Search
vendredi 23 avril 2021
  • :
  • :

Journée scientifique de l’ONEF: l’insertion des jeunes au cœur des préoccupations

Le ministre de l’Emploi, de la formation professionnelle, de la jeunesse et de la construction citoyenne, Mahamane BABY, a présidé, hier jeudi, les travaux de la Journée scientifique de l’ONEF (Observatoire national de l’emploi et de la formation) au CICB ; en présence du chef du bureau régional de l’Afrique de l’Ouest de l’OIT, notre compatriote, Dramane HAÏDARA. Objectif : offrir un cadre d’échange et de partage des résultats des études menées par l’ONEF, au cours de l’année 2015, entre les acteurs.

Cette rencontre a regroupé plus de 250 participants composés essentiellement des cadres du ministère de l’Emploi et la de formation profession ; du ministère de l’Éducation nationale ; du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique ; du ministère des Maliens de l’extérieur. Elle a enregistré la participation de partenaires techniques et financiers ; des Universitaires, des enseignants et étudiants chercheurs ; des Institutions statistiques ; des ONGs œuvrant dans le domaine de la formation technique et professionnelle ; les syndicats des travailleurs, etc.
Au cours de cette journée, les communications ont porté sur : inégalité et distribution de revenus au Mali ; le profil du chômage et du sous-emploi au Mali ; emploi et politique de l’emploi au Mali ; insertion des jeunes sur le marché du travail au Mali ; insertion socioprofessionnelle des migrants de retour au Mali, etc.
Le Directeur de l’ONEF, Boubacar DIALLO, a souligné que la promotion de l’emploi constitue un défi majeur à relever pour les pays africains. Comme en témoigne leur engagement à placer l’emploi au centre des objectifs des politiques économiques et sociales en vue de «la réduction durable de la pauvreté et de l’amélioration des conditions de vie des populations» pris à Ouagadougou, en septembre 2004, dans le cadre d’un sommet extraordinaire.
Ce sommet a recommandé la mise en place et l’actualisation continue des données nationales sur l’emploi et la pauvreté, en même temps que la promotion de la recherche ainsi que la collecte, l’analyse des données et la diffusion des informations sur l’emploi et la formation professionnelle.
Pour mettre en œuvre cette recommandation dans l’espace UEMOA, les ministres en charge de l’emploi et de la formation professionnelle ont recommandé aux États membres de mettre en place dans leur pays un ONEF autonome. Afin d’aller à l’unification et l’intégration du marché du travail, ils ont aussi préconisé par la création de l’Observatoire sous régional de l’emploi et de la formation de l’espace UEMOA.
Au Mali, l’ONEF a été créé en mai 2014. Il a pour mission fondamentale de faire des études et de la recherche afin de fournir aux décideurs et aux usagers des informations fiables et actualisées sur le marché du travail, aux niveaux national et régional pour une meilleure régulation dudit marché.
Selon son Directeur, Boubacar DIALLO, l’ONEF a réalisé, au cours de l’année 2015, différentes activités, dont : le renforcement du personnel ; la signature de protocole de collaboration avec Institut national de statistique du Mali (INSTAT) ; la réalisation d’une enquête auprès de 750 entreprises du secteur formel ; les perspectives de recrutement et les besoins en formation dont le rapport final sera bientôt disponible ; la production du rapport d’analyse situationnelle annuelle sur le marché du travail ; la production du rapport de l’enquête nationale sur l’emploi 2014 et en plus de la réalisation de 7 études thématiques en 2014.
Le ministre de l’Emploi, de la formation professionnelle, de la jeunesse et de la construction citoyenne, Mahamane BABY, a souligné que les statistiques constituent la clé du succès des politiques et programmes de lutte contre la pauvreté. Elles permettent également de comprendre les tendances du marché du travail, en ce qui concerne notamment l’évolution de la population active, le taux de chômage, les compétences et qualifications recherchées par les entreprises et les besoins futurs en matière de formation.
Conscient de cela, le président de la République et le Gouvernement, a-t-il fait savoir, mettent l’accent sur le triptyque « éducation-formation-insertion » dont l’un des indicateurs est l’objectif de réaliser 200 000 emplois à l’horizon 2018.
À travers cet exercice, l’ONEF, a dit le ministre, contribue à une meilleure adéquation entre les besoins et les potentialités de l’économie, d’une part, et le système de formation, d’autre part.

Par Abdoulaye OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *