Search
samedi 26 septembre 2020
  • :
  • :

JNPC: LES enjeux de la protection du patrimoine post-crise

La Cité des Balanzans a accueilli l’édition 2019 des Journées nationales du patrimoine culturel (JNPC) du Mali, initiées par le ministère de la Culture, à travers la Direction nationale du patrimoine culturel (DNPC). Le thème central de l’édition est : «Patrimoine culturel, Jeunesse et Citoyenneté : implication de la jeunesse dans la protection et la promotion du patrimoine culturel et rôle et place des valeurs culturelles dans la construction citoyenne».

La cérémonie de lancement officiel des activités de cette édition qui va durer 3 jours, a eu lieu ce samedi 28 septembre, dans la salle des spectacles Mièru BA de Ségou.
Présidée du ministre de la Culture, N’DIAYE Ramatoulaye DIALLO, dite Rama ladite cérémonie s’est déroulée en présence des autorités administres et politiques de la 4e région ; des notabilités et légitimités traditionnelles de Ségou ; des jeunes, des femmes ; des acteurs culturels ; d’éminents conférenciers, etc.
La célébration de ces Journées consacre l’importance et la présence du patrimoine dans nos actions quotidiennes, l’affirmation de l’identité culturelle et la reconnaissance des détenteurs du patrimoine culturel. Cette grande fête de la culture malienne dans la cité historique des 4444 et 1 balazans a été une occasion de souligner le rôle de la jeunesse dans la protection du patrimoine culturel dans notre contexte socioculturel actuel.
Selon les initiateurs de ces JNPC, les jeunes représentent l’espoir et l’avenir et constituent la majorité de la population, donc un atout stratégique. C’est pourquoi il est impératif, aujourd’hui, d’impliquer la jeunesse dans la protection et la promotion du patrimoine culturel.
Au menu des activités de cette odyssée : des vernissages et expositions photos sur le patrimoine culturel de Ségou ; l’exposition des produits artisanaux locaux ; des conférences débat sur des thèmes assez évocateurs des enjeux et des menaces qui pèsent sur notre riche patrimoine culturel dont, entre autres : «Patrimoine culturel et naturel de la Région de Ségou : quelle implication de la jeunesse de Ségou dans sa conservation et sa promotion ? » ; «L’héritage culturel aux mains des générations montantes pour la transmission du pluralisme culturel au Mali» ; «Participation citoyenne des jeunes du Mali à la conservation et la mise en valeur du patrimoine culturel en situation de post-crise et de post-catastrophe naturelle» ; «Participation citoyenne des jeunes du Mali à la conservation et la mise en valeur du patrimoine culturel en situation de post-crise et de postcatastrophe naturelle», etc.
Dans son mot de bienvenue, l’édile de la ville, Nouhoum DIARRA, s’est dit comblé de la tenue de ces journées à Ségou. Au nom des populations de la Cité des balanzans, il a tenu à remercier le Département pour l’honneur fait à Ségou. Avant de terminer, il a rappelé que Ségou est une ville historique.
Prenant la parole dans une ambiance des grands jours, Mme la ministre Rama a indiqué que le choix de la ville de Ségou pour abriter les présentes JNPC résulte de la valeur historique, scientifique et civilisationnelle exceptionnelle que représente l’héritage culturel légué par les ancêtres dans cette cité historique.
Compte tenu de leur intérêt à la fois historique, architecturel, culturel et spirituel, nombre de ces vestiges historiques, pratiques et traditions culturelles de Ségou ont été inscrits à l’inventaire, classés dans le patrimoine culturel national et reconnus patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, comme la Sortie des masques et marionnettes de Markala.
Cependant, a-t-elle souligné, beaucoup de jeunes qui n’ont pas ou n’ont qu’une connaissance partielle de notre histoire et de notre patrimoine culturel les détruisent ; alors qu’ils ont un rôle prépondérant à jouer dans leur protection et leur promotion. A cela s’ajoutent beaucoup d’autres défis à relever pour la construction de la citoyenneté et du civisme, tels que la perte des valeurs culturelles de notre société.
De nos jours, a-t-elle fait savoir, les menaces et dommages auxquels les biens culturels sont soumis sont nombreux: les intempéries, la destruction, le vol, le pillage, les fouilles clandestines, le trafic illicite, la pression du développement urbain (spéculation foncière, vente illicite), l’insuffisance d’entretien, l’abandon des mythes fondateurs et de certaines valeurs sociétales… Autant de raisons qui constituent une préoccupation pour le ministre quant à la disparition des valeurs qui ont été à la base de la survie de nos sociétés. C’est pourquoi, N’DIAYE Ramatoulaye DIALLO a lancé un appel aux uns et autres de resserrer nos rangs pour préserver ces trésors que nous ont légués nos ancêtres.
Notons que cérémonie d’ouverture a été suivie d’une visite de vernissage et d’exposition photos sur le patrimoine culturel de Ségou et de l’exposition des produits artisanaux locaux par le ministre et sa délégation.

Par Abdoulaye OUATTARA
Envoyé spécial




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *