aussi avancé. Cette armée est restée sous équipée, mal entraînée, parce que ceux qui se font son avocat défenseur aujourd’hui en avaient décidé ainsi. Ils ont préféré se construire des villas cossues, s’offrir des vacances sous les cocotiers, pendant que l’armée qui a pour mission la défense de l’intégrité territoriale se mourrait. L’incapacité de l’armée à accomplir cette mission, est la conséquence de leur incurie, eux qui versent aujourd’hui des larmes de crocodile sur le Nord. Il fallait juste faire au moment ce qu’il y avait à faire. Faute de l’avoir fait, c’est sur un autre que cette opposition se donne le droit, sans gêne, de mettre la pression : ‘’Il faut tout et tout de suite’’. Comme si l’armée avait sollicité ses services.

Intox
« Cette réconciliation aboutissant sur une paix réelle et durable ne serait possible sans l’organisation des CONCERTATIONS NATIONALES ».

Désintox
C’est à croire qu’il y a une fixation sur les concertations nationales. Pire, l’on est fondé à croire que cette question devient une question d’honneur pour l’opposition et non d’intérêt supérieur de la nation malienne. L’opposition veut fonder sa crédibilité sur ces concertations nationales comme si elles étaient une panacée. Aussi, faut-il lui rappeler que c’est elle qui a refusé et même combattu la conférence nationale dont il avait été question après le coup d’État. Pourtant, à l’époque elle était d’une pertinence qui ne pouvait échapper à aucun Malien qui avait tant soit peu conscience de la situation socio-politique et sécuritaire. Cela parce que des intérêts personnels des anciens dignitaires étaient en jeu. Comme on dit en bambara ‘’dugu tigi kôrô tè dugu nyè nen fè’’ (un ancien chef de village ne souhaite pas le meilleur pour le village. C’est cela, ces opposants qui se démènent aujourd’hui comme un beau diable pour faire croire qu’ils aiment ce pays, alors qu’en réalité ils n’aiment qu’eux-mêmes. Le peuple n’est pas dupe. Si l’opposition réclame des concertations nationales, ce n’est pas l’intérêt du Mali, mais le sien propre. C’est évident.

Intox
« Pour conjurer le chaos et l’anarchie, il est indispensable et urgent de réunir les forces vives du pays en concertations nationales ».

Désintox
Quand il y avait le chaos, certains sexagénaires ont retrouvé une agilité de Usain Bolt pour escalader des murs. Quand, il y avait le chaos, ceux qui disent qu’ils aiment le Mali, l’ont abandonné pour se réfugier en France tels des rats qui quittent un navire en naufrage. Certains moins friqués sont restés terrés sous leurs lits prêts à s’enfoncer sous terre au moindre bruit de pas. Quand il y avait le chaos, les pies piaillaient dans une gourde, parce que le Capitaine était très irritable ; pour parler, il fallait, en plus des familles fondatrices de Bamako, saluer celles de Kati ; le fils donnait des ordres et le père exécutait sans murmure ni hésitation.
Quand il y avait le chaos, on amputait, on violait ; il fallait, pour les hommes, porter des pant culottes, et pour les femmes, se voiler.
À présent, tout le monde est devenu garçon. Tout le monde peut organiser une conférence de presse pour cracher son venin sans être inquiété par qui que ce soit ; aller tranquillement à ses affaires ; se mettre en veste et cravate. Si c’est cela le chaos et l’anarchie, c’est vraiment ce que l’opposition veut que ce soit.

La mauvaise foi
Intox
Chez le confrère ‘’L’Aube’’ Souleymane KONE, vice-président des FARE AN KA WULI, affirme : « la réconciliation nationale devient une Arlésienne, tout le monde en parle, mais personne ne la voit venir ».

Désintox
En considérant que la réconciliation se définit comme le rétablissement des liens, il va sans dire qu’elle ne se décrète pas. Ni le Président IBK, ni la communauté internationale ne sont dotés d’un tel pouvoir qui n’existe d’ailleurs nulle part. Pour se réconcilier, il faut une volonté partagée des différents protagonistes d’un conflit d’y mettre un terme. Quand la volonté n’est pas partagée, alors le Président IBK n’y peut rien. Sinon les actes de bonne volonté posés dans le cadre de la réconciliation ne manquent pas et ne sont pas tenus secrets. Cela n’est pas une arlésienne.

Intox
« Le Président IBK n’a développé aucune capacité pour appliquer un accord qu’il a lui-même signé avec la rébellion ».

Désintox
L’Accord n’est pas une veste que l’on prend et qu’on porte. Sa mise en œuvre est progressive et conditionnée à des contraintes financières pour plusieurs points. Ceux qui sont de bonne foi reconnaissent qu’il est en train d’être mis en œuvre. Ceux qui ne le sont pas se transforment en caisse de résonnance d’individus qui ont fait fortune dans le chantage et la surenchère. Ils voient le diable partout et versent facilement dans le nihilisme. Cela est dommage pour des apprentis opposants qui se disent démocrates et républicains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *