Search
dimanche 18 novembre 2018
  • :
  • :

Introduction de l’agro-alimentaire dans les CAFE: le Canada apporte un appui de plus de 3 milliards FCFA

Hier mercredi, à la direction nationale de l’éducation non formelle et des langues nationales (CNENF-LN), le conseiller technique du ministère de l’Éducation nationale, le Pr Abou Diarra, a procédé à l’ouverture des travaux de validation technique du curriculum de la transformation agroalimentaire des centres de formation d’apprentissage féminins (CAFÉ).

L’ouverture des travaux de l’atelier, qui durera quatre jours, a enregistré la présence de plusieurs cadres de l’éducation, dont le Dr Gouro Diall, directeur national de l’éducation non formelle, Lamine Diassana, représentant du projet d’employabilité des jeunes au Mali (PEJM).
Ce projet de transformation agroalimentaire au Mali, dont il est question, est le fruit de la coopération exemplaire entre le Mali et le Canada. Le coût financier du projet, qui s’étale sur une durée de cinq ans, s’élève à plus de 3 milliards de francs CFA.
Pour sa part, le Pr Abou Diarra, conseiller technique, représentant le ministre de l’Éducation nationale, a fait savoir que l’attention faite aux centres d’apprentissage féminins dans le cadre de la mise en œuvre de ce projet s’inscrit dans le cadre de la politique de discrimination positive prônée par le département en charge de l’éducation, faisant des femmes et des filles, une des cibles prioritaires. Ensuite, le Pr Diarra a précisé que les femmes, bien que numériquement majoritaires au Mali (environ 56 %), constituent la couche la plus vulnérable et la plus marginalisée. Le conseiller technique, dans ses propos, a noté que le projet pour l’employabilité des jeunes au Mali vise à insuffler une nouvelle dynamique à l’agroalimentaire enseigné dans les Cafés comme une matière transversale. Selon lui, au-delà de la traditionnelle alphabétisation, à partir de cette filière, sortiront des femmes et des filles émancipées, respectueuses des normes de la vie sociale et environnementale ; des femmes initiatrices de projets de développement de leur milieu. Le conseiller technique, le Pr Diarra a fait savoir que ce projet de curriculum propose des perspectives de transformation des produits de l’agriculture d’une part, et ceux de l’élevage, d’autre part, dans des options telles que les céréales et les légumineuses, les fruits, le lait ; la viande et le karité.
De son côté, le Dr Gouro Diall, directeur national de l’éducation non formelle et des langues nationales, dans ses mots de bienvenue, a rappelé que les travaux de révision du programme de la transformation agroalimentaire ont commencé le 20 septembre 2017. Dirigé par de grands spécialistes venus du Canada dans le cadre du projet pour l’Employabilité des jeunes au Mali (PEJM) et ceux de la direction nationale de l’éducation non formelle et des langues nationales, le Dr Diall a dit que l’Éducation non formelle n’est pas synonyme d’une éducation au rabais. Pour lui, elle (éducation non formelle) est la meilleure alternative pour un développement d’un pays où le taux d’analphabétisme atteint à peine les 60 %.
Selon le directeur, c’est dans leur dynamique performance que la DNENF-LN et le PEJM ont décidé de valoriser la transformation agroalimentaire et qui ouvre perspectives prometteuses sur tous les secteurs de développement de notre pays.
Il a fait savoir que la transformation agro-alimentaire sera désormais une filière à part entière avec comme activités ciblées : la transformation des fruits et légumes, des céréales, des légumineuses, du lait et de la viande. Le Dr Gouro Diall a reconnu que c’est grâce au partenariat dynamique entre le Mali et le Canada que cet exploit a été rendu possible.

SABA BALLO et HAWA TRAORE (Stagiaire)




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *