Search
mardi 23 janvier 2018
  • :
  • :

Journée internationale des personnes handicapées: plaidoyer pour l’adoption d’une loi en faveur du Handicap

Le Mali, à l’instar de la communauté internationale, a célébré, le week-end dernier, la 26è édition de la Journée internationale des personnes handicapées, le 3 décembre, sous les thèmes (au plan national) : « Oui à l’adoption d’une loi pour les personnes handicapées, gage d’une société inclusive» (et au plan mondial): «Transformation vers des sociétés durables et résilientes pour tous». L’évènement a été couplé au lancement du Projet d’amélioration de l’accès des personnes handicapées aux services sociaux de base et à la participation citoyenne au Mali (PAAPH).

La cérémonie officielle de lancement des activités commémoratives de cette journée, qui a eu lieu à la veille de l’événement, était présidée par le représentant du ministre de la Solidarité et de l’action humanitaire, au siège de la Fédération malienne des associations de personnes handicapées (FEMAPH) à Bakaribougou.
Initiée depuis 1992, la Journée internationale des personnes handicapées est célébrée chaque année le 3 décembre à travers le monde. Elle vise à promouvoir les droits et le bien-être des personnes handicapées dans toutes les sphères de la société et du développement et à accroître la sensibilisation à leur situation particulière dans tous les aspects de la vie politique, sociale, économique et culturelle.
A travers la célébration de cette journée, il s’agit pour tous les acteurs de donner plus de voix aux personnes handicapées à travers le plaidoyer et lobbying et de renforcer les capacités de participation à la gouvernance afin de défendre leurs intérêts, de promouvoir leurs droits de participation toujours faiblement pris en compte.
En procédant au lancement du projet PAAPH, le président du Conseil national de la société civile, Bouréima Allaye TOURE, a rappelé qu’en 2000, la proclamation des OMD avaient donné un grand espoir aux personnes en situation de handicap, qui 15 ans plus tard (2015) après évaluation, elles sont restées sur leur faim, car ses objectifs millénaires pour le développement n’ont été que de simples slogans.
Aujourd’hui, a-t-il fait savoir, nous sommes à l’heure des ODD pour les 10 prochaines années qui continuent de nourrir nos espoirs. Mais, sans se faire d’illusion, M. TOURE reste convaincu que sans une planification conjointe avec ces groupes cibles et une budgétisation systématique de leurs besoins, aucun objectif de développement ne sera atteint. Surtout quand on sait que les personnes en situation de handicap constituent à elles seules plus de 15% de la population mondiale, selon l’OMS et la Banque mondiale ; et 15,5% de la population malienne pour plus de 2 millions.
«Depuis des décennies, il est vrai que le Mali a enregistré d’énormes avancées en matière de promotion des droits des personnes en situation de handicap» s’est-t-il félicité. Pour preuve: il a cité entre autres exemples : l’appui technique, matériel et financier à la FEMAPH, aux institutions et associations nationales d’éducation spéciale et à la FEMASH ; le recrutement des diplômés en situation de handicap à la fonction publique ; l’adoption par le Conseil des ministres du plan stratégique de promotion des personnes handicapées pour la période 2015-2024.
Malgré des avancée, a-t-il reconnu, les défis à relever sont énormes, parmi lesquels, l’adoption d’une loi de protection de cette couche vulnérables conformément aux engagements pris par les plus hautes autorités du Mali devant les Nations unies reste le plus important.
Même son de cloche du côté du président de la FEMAPH, Moctar BAH, qui en plus du ministre KONATE a tenu à remercier le Chérif Ousmane Madani HAÏDARA et tous les autres parrains du mois de la solidarité et la lutte contre l’exclusion pour toutes les actions menées en faveur des personnes en situation de handicap pendant ce mois.
Par ailleurs, il a rappelé que le Mali a signé et ratifié la Convention il y a presque 10 ans avant le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Burkina-Faso, le Niger et la Mauritanie. Malheureusement, a-t-il déploré, tous ces pays ont une loi de protection sociale des personnes handicapées laissant le Mali à la traine.
La représentante de l’ONG Oxfam, Ramata COULIBALY, a invité les autorités du Mali à plus d’engagement en faveur d’une société plus juste et respectueuse des droits des personnes en situation de handicap.
Fruit d’un partenariat fécond entre OXFAM et Hivos et son partenaire technique et financier, à savoir le ministère des Affaires étrangères des Pays-Bas, le projet PAAPH, autre appelé «VOICE» en anglais, est financé à plus de 50 millions d’euro pour plus de 10 pays. Il vise à renforcer les capacités de lobbying et de plaidoyer des organisations de la société civile en faveur des groupes les plus marginalisé et discriminés. Au Mali, il cible les personnes en situation de handicap ; les femmes en risque d’exploitation, d’abus et de violence ; les jeunes et les personnes âgées.

Par Abdoulaye OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *