Search
jeudi 22 juin 2017
  • :
  • :

Jour pour jour, c’était un 28 janvier: les tisserands investissent IBK pour la Présidentielle

28-29 Janvier 1988 : Le Président Moussa Traoré assiste à N’Djamena à la 8e Conférence des Chefs d’État du Comité Inter-État de Lutte contre la sécheresse. Le Sommet entérine la création d’un Centre régional de semence forestière à Ouagadougou et l’adoption d’un programme sahélien d’éducation à la lutte contre la sécheresse et la désertification.
28 janvier 2007 :
Les Tisserands investissent IBK pour la présidentielle

Le Rassemblement Pour le Mali a choisi de figurer au starting-block de la prochaine compétition présidentielle.
Sans grande surprise, les Tisserands ont jeté leur dévolu sur Ibrahim Boubacar Keïta. Investi à la faveur d’un 2ème congrès ordinaire – où il a mérité d’être reconduit au poste de président du parti, IBK a profité de l’occasion de mettre le pied dans le plat.
Dans un discours d’investiture, IBK promet le changement aux nombreux militants présents au Centre International de Conférence de Bamako : « Il ne s’agit pas (…) de dresser un catalogue d’infrastructures à construire, d’équipements agricoles à distribuer pour réussir un douteux « remake » du miracle indien ou malaisien ».
Par la même occasion, le candidat, tout fraîchement désigné du RPM, met en doute le statut d’Etat démocratique d’un Mali où la manifestation d’ambitions présidentielles peut attirer une foudre d’inimités à un candidat. Et de s’interroger sur les raisons pour lesquelles, les Maliens doivent plébisciter un système qui leur impose une « imposture démocratique ».
28 janvier 2007 :
Clôture du congrès du RPM
Après avoir été officiellement investi candidat de son parti aux élections présidentielles sous les acclamations des militants et dans l’euphorie totale, le président Ibrahim Boubacar Keïta s’est adressé à ses militants en ces termes : “La décision entérinée par le congrès respecte la volonté de tout le peuple RPM d’être acteur de son propre destin. Les préoccupations (éducation, santé, agriculture, environnement…) justifieraient à souhait l’engagement du RPM, aux côtés de notre peuple pour l’édification d’une démocratie enfin digne de son passé, et de tout son parcours historique contemporain, de la construction d’un Etat de droit véritable et non sa caricature, d’une économie moderne, gérée de manière orthodoxe et efficiente et non pas à coups spectaculaires”.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *