Search
jeudi 3 décembre 2020
  • :
  • :

JANJÔ POUR ATT !

En prélude aux funérailles de l’ancien Général d’Armée, ancien Président de la République, Amadou Toumani TOURE, ce 17 novembre 2020, au Génie militaire de Bamako, des milliers de Maliens se sont mobilisés, hier lundi, pour lui rendre un dernier hommage, à travers un cortège funèbre. Patriote, bâtisseur, républicain, démocrate, les Maliens ne manquent point de slogans pour rendre hommage à l’homme, à travers les réseaux sociaux. Pour ces valeurs qu’il incarnait, le débat se pose autour du cortège funèbre que la plupart des Maliens observent pour la première fois à l’endroit d’une autorité. Votre faicebookan jour s’est intéressé à ces commentaires sur les réseaux.

Aly Baldé : C’est une très bonne initiative de la part de la grande chancellerie des ordres nationaux du Mali. Et c’est très reconnaissant de la part de la nation malienne. Le grand général, le bâtisseur mérite ça vraiment. Que son âme repose en paix. Que le Bon Dieu l’accueille dans son paradis

Mahamadi Konare : au contraire, c’est une très mauvaise initiative. Pourquoi promener un corps sous cette poussière et chaleur. On n’a vraiment pas besoin de ce défilé. D’ailleurs, ce n’est pas dans notre tradition, on devrait l’enterrer le plus rapidement possible dès le samedi après les hommages de la Nation.

Keita Abdoul Wahab : Un cortège funèbre vraiment mérité. Le vrai patriote est parti, mais ses œuvres resteront pour toujours. Paix à son âme. À dieu, nous appartenons à lui et nous lui retournerons

Dindy Diallo : Dors en paix mon Président ATT ! Tu n’as pas vécu sur cette terre pour rien. Nous t’aimons énormément, mais hélas, ce que Allahou soubahanallah watallah a fait est bien. Nous n’avons que nos yeux pour pleurer et nos douaws. Ainsi va la vie !
Bamasooni Soonibama : Ala ka hinɛ ATT la. Nka ka munumunu ni su ye dugu kɔnɔ, o tɛ an danbe ye, silamaya dɔ tɛ. Hali ni i ye su in lakunu sisan, a b’a fɔ k’ale fɛla tɛ min bɛ ka kɛ sisan Bamakɔ. Ala ka yafa ani silamasu bɛɛ ye

Tombouctoukoy Mali : Il le mérite grandement et franchement, ce cortège funèbre. C’est maintenant que les Maliens découvrent sur le tard que Dieu nous avait gratifiés d’un Grand Homme à l’effet de venir en aide aux Maliens. Nous nous en sommes rendu compte malheureusement trop tardivement et voilà que ce monsieur est parti, et à Istanbul et définitivement dans l’au-delà, discrètement, élégamment, noblement sans réclamer sa part et sans gêner qui que ce soit. Il a été accusé de tous les maux d’Israël et insulté par tous les noms d’oiseaux auxquels il n’a jamais daigné porter réponse. Simple, humble, respectueux de tous, des plus riches aux plus pauvres, d’un patriotisme jamais égalé, disponible pour tous, même malade, bâtisseur infatigable, ce monsieur a su demeurer un Soudanais, un Amadou tout simplement… Visionnaire également, il a toujours demandé d’éviter la guerre. Car militaire, il en connaissait les conséquences et les avatars. Ce n’était pas la peur, c’était la sagesse d’un homme accompli et soucieux du bonheur de son peuple

Abdoul Toure : Tout le peuple malien sait les qualités de l’homme. Il était soucieux de ce pays et de son avenir malheureusement dans ce pays trop d’hypocrite et de jaloux qui ne cessent de plonger le pays dans le gouffre. Dors en paix !

Issiaka COULIBALY : ATT n’est pas mort le 10 Novembre 2020, ce jour-là il a rendu l’âme, il est bien mort en 2012 et nos tentatives vaines de rendre hommage à l’homme cachent mal notre manque de reconnaissance réelle vis-à-vis de l’homme de son vivant. On meurt quand ceux qui nous aiment se taisent pour laisser ceux qui ne nous aiment pas nous pousser à l’exil. On meurt quand ceux à qui nous avons confié la tâche de nous aider sont tous absents quand il faut défendre nos actions. On meurt quand on est montré comme le seul coupable de la déliquescence d’un pays pour lequel on a tout sacrifié. Challenge, c’est bien, nous n’avons aucune action datant d’après le 22 mars 2012 à citer, nous avons eu 08 ans pour sauver ce qui restait de l’âme du guerrier tombé. Nous avons eu ses 70 ans en 2018 pour signifier que nous l’aimons ou que nous lui sommes reconnaissants. À quoi bon les honneurs, après la mort, car de toute façon, bon comme mauvais, notre tradition ne critique pas les morts. ATT est bien mort en 2012, il a juste attendu 2020 pour que son cœur ayant autant souffert de la trahison de ceux qui «l’aimaient» lâche enfin. Au revoir Général. Oui nous nous reverrons, ce n’est qu’un au revoir.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *