Journées de la femme rurale et de l’alimentation: Dioila abritera les deux évènements

9

Les 15 et 16 octobre 2016, notre pays, à l’instar de la communauté internationale, célébrera respectivement la Journée internationale de la femme rurale, et celle de l’alimentation. Dioila a été choisi pour abriter les cérémonies de lancement desdites journées importantes dans le quotidien des Maliennes en général et celles qui vivent dans les milieux ruraux en particulier.

« Changements climatiques et sécurisation foncière des exploitations Agricoles », tel est le thème de la journée international de la femme rurale de cette année.
En effet, à travers ce thème, les organisateurs entendent renforcer l’implication et la participation des autorités et les acteurs du monde rural dans la sécurisation des exploitations et dans la lutte contre les effets du changement climatique pour un développement durable ; valoriser le savoir-faire des paysans et paysannes dans la préservation de la biodiversité ; appuyer la recherche de parcelles sécurisées pour les femmes rurales; tels sont, entre autres les objectifs spécifiques desdites journées.
Selon Mme Sangaré Oumou Bah, ministre de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille, le thème de l’édition 2016 de la journée internationale de la femme rurale cadre parfaitement avec les réalités de notre pays. Et pour cause ? Les femmes maliennes luttent actuellement contre le changement climatique sur le plan local par les stratégies d’atténuation et d’adaptation aux effets du changement climatique. Ce qui, à son avis, consiste à réduire ou à stabiliser les émissions de gaz à effets de serre par le changement de certains comportements de production, de consommation et le choix de technologies propres.
Aussi, a-t-elle salué, la volonté des femmes rurales à s’adapter rapidement et de façon plus ciblée, pour assurer le développement des populations rurales qui dépendent des exploitations agricoles familiales pour leur survie dans les pays en développement.
Par ailleurs, souligne, la ministre, en plus des effets du changement climatique, la criarde problématique de l’accessibilité des femmes rurales à des terres cultivables dans un délai indéterminé est aussi au centre des préoccupations de ces journées.
«Au Mali, à l’instar des autres pays en développement, les femmes représentent la cheville ouvrière du développement agricole. Malgré tout, elles sont confrontées à de sérieux problèmes fonciers car elles ne sont pas propriétaires de terres et les parcelles qu’elles mettent en valeur sont souvent retirées après. Elles souffrent également des difficultés d’accès aux intrants, aux crédits, aux services de vulgarisation, à l’électricité, à l’eau et aux effets néfastes du changement climatique», a déploré Mme Sangaré Oumou Bah.
Quant à la journée internationale de l’alimentation, le thème retenu est: « le climat change l’alimentation et l’agriculture aussi ».
Ainsi, les départements ministériels concernés de commun accord, en collaboration avec leurs partenaires, ont décidé de célébrer conjointement les deux journées dans à Dioila, région de Koulikoro respectivement les 15 et 16 Octobre 2016.
Aux côtés de Mme Sangaré Oumou Bah, les ministères de l’Agriculture ; de l’Elevage et la pêche ; de l’Environnement, de l’assainissement et du développement durable ; du Commissariat de la sécurité alimentaire ; l’APCAM et les partenaires techniques et financiers seront présents pour célébrer et à la fois la femme rurale et la journée internationale de l’alimentation.
Notons qu’à Dioila, les journées du 15 et 16 seront essentiellement marquées par les remises d’équipements, des diplômes de mérite et reconnaissance aux groupements de femmes par les officiels qui visiteront ensuite des réalisations des femmes rurales, et des stands d’exposition des productions agricoles de la zone.
Signalons que des cérémonies similaires seront organisées dans tout le Mali, à travers les Directions régionales des départements ministériels et organisations concernés en collaboration avec les femmes rurales et les partenaires.

Par Christelle KONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *