Search
jeudi 21 septembre 2017
  • :
  • :

Journée d’échanges avec des jeunes chômeurs: les vérités di ministre Ben Kattra

Le ministre de l’Emploi et de la formation professionnelle, Maouloud Ben KATTRA, a présidé dans la matinée du vendredi 4 août dernier les travaux de la journée d’échanges entre son département et des jeunes chômeurs. La cérémonie s’est déroulée dans la salle de conférence du gouvernorat du District de Bamako.

Initiée par le département en charge de l’Emploi en partenariat avec le Mouvement national des chômeurs du Mali (MODEM), cette rencontre a mobilisé plus de 200 jeunes en situation de chômage. Les échanges ont porté sur les missions du ministère de l’Emploi et de formation à travers l’ensemble de ses structures rattachées.
Il s’agissait d’édifier les jeunes chômeurs sur les opportunités de promotion et de création d’emplois qui existent au niveau des structures en charge des questions d’emplois, notamment : l’APEJ, l’ANPE, le FAFPA, le PROCEJ, le FIER, etc.
Selon les statistiques officielles, près de 300 000 jeunes diplômés arrivent chaque année sur le marché de l’emploi, et seulement 10 % arrivent à se faire une place au soleil. Compte tenu de l’ampleur du phénomène, beaucoup d’observateurs considèrent la question de l’emploi comme une bombe sociale, surtout si nous considérons que les jeunes représentent les deux tiers de notre population, sans perspectives d’avenir en majorité.
Aujourd’hui, il n’en demeure pas moins que la question de l’emploi des jeunes est un problème de sécurité nationale et même internationale. C’est une urgence pour le gouvernement qui a pris des initiatives pour désamorcer cette situation.
Et cela, à travers des structures de promotion d’orientation et d’accompagnement de ces jeunes en quête d’emploi.
C’est dans ce cadre que le gouvernement, à travers le MEFP, a créé des structures comme l’APEJ, l’ANPE, le PROCEJ, le FIER, etc.
Malheureusement, force est de constater que ces structures et leurs activités sont méconnues des chômeurs.
C’est pourquoi le MODEM a sollicité ladite rencontre avec le département pour créer un espace d’échanges et de sensibilisation sur les activités du MEFP à l’intention des chômeurs.
Au cours de la journée, ils ont été édifiés sur les missions des structures du MEFP. Tour à tour, les responsables de la direction nationale de l’Emploi (DNE), la DNFP, l’ANPE, de l’APEJ, de l’ONEF, du PROCEJ, du FIER et de l’INIFORP, du FAFPA ont expliqué les missions et les opportunités qu’offrent leur structure aux jeunes en quête d’emploi.
Dans son intervention, le président du MODEM, Mahamane Ibrahim TOURE, a invité le ministre de s’impliquer personnellement pour encourager les chômeurs qui, malgré le contexte peu favorable, ont décidé de rester au Mali contrairement à d’autres qui ont préféré prendre le chemin de l’exile.
« Il faut transformer les compétences en opportunités pour le pays. Nous voulons contribuer au développement du pays, mais pour cela, nous avons besoin d’avoir des emplois décents. Nous n’aspirons qu’à travailler au Mali pour qu’il soit envié par tous les autres pays du monde », a indiqué M. TOURE.
À l’ouverture des travaux, le MEFP, Maouloud Ben KATTRA, a tenu à remercier les initiateurs de cette rencontre. Au passage, il a tout d’abord rappelé les missions de son département, à savoir : « la création d’opportunité et des conditions de création d’emploi dans le pays ».
Dans ses propos, le ministre a rappelé l’objectif présidentiel de création de 200 000 emplois avant la fin du quinquennat.
« Nous avons été interrogés par l’Association des chômeurs du Mali à la crédibilité des chiffres sur les 200 000 emplois qu’annoncé par notre département », a-t-il souligné.
À ce propos, le ministre a insisté sur le fait que les chiffres, que vient de publier son département par rapport à cette promesse présidentielle dont le taux de réalisation est estimé actuellement à 99 %, sont vrais, sincères et vérifiables auprès de structures concernées.
« Nous nous sommes rendu compte qu’une frange importante de la population, notamment les jeunes détenteurs de diplômes ignorent des missions de nos structures.
Selon le ministre, le département est un facilitateur, et accompagnateur des efforts de création d’emploi. “Il faut que les gens comprennent que nous sommes là pour créer les conditions d’aller vers la création d’emploi”, s’est-il défendu.
Avant de préciser : “nous œuvrons pour ramener les jeunes à l’auto emploi. Nos services sont là pour soutenir la création de l’emploi, mais nous n’offrons pas d’emploi”.
Il a également demandé aux chômeurs de s’organiser afin de monter des projets viables qui seront soutenus par l’État, à travers son département et les PTF. “Nous promettons de multiplier ces cadres d’échanges et de les étendre dans les Communes et cercles du Mali”, a-t-il soutenu.
Par ailleurs, à l’issue de ces échanges riches en enseignements, a-t-il fait savoir, les jeunes ont compris que ceux qui ont des diplômes qui ne répondent pas au besoin du marché doivent se reconvertir. “Les structures du MEFP sont là pour les aider dans ce sens”, a-t-il promis.

Par Abdoulaye OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *