Search
lundi 16 octobre 2017
  • :
  • :

Jour pour jour, c’était un 27 janvier: table-ronde internationale de Kayes pour freiner l’émigration

Janvier : début de la table-ronde internationale de Kayes pour freiner l’émigration
Une table ronde internationale se tiendra du 27 au 29 janvier à Kayes (nord-ouest du Mali) afin de tenter de freiner l’émigration de la population de cette région déshéritée et enclavée vers l’Afrique et l’Europe, et plus particulièrement la France.
L’ambassade du Mali à Paris indique dans un communiqué que quelque 300 participants y sont attendus.
Outre les représentants de l’État malien, seront présents les délégués de la région de Kayes, des organismes de coopération bilatérale et multilatérale, des représentants des habitants de Kayes à l’étranger, de la coopération décentralisée, des organisations non gouvernementales et des ambassades du Mali dans les pays à forte immigration malienne.
L’objectif recherché de cette table ronde est « d’engager des discussions sur les stratégies et les politiques de développement, de sensibiliser les populations et les partenaires et de mobiliser les ressources humaines et financières pour faire de la région un pôle de croissance économique ».
L’idée de cette table-ronde était née au cours d’une visite en septembre dernier au Mali du ministre français de la Coopération, Jacques Godfrain. Bien que prévue de longue date, la visite du ministre était apparue à l’époque comme une démarche française pour dissiper le malaise créé alors par l’expulsion de Maliens sans papiers de l’église Saint-Bernard à Paris.
Trois Maliens sans-papiers, qui avaient fait une grève de la faim et participé l’été dernier à l’occupation de l’église Saint-Bernard, viennent encore d’être expulsés début janvier vers Bamako, portant à 18 le nombre d’expulsés qui avaient participé à l’occupation de l’église parisienne.
27-28 janvier 2007 :
Deuxième congrès ordinaire du RPM

Le congrès ordinaire du Rassemblement pour le Mali (RPM), tant attendu par ses militants, se tient le dimanche 28 janvier.
Ce congrès a procédé à la relecture des textes du parti ; mais la résolution majeure de ce congrès a été l’investiture d’Ibrahim Boubacar Kéita, président du parti et président de l’Assemblée nationale, comme candidat à la présidentielle d’avril 2007.
Déjà, au cours du meeting du parti tenu le 9 décembre 2006 au stade Omnisports Modibo Kéita, Ibrahim Boubacar Kéita avait promis à ses militants et sympathisants d’être « leur homme » au moment venu.
IBK, qui avait déclaré avoir du chagrin et de la pitié pour les signataires de la plate-forme ADP, s’était résolument engagé à n’accepter aucune compromission avec le pouvoir.
Samedi, les jeunes et les femmes ont tenu leurs congrès.
Pour ces deux structures, il s’est agi de resserrer les rangs autour de la direction du parti, mais surtout de définir leurs stratégies de conquête du pouvoir.
Ainsi, au terme des travaux, les femmes du RPM ont lancé l’opération « Trois millions de filles et de femmes pour IBK ».
Les travaux du 2e Congrès ordinaire avaient porté sur le Discours d’orientation du Président du Parti, le Projet de Société du parti, le Programme du Parti 2007-2012, les propositions d’amendements des Statuts et du Règlement Intérieur du Parti, le Rapport d’activités du BPN-RPM, les rapports des Commissions permanentes du Parti, les Communications des Bureaux nationaux de UF/RPM et UJ/RPM et les rapports des fédérations et sections du parti.
Les participants aux travaux du 2e congrès ordinaire, après avoir approuvé le Discours d’orientation du Président du parti, le Rapport d’activités du BPN et le Rapport de la Commission Centrale d’Audit et de Contrôle Financier comme documents de travail, ont adopté le Projet de société du RPM, le Programme du parti 2007-2012, la Résolution générale du congrès, les motions du congrès et amendé les Statuts et le Règlement intérieur du Parti.
Les participants ont ensuite doté le parti d’une nouvelle direction – le Bureau Politique National, les bureaux nationaux des organisations de masse du parti et les membres des commissions permanentes du parti. Le congrès a enfin pris la décision de créer la «CHAMBRE des AINES» du parti, composée de fortes personnalités du pouvoir et du savoir local du pays tout entier, comparable à un Conseil national des sages, pour renforcer l’ancrage culturel du parti dans les valeurs traditionnelles positives de notre pays.

27 janvier 2010 : libération du notable Kounta à la suite de négociations menées par une délégation gouvernementale, dépêchée le 25 janvier et composée d’officiers de l’armée. Cette délégation était conduite par le ministre de la culture, Mohamed El Moctar.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *