Search
mercredi 13 décembre 2017
  • :
  • :

Juillet: signature de l’Accord de défense avec la France et de la Feuille de route avec les groupes armés

Juillet 2014. Au bénéfice de la Transhumance, le Rassemblement pour le Mali (RPM), parti présidentiel, obtient la majorité absolue des sièges au sein de l’hémicycle. Avec l’arrivée dans ses rangs de 5 nouveaux députés, le RPM compte désormais 75 élus sur les 147 que compte l’Assemblée nationale, soit la majorité absolue des sièges. Seule bonne nouvelle pour le régime depuis longtemps, et ce sera le seul pour le reste de juillet.

En vue des pourparlers inclusifs inter-maliens prévus à la mi-juillet, le Burkina, médiateur de la Cédéao dans crise malienne, a décidé de faire jonction avec l’Algérie qui a pris la direction des opérations. Les deux pays qui disent être sur la même longueur d’onde en ce qui concerne les principes et les contours de la recherche d’une solution à la crise malienne, affichent l’ambition de conjuguer leurs efforts pour permettre aux Maliens de tourner cette sombre page de leur histoire.

En ce mois de Juillet 2014 donc, si l’annonce des pourparlers entre le gouvernement et les groupes armés (qui ont procédé à un échange de 86 prisonniers, signe de bonne volonté à la veille de l’ouverture de négociations de paix à Alger) fait monter un peu le mercure dans le désert malien, elle fait aussi saliver au Sud.

En prélude à ces pourparlers, dans leur guerre de positionnement, les groupes armés, notamment le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), le Haut Conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA), et le Mouvement arabe de l’Azawad (MAA), s’affronteront violemment à Tabankort, près de Anéfis, avec des hommes de la coalition tripartite composée d’une partie du Mouvement arabe de l’Azawad dirigé par Ahmed Sidi Ould Mohamed (MAA loyaliste), des membres de la tribu touareg des Imghads, et de la Coordination des mouvements et forces patriotiques de résistance (CM-FPR).

A Bamako, quelques partis de l’opposition, «préoccupés par la gestion solitaire de la crise du Nord par le Président de la République et le gouvernement», donnent de la voix et demandent leur implication dans le processus de négociation que le Gouvernement va engager avec les groupes armés. Pour Baisser l’atmosphère, le Haut Représentant du Président de la République pour le dialogue inclusif, l’ancien Premier ministre Modibo KEITA rencontre  les partis politiques dans le but d’échanger, lever un certain nombre d’équivoques et de donner des éclaircissements sur les démarches menées avant l’amorce du dialogue inclusif pour une paix définitive au Nord du Mali.

C’est dans ce contexte politique quelque peu décrispé que s’ouvre la première phase des pourparlers d’Alger inter-maliens, qui doit se poursuivre jusqu’au 26 juillet, entre les représentants du gouvernement et ceux des groupes armés en vue de trouver une solution négociée et consensuelle à la crise actuelle dans le cadre du respect de la souveraineté, de l’unité et de l’intégrité territoriale du Mali. Le principal enjeu des pourparlers étant de se mettre d’accord sur la feuille de route et le cadre des futures négociations en vue d’un futur accord de paix

Mais très vite, les discussions achoppent notamment sur le respect de la laïcité. Le HCUA étant revenu sur sa parole et les engagements qu’il avait pris dans ce sens. Le consensus qui avait jusqu’ici prévalu s’effiloche. Face à la gravité de la situation, le Président IBK ouvre une large concertation avec les Institutions, la Classe politique et la société civile. A travers ces rencontres, le Président IBK avait le souci d’un partage maximum d’informations sur le processus et requérir les avis et suggestions de ses interlocuteurs.

Sur le point principal d’achoppement, avec tous ses interlocuteurs, le Président IBK a particulièrement insisté sur la volonté du HCUA  « d’ôter le mot laïcité  » du premier document élaboré. Toute chose à laquelle la délégation gouvernementale s’est énergiquement opposée. Et IBK de demander à la classe politique de servir de relais au sein de l’opinion pour un  «niet catégorique» à cette dangereuse velléité d’islamisation du Mali millénaire, qui se satisfait fort bien d’un islam modéré.

C’est dans cette désespérante tension qu’intervient, au terme d’un peu plus d’une semaine de pourparlers à Alger, un accord entre le gouvernement et les rebelles sur une feuille de route qui dresse la liste des prochaines étapes dans les négociations qui doivent aboutir à un accord définitif. Pour l’histoire, les groupes signataires sont : le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), le Haut Conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA) et le Mouvement arabe de l’Azawad (MAA), le Mouvement arabe de l’Azawad-dissident (MAA-dissident), la Coordination pour le peuple de l’Azawad (CPA) et la coordination des mouvements et fronts patriotiques de résistance (CM-FPR).

Fort de cette Feuille route, le Conseil de sécurité appelle à l’ouverture des négociations crédibles et ouvertes à toutes les communautés du nord du Mali en vue d’un règlement politique durable de la crise et une paix et une stabilité à long terme dans l’ensemble du pays, dans le respect de la souveraineté, de l’unité et de l’intégrité territoriale de l’État malien.

Mais le Mali d’IBK n’est toutefois pas au bout de ses peines. Le régime doit aussi faire face à une autre fronde relative à une rumeur de concession d’une base à la France à travers un accord de défense et convaincre l’opinion nationale sur la nature réelle de l’accord dit « Traité de coopération en matière de défense », signé le 16 juillet entre les ministres français et maliens de la défense.

Juillet 2014 sera sans doute le mois le plus meurtrier dans l’histoire de la crise sécuritaire que connaît le nord de notre pays. En effet, au-delà des victimes des attaques et attentats terroristes, 118 personnes trouveront la mort dans le crash d’un appareil d’Air Algérie qui s’est écrasé près de Gossi, 50 minutes après avoir décollé de Ouagadougou. La France qui compte le plus de victimes, le Burkina où est parti l’avion, l’Algérie affréteur de l’avion et le Mali lieu du crash coordonnent les enquêtes.

Tandis qu’un ancien responsable du Mujao, Yoro Ould Daha, est arrêté par les militaires français de l’opération Barkhane et transmis ensuite aux autorités, le Premier ministre, par la faute duquel le Mali a perdu encore le contrôle des 2/3 de son territoire, fait de la récupération sur les conclusions de la première phase des pourparlers d’Alger. Au même moment, le ministre de la Défense entretenait la hiérarchie militaire de la réforme de l’armée, de la signature du Traité de coopération en matière de défense avec la France, et du processus de négociations d’Alger. Les élus de la Nation, quant à eux, ont choisi de convoquer les médiateurs dépêchés à Alger (les ministres des Affaires Etrangères, de l’Intégration Africaine et de la Coopération Internationale, de l’Intérieur et de la Sécurité, de la Décentralisation et de la Ville et le celui en  charge de la Reconstruction des Régions du Nord), à huis-clos, pour leur expliquer les contours des dits pourparlers.

Pour boucler le mois de juillet en crise, l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM) a déposé un préavis de grève générale de 48 heures, à compter du 20 août 2014, à partir de minuit, invoquant le manque de volonté du Gouvernement et du Conseil national du patronat du Mali à donner une suite favorable à ses revendications

Le dialogue inclusif intermalien entre dans sa phase opérationnelle

Juillet 2014

Mardi 1 juillet 2014 : L’UNESCO aide à reconstruire les mausolées

Deux des mausolées de Tombouctou inscrits au patrimoine mondial et qui ont été détruits ont maintenant été reconstruits grâce à un partenariat avec les communautés locales, s’est félicité l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO).

Au total, l’UNESCO a besoin de 11 millions de dollars pour terminer la réhabilitation du patrimoine détruit et elle a déjà été en mesure de recueillir 3 millions de dollars grâce à la coopération bilatérale et d’autres financements, a déclaré le représentant de l’UNESCO au Mali, Lazare Eloudou Assomo, lors d’une conférence de presse à New York.

Mercredi 2 juillet : IBK renouvelle sa confiance à Bassari

Le Président IBK a reçu en audience en fin de matinée Bassari TOURE, vice-président de la Banque ouest-africaine de développement (BOAD), accompagné du représentant de cette institution financière au Mali pour lui signifier sa décision de lui renouveler sa confiance et de le reconduire dans ses fonctions de vice-président de la BOAD.

Notre compatriote Bassari TOURE, ancien ministre de l’Economie et des Finances, a remercié le Président de la République pour cette marque de confiance. Il lui a réitéré son engagement et sa disponibilité à exercer son mandat avec responsabilité et confiance au service de l’institution financière africaine et de son pays.

Jeudi 3 Juillet  2014 : Première visite au Mali de l’Envoyée spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour le Sahel

Dans le cadre de sa première tournée dans la région du Sahel, l’Envoyée spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour le Sahel, Hiroute Guebre Sellassie, a conclu sa première visite au Mali. Mme Guebre Selassie qui a pris ses fonctions d’Envoyée Spéciale pour le Sahel le mois de mai dernier, s’est entretenue avec le Président IBK, sur le rôle important que joue le Mali en tant qu’État président de la Plateforme de coordination ministérielle des stratégies pour le Sahel, et sur la situation générale qui prévaut dans la région du Sahel.

Vendredi 4 juillet 2014 : L’Opposition veut participer aux négociations

Trois partis d’Opposition souhaitent leur implication dans le processus de négociation que le Gouvernement va engager avec les groupes armés.

Les autorités ont annoncé des prochains pourparlers avec les groupes armés du nord à la mi-juillet en Algérie, souhaitant qu’ils aboutissent à un accord global et définitif de paix au Mali. Les trois partis se disent «préoccupés par la gestion solitaire de la crise du Nord par le Président de la République et le gouvernement».

Samedi le 05 juillet 2014 : L’association Adema reçue à Sébénikoro

Le Président IBK a reçu en audience l’Association Alliance pour la Démocratie au Mali (ADÉMA) pour échanger et partager avec elle sur les grandes préoccupations de la Nation. Ces préoccupations sont, entre autres, la situation sécuritaire au Nord du pays notamment celle de Kidal, la signature d’un accord de coopération en matière de défense et de sécurité, l’ouverture prochaine du dialogue avec les groupes armés et la réforme de l’enseignement.

A ses hôtes, le Président de la République a donné des apaisements quant à l’ouverture des pourparlers à Alger avec les groupes armés et à la signature prochaine de l’Accord de coopération en matière de défense et de sécurité qui sera soumis à l’Assemblée nationale.

Dimanche 06 juillet 2014 : IBK reçoit Frans Timmermans

Le Président de la République a reçu en audience le 06 juillet 2014, le Ministre des Affaires Étrangères des Pays-Bas (Hollande), M. Frans Timmermans en visite dans notre pays.

Le chef de la diplomatie des Pays-Bas a rendu compte au Président IBK de la visite qu’il a faite au contingent de son pays (450 soldats chargés de former la police et l’armée et de collecter des renseignements) engagé auprès de la Minusma à Gao et lui a souligné que d’importants défis restent à être relevés. M. Frans Timmermans a assuré le Président IBK du soutien constant de son pays au processus de stabilisation du Mali, à travers la Minusma, pour une paix définitive dans le cadre d’un processus inclusif.

Mardi 8 Juillet  2014 : Majorité absolue pour le RPM

Par un jeu de chaises musicales à l’Assemblée, le Rassemblement pour le Mali (RPM), parti présidentiel, a désormais la majorité absolue des sièges au sein de l’hémicycle. Cinq députés ont en effet regagné ses rangs, mais au prix de ce qu’on appelle à Bamako et dans d’autres pays de la sous-région, la « transhumance ». Avec l’arrivée dans ses rangs de 5 nouveaux députés, le RPM réalise une bonne affaire. Désormais, il a 75 élus sur les 147 que compte l’Assemblée nationale, soit la majorité absolue des sièges.

Jeudi 10 Juillet  2014 : Algérie et Burkina Faso font jonction

Le dialogue inclusif inter-malien entre dans « sa phase opérationnelle » à partir du 16 juillet prochain à Alger, selon le chef de la diplomatie algérienne à l’issue de son entretien avec le Président burkinabé Blaise Compaoré, médiateur de la Cédéao. Seront présents à ce rendez-vous, le gouvernement, les mouvements politico-militaires du nord du Mali, et les ministres des pays impliqués dans le processus de paix au Mali.

Ramtane Lamamra a déclaré que son pays et le Burkina Faso sont sur la même longueur d’onde en ce qui concerne les principes et les contours de la recherche d’une solution à la crise malienne :

« Nous allons mettre ensemble, conjuguer nos efforts, notre rôle étant de huiler la mécanique puisqu’il s’agira de permettre aux Maliens eux-mêmes de se parler directement et d’envisager les solutions les plus à même de les aider à régler les causes de cette situation et de se projeter en tant que nation unie. »

Jeudi 10 juillet 2014 : Le Haut représentant face à la classe politique

Le Haut Représentant du Président de la République pour le dialogue inclusif, l’ancien Premier ministre Modibo Kéita a rencontré  au gouvernorat les représentants des partis politiques dans le but d’échanger avec les acteurs politiques avant l’amorce du dialogue inclusif pour une paix définitive au Nord du Mali et de donner des éclaircissements sur les démarches menées.

Modibo Kéita a profité de l’occasion pour lever un certain nombre d’équivoques. Il n’est pas négociateur. C’est le gouvernement du Mali qui l’est et désignera celui ou ceux qui prendront part en son nom aux négociations. Il a ajouté qu’il n’est pas non plus médiateur mais il fait partie des facilitateurs. Un collège de médiateurs a été mis place et comprend l’Union Africaine, la CEDEAO, l’Algérie et les Nations Unies.

Jeudi 10 juillet 2014 : Affrontements à Tabankort

Aux alentours de Tabankort (près d’Anéfis) les éléments armés du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) du Haut Conseil pour l’unicité de l’Azawad (HCUA) et du Mouvement arabe de l’Azawad (MAA) se sont violemment affrontés avec des hommes de la coalition tripartite. Cette coalition, proche des autorités de Bamako, est composée d’une partie du Mouvement arabe de l’Azawad dirigé par Ahmed Sidi Ould Mohamed (MAA loyaliste), des membres de la tribu touareg des Imghads et de la Coordination des mouvements et forces patriotiques de résistance (CM-FPR).

Jeudi 10 et Vendredi 11 juillet 2014 : IBK au 45è sommet de la CEDEAO

Le Président IBK, était à Accra pour prendre part, les 10 et 11 juillet, aux travaux du 45è sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la sous-région.

Le sommet était consacré, entre autres, au partenariat économique avec l’Union européenne, à la monnaie unique sous-régionale, à l’intégration ainsi qu’à l’examen du rapport sur les principales activités et projets de la Communauté au cours du premier semestre de l’année en cours.

En outre, les chefs d’Etat ont discuté du volet de l’intégration, de la recommandation pour l’introduction de la carte d’identité biométrique pour tous les citoyens de la CEDEAO et de la suppression de l’obligation du permis de séjour pour tous les citoyens des Etats membres.

Vendredi 11juillet 2014 : Combats entre mouvements armés

A la veille des négociations prévues à Alger entre gouvernement  et groupes armés du nord du Mali, des affrontements sanglants ont été enregistrés dans le Septentrion entre rebelles, a-t-on appris de sources concernées.

Le MNLA accuse nommément le Mouvement arabe de l’Azawad (MAA loyaliste) d’avoir engagé des milices pro-Bamako et bénéficié du soutien du général touareg de l’armée, Elhaj Ag Gamou.

Lundi 14 Juillet  2014 : Un neuvième soldat français tué

Un sous-officier du 1er régiment étranger de génie de Laudun-l’Ardois, dans le Gard, l’adjudant-chef Dejvid Nikolic, 45 ans, né en Serbie et naturalisé français, a été victime d’une attaque suicide lors d’une mission de reconnaissance dans la région d’Al-Moustarat. C’est le neuvième soldat français mort sur le sol malien depuis janvier 2013.

Lundi 14 juillet 2014 : L’UA offre 20 véhicules au Mali

  1. Pierre Buyoya, Chef de la Mission de l’Union africaine (UA) pour le Mali et le Sahel (MISAHEL) a remis à M. Sada Samaké, ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, les clefs d’un premier lot de treize véhicules sur vingt offerts par l’UA.

D’une valeur marchande d’un million de dollars américains soit 481,642,430 francs CFA, le don est composé de treize (13) camionnettes pick-up, quatre (4) ambulances et trois (3) camions.

Ce don contribuera, entre autres, au renforcement des capacités des Forces de défense et de sécurité de la République du Mali (FDSM).

Mardi 15 Juillet  2014 : Echange de 86 prisonniers

Le gouvernement  et les groupes armés du nord du Mali ont procédé à un échange de 86 prisonniers, signe de bonne volonté à la veille de l’ouverture de négociations de paix à Alger.

Soldats et policiers libérés qui avaient été capturés après des combats ayant opposé à Kidal du 17 au 21 mai l’armée aux hommes du Mouvement national de libération de l’Azawad, du Haut conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA, au sein duquel sont recyclés d’ex-jihadistes) et du Mouvement arabe de l’Azawad (MAA) sont arrivés à l’aéroport de Bamako par vol spécial, où ils ont été accueillis par le Premier ministre Moussa MARA.

Dans le même temps, toujours à l’aéroport, 41 Touareg capturés lors de patrouilles des forces de défense et de sécurité dans le nord du Mali, ont été remis en liberté.

15 juillet 2014 : IBK reçoit Timbuktu Renaissance

Le Président IBK, a reçu en audience dans l’après-midi l’association américaine Timbuktu Renaissance qui oeuvre dans le domaine de la culture, singulièrement pour la renaissance et le rayonnement de la Cité des 333 saints.

Cette rencontre avec le Chef de l’Etat s’inscrit dans le cadre du Projet  « Tombouctou Renaissance » piloté par le Groupe d’action « Timbuktu renaissance » conformément à l’esprit de Doha.

Mercredi 16 Juillet  2014 : Enfin à la table des négociations

Le gouvernement  et les représentants des séparatistes ont entamé à Alger des négociations de paix délicates destinées à mettre fin à plusieurs décennies de violences dans le nord du pays. Au préalable, les deux camps se sont livrés à un geste de bonne volonté sous la forme d’un échange de prisonniers : 42 rebelles contre 45 soldats.

A l’ouverture de la réunion dans un hôtel de la capitale algérienne, le ministre des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop, a salué «la décision historique des frères des mouvements du nord du Mali d’inscrire leurs actions dans le cadre du dialogue en vue de la recherche d’une paix durable».

Mercredi 16 Juillet 2014 : IBK reçoit Jean-Yves

Le DRIAN Le Président IBK a reçu en fin d’après-midi en audience le ministre français de la défense, Jean-Yves Le DRIAN, en visite dans notre pays dans le cadre de la signature du Traité de coopération en matière de défense entre le Mali et la France. Le Président de la République a réitéré sa ferme condamnation de l’attaque suicide dont a été victime l’opération Serval, et ses condoléances au peuple français et à la suite de la mort tragique de l’adjudant-chef  Dejvic NIKOLIC, 9ème soldat français tué en territoire malien depuis le 11 janvier 2013.

Vendredi 18 Juillet  2014 : Un Casque bleu blessé à Kidal

À Kidal, il est 8h à proximité du camp de la MINUSMA, un véhicule de la Mission transportant des ingénieurs des contingents sénégalais et cambodgien de la MINUSMA a été touché par le déclenchement d’un engin explosif improvisé. Un Casque bleu a été blessé et évacué à Gao pour traitement médical. Le Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies et Chef de la MINUSMA, M. Albert Koenders, condamne dans les termes les plus fermes cette nouvelle attaque sur le personnel de la Mission.

Vendredi 18 Juillet  2014 : L’UA salue le lancement des pourparlers

La présidente de la Commission de l’Union africaine (UA), Nkosazana Dlamini-Zuma, a salué le lancement à Alger de la première phase du dialogue ouvert inter-malien, qui doit se poursuivre jusqu’au 26 juillet.

Mme Dlamini-Zuma a appelé les parties prenantes au Mali à saisir l’opportunité que représentent les pourparlers d’Alger pour ouvrir un dialogue franc et ouvert dans la perspective de trouver une solution négociée et consensuelle à la crise actuelle dans le cadre du respect de la souveraineté, de l’unité et de l’ intégrité territoriale du Mali.

Vendredi 18 Juillet  2014 : Al Mourabitoune revendique l’attentat du 14 juillet

Le groupe islamiste Al Mourabitoune de Mokhtar Belmokhtar a revendiqué l’attentat suicide au cours duquel un militaire français avait été tué, le 14 juillet, dans la région d’Al-Moustarat.

Abou Aassim El-Mouhajir, se présentant comme porte-parole de cette faction d’Al-Qaïda au Maghreb Islamique affirme que «L’attentat a été une réponse adressée aux Français qui prétendent avoir anéanti les forces jihadistes et réussi l’opération Serval».

Mardi 22 Juillet  2014 : Quête d’une feuille de route

Les négociations entre groupes armés du Nord du Mali et les autorités de Bamako qui ont débuté mercredi 16 juillet à Alger, se poursuivent. L’enjeu des discussions, qui doivent durer jusqu’à la fin de la semaine, est de se mettre d’accord sur la feuille de route et le cadre des futures négociations en vue d’un futur accord de paix. Un accord de paix d’ici la fin de l’année, et une base de travail commune, c’est ce que prévoit notamment l’accord de Ouagadougou. Le consensus qui se dessine après cinq jours de discussions semble mince face au principal point de blocage.

Mercredi 23 et Jeudi 24 juillet 2014 : Le Président IBK consulte les Maliens

Dans le cadre de la recherche d’une solution juste, équitable et durable au douloureux problème du Nord de notre pays, et en droite ligne de l’Accord préliminaire de Ouagadougou du 18 juin 2013 et de l’offre de médiation de l’Algérie, le Gouvernement  a dépêché une mission à Alger pour conduire des pourparlers inclusifs inter-maliens avec les groupes armés.

A la veille de la fin du premier round de ces pourparlers, le Président IBK initie une large consultation des Institutions de la République, des Corps constitués et des différents segments du corps social.

Ces rencontres visent à un partage d’informations pertinentes sur le processus et à requérir les avis et suggestions des interlocuteurs du Président de la République.

Mercredi 23 Juillet  2014 : 75 millions de dollars pour les opérations humanitaires

La Secrétaire générale adjointe des Nations Unies aux affaires humanitaires, Valérie Amos, a annoncé que 75 millions de dollars ont été alloués du Fonds central d’intervention des Nations Unies (CERF) pour soutenir les opérations d’aide humanitaire dans le Sahel et la Corne de l’Afrique.

Les fonds serviront à financer les interventions humanitaires dans 11 pays qui ont été sélectionnés sur la base d’un examen global des opérations d’aide qui sont confrontés à des déficits de financement.

Jeudi 24 juillet 2014 : IBK rencontre les chefs de partis politiques

Dans le cadre des larges concertations qu’il a entamées avec les forces vives du pays depuis plusieurs semaines, le Président IBK a rencontré, dans la salle des banquets du palais de Koulouba, les présidents de plusieurs partis politiques.

Au rendez-vous, il y avait entre autres, Dr Oumar Mariko de SADI, Blaise Sangaré de la CDS, Tiébilé Dramé du PARENA, Ousmane Ben Fana Traoré du PCR, Modibo Sidibé des FARE Anka Wuli, Bocar Moussa Diarra de l’UM-RDA Faso Jigi, Amadou Koïta du PS Yelen Kura, Salikou Sanogo de l’URD, Mamadou Kassa Traoré du MIRIA, Almamy Sidiki Coulibaly de l’ADP-Maliba, Mme Dandara Touré du PDES, Boulkassoum Haïdara, Mme Kéita Rokiatou N’Diaye, Nancoman Kéita, tous les trois du RPM, Tiémoko Sangaré de l’ADEMA, Me Mountaga Tall du CNID-FYT, Amadou Soulalé de FAMA, Yéah Samaké du PACP, Ismael Sacko du PSDA, Bandiougou Diawara de l’APDM-Equité, Konimba Sidibé du MODEC

Jeudi 24 juillet 2014 : Pas de laïcité, pas de dialogue

Dans le cadre des larges concertations qu’il a entamées avec les forces vives du pays depuis plusieurs semaines, le Président IBK, a particulièrement insisté sur la volonté du HCUA  « d’ôter le mot laïcité  » du premier document élaboré. Toute chose à laquelle la délégation gouvernementale s’est énergiquement opposée. Et IBK de demander à la classe politique de servir de relais au sein de l’opinion pour un  «  niet catégorique  » à cette dangereuse velléité d’islamisation du Mali millénaire, qui se satisfait fort bien d’un islam modéré.

Jeudi 24 Juillet  2014 : Gouvernement et rebelles établissent une feuille de route

Le gouvernement et les rebelles du nord ont signé un accord qui établit une feuille de route destinée à parvenir à une paix durable après plusieurs décennies de violences. Les deux délégations ont apposé leur signature au terme d’un peu plus d’une semaine de pourparlers à Alger. La feuille de route dresse la liste des prochaines étapes dans les négociations qui doivent en théorie aboutir à un accord définitif. Les groupes signataires sont : le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), le Haut Conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA) et le Mouvement arabe de l’Azawad (MAA), le Mouvement arabe de l’Azawad-dissident (MAA-dissident), la Coordination pour le peuple de l’Azawad (CPA) et la coordination des mouvements et fronts patriotiques de résistance (CMFPR).

Jeudi 24 Juillet 2014 : Crash de l’avion algérien

L’accident s’est produit moins d’une heure après le décollage, alors que l’avion affrété par Air Algérie auprès d’une société espagnole reliait Ouagadougou à Alger, avec à son bord 118 personnes, 112 passagers – dont 54 Français et 23 Burkinabè – et six membres d’équipage.

Aucune des 118 personnes n’a survécu à la catastrophe, mais une boîte noire retrouvée au milieu des débris de l’avion désintégré aidera à déterminer les causes de sa chute.

Les débris de l’appareil, un McDonnell Douglas MD83, ont été repérés le soir par un hélicoptère de l’armée burkinabè dans la zone de Gossi, proche de la frontière avec le Burkina Faso.

Vendredi 25 juillet 2015 : IBK et Blaise à Gossi

Les Présidents malien Ibrahim Boubacar Keïta et burkinabè Blaise Compaoré se sont rendus à Gossi où 118 personnes ont péri dans le crash d’un avion d’Air Algérie. IBK est accompagné de ses ministres des Transports et de la Défense tandis que Blaise s’y est rendu en compagnie de Fleur Pellerin, secrétaire d’Etat aux Français de l’étranger.

Vendredi 25 juillet 2014: «étroite coopération» entre la France et le Mali

Le Président François Hollande a convenu avec son homologue Ibrahim Boubacar Keïta de «travailler en étroite coopération» pour élucider les circonstances du crash de l’avion d’Air Algérie.

Lors d’un entretien téléphonique, les deux dirigeants sont «convenus de mettre en place une étroite coopération pour établir la vérité sur la tragédie du vol AH5017, faciliter l’enquête et assurer dans les meilleures conditions le rapatriement des corps des victimes».

Le chef de l’Etat français a également remercié son homologue pour «la collaboration» du Mali dans la «sécurisation du site où l’épave a été localisée».

Samedi 26 juillet 2014 : IBK reçoit le ministre algérien des Transports

Le Mali est “concerné autant” que l’Algérie par le crash de l’avion de la compagnie espagnole Swiftair affrété par Air Algérie et qui assurait la liaison Ouagadougou-Alger, a indiqué, le Président IBK, au terme de l’audience qu’il a accordée au ministre des Transports, Amar Ghoul, envoyé spécial du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, auprès des autorités du Mali et du Burkina Faso suite à ce crash.

  1. Ghoul est accompagné d’une équipe multidisciplinaire, notamment des représentants de l’Armée nationale populaire, de la police scientifique, du PDG d’Air Algérie et du directeur général de la navigation aérienne. Le Président IBK a ajouté, dans ce cadre, que «ce qui devra être fait le sera», en partenariat avec les différents pays, notamment l’Algérie, la France et le Burkina Faso, pour élucider les circonstances de cet accident.

Lundi 28 Juillet  2014 : L’ONU appelle à la mise en oeuvre de la feuille de route

Le Conseil de sécurité de l’ONU a appelé toutes les parties prenantes au Mali à mettre pleinement en oeuvre une feuille de route consensuelle pour la paix adoptée récemment lors du dialogue inter-malien dans le cadre du processus d’Alger.

«Le Conseil de sécurité souligne qu’il importe que les négociations soient crédibles et ouvertes à toutes les communautés du nord du Mali, l’objectif étant d’obtenir un règlement politique durable de la crise et une paix et une stabilité à long terme dans l’ensemble du pays, dans le respect de la souveraineté, de l’unité et de l’intégrité territoriale de l’État malien» indique la déclaration.

Lundi 28 Juillet  2014 : Un ancien responsable du Mujao arrêté

Un ancien responsable du groupe islamiste armé Mujao à Gao, dans le nord du Mali, a été arrêté dans la nuit de lundi à mardi par les militaires français de l’opération Barkhane et transmis ensuite aux autorités.

Yoro Ould Daha était responsable de la police islamiste à Gao pour le compte du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’ouest (Mujao) pendant l’occupation. Il a été arrêté dans la nuit de lundi à mardi dans le nord du Mali.

Mercredi 30 Juillet  2014 : L’Amérique ne veut pas s’engager militairement sur le Continent

Les États-Unis ne veulent pas s’engager militairement en Afrique pour régler les conflits du continent, mais entendent renforcer leur aide aux forces internationales de maintien de la paix, a indiqué une haute responsable américaine, avant un sommet sans précédent USA/Afrique à Washington.

Mercredi 30 juillet 2014 : IBK rend hommage aux anciennes gloires du sport

Le Président IBK, a rendu hommage aux anciennes gloires du sport malien à travers un dîner Gala organisé dans la salle de banquet du Centre international de conférence de Bamako, en présence du Premier ministre Moussa MARA, du Ministre des Sports Housseini Amion GUINDO et plusieurs invités de marque.

Le doyen des récipiendaires a, a nom de tous, remercié le Chef de l’État pour le geste qui a permis de réunir, en une soirée et dans la même salle, de nombreux sportifs qui étaient tombés dans l’oubli et dans l’anonymat.

Jeudi 31 juillet 2014 : le PM fait le tour des institutions

Dans sa volonté d’assurer la plus large diffusion possible des conclusions des pourparlers d’Alger, le Premier ministre Moussa Mara, sur instruction du Président de la République, a entamé une visite d’information auprès des institutions de la République.

Jeudi 31 juillet 2014 : Le ministre de la Défense rencontre les généraux

Le ministre de la Défense et des Anciens combattants a tenu une réunion d’information avec les généraux de l’armée malienne. Ils étaient une quarantaine à répondre présents à l’Ecole de maintien de la paix Alioune Blondin Bèye. Il s’agissait pour Bah N’Daw de prendre contact avec les intéressés après sa prise de service.

Les sujets évoqués avaient trait à la réforme de l’armée, la signature du Traité de coopération en matière de défense avec la France, le processus de négociations d’Alger.

Jeudi 31 Juillet 2014 : Arrivée du 2e contingent nigérien

Un premier convoi du deuxième contingent nigérien engagé au Mali, composé d’une vingtaine de véhicules transportant plusieurs centaines de soldats nigériens, a quitté Niamey pour le Mali, dans le cadre de la Mission multidimentionnelle intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali (Minusma).

Le deuxième contingent comprend au total 850 officiers, sous- officiers et hommes de rang de l’Armée, de la Gendarmerie, de la Garde nationale et des sapeurs-pompiers, et restera un an au Mali. Ils ont subi un entrainement intense de 45 jours à Ouallam (100 km, au nord de Niamey), sur les opérations de maintien de la paix conformément aux dispositions des Nations Unies.

Ce nouveau contingent sera déployé dans les villes de Gao, Ansongo et Ménaka, pour remplacer les militaires nigériens en mission dans cette zone depuis août 2013.

Jeudi 31 Juillet 2014 : la croisade contre la fraude des engrais se poursuit

Le ministre du Développement rural, le Dr Bokari Tréta, accompagné d’une forte délégation, s’est entretenu au gouvernorat de la Sikasso avec les cadres des services relevant de son département, ceux de l’Economie et des Finances, du Commerce et le représentant de la Chambre régionale d’agriculture de Sikasso.

La visite de Bokari Tréta avait deux objectifs majeurs : faire le point de la campagne agricole 2014-2015 qui suscite les inquiétudes légitimes des producteurs en raison de la rareté des pluies dans certaines zones de la région et des cas de fraude signalés sur les engrais. Une importante quantité de ces engrais a, en effet, été saisie par les directions régionales des douanes et du commerce et de la concurrence.

Le point d’orgue de la rencontre a été la distribution d’engrais subventionnés.

Le ministre Tréta, on se rappelle, avait fermement mis en garde contre toute fraude sur les engrais subventionnés et donné l’assurance que des sanctions tomberont sur tout contrevenant à la mesure.

Jeudi 31 Juillet 2014 : huis clos autour des pourparlers d’Alger

Après leur retour d’Alger les ministres qui étaient présents aux pourparlers sont entendus par l’Assemblée nationale. Les membres du Gouvernement vont devoir expliquer tous les contours de ces négociations aux élus de la Nation.

Il s’agit en premier lieu du ministre des Affaires Etrangères, de l’Intégration Africaine et de la Coopération Internationale, du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, de celui de la Décentralisation et de la Ville et de celui en charge de la Reconstruction des Régions du Nord. Ils devront donner des informations claires aux députés concernant tout le processus de ces négociations inter-maliennes.

Jeudi 31 juillet 2014 : L’UNTM dépose un préavis de grève

L’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM) a déposé un préavis de grève générale de 48 heures, à compter du 20 août 2014 à partir de minuit. La centrale syndicale a été saisie par le gouvernement, aux fins de désignation de ses membres de la Commission de conciliation.

L’UNTM a motivé son préavis de grève par le manque de volonté du Gouvernement et du Conseil national du patronat du Mali à donner une suite à ses revendications. « Ces revendications remontent d’une part au protocole CNPM-UNTM-GOUVERNEMENT en date du 2 octobre 2011 et de nos nouvelles revendications issues de notre 12ème Congrès Ordinaire », a indiqué le préavis de grève.

Jeudi 31 juillet 2014 : Les Onze Créateurs remportent leur première Coupe du Mali

Les Onze Créateurs ont remporté la Coupe du Mali de football en battant le Djoliba par 1-0 (mi-temps 0-0), en finale disputée à Bamako, remportant ainsi leur première Coupe du Mali.

La finale, placée sous le signe de «la paix et la réconciliation nationale», s’est déroulée en présence du Président IBK et a été dirigée par un trio arbitral croate.

Rassemblés par la Rédaction

 

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *