Kidal: Cheick Ag Aoussa tué dans l’explosion de sa voiture

1

Le chef des opérations militaires du Haut Conseil pour l’Unité de l’Azawad (HCUA) et de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), Cheick Ag Aoussa, a trouvé la mort, avant-hier samedi 8 octobre, aux environs de 19 heures, dans l’explosion de sa voiture à Kidal.

Selon des informations recueillies sur place à Kidal, Cheick Ag Haoussa revenait d’une réunion au camp de la MINUSMA avec les forces armées étrangères (MINUSMA-BARKHANE) et de l’Etat-major des groupes armés. Une réunion qui a regroupé outre les éléments du HCUA (Cheick Ag Aoussa et son fils), des membres du MAA et du MNLA. Les Famas et la Plateforme étant autour de la table kidaloise persona non grata…
Selon la seule version qui circule, celle de la CMA, Cheick Ag Aoussa, qui dit s’être arrêté aux abords de la base pour prier, quelques instants après avoir repris la route, était le dernier à regagner son domicile à bord de son véhicule 4×4 double cabine, lorsqu’une explosion a totalement calciné sa voiture. Il est tué sur le coup.
Accident ou attentat ? Si la Région est truffée de mines, la CMA privilégie la thèse de l’attentat.
Selon Ibrahim Handa, un chef militaire de la CMA qui dit être témoin de la scène : “J’ai vu la voiture exploser. Elle a explosé en route. Et ce qui a explosé était à l’intérieur, et pas en dessous de la voiture.”
On comprend dès lors, comment et pourquoi Almou Ag Mohamed le porte-parole de la CMA dénonce lui un « assassinat ciblé », sur la base d’informations données par les membres de la CMA sur place, et notamment les autres participants à la réunion. Selon Almou Ag Mohamed, ces derniers auraient constaté la présence des restes d’un engin explosif sur la carcasse du véhicule du défunt.
C’est pourquoi la CMA qui se garde bien d’accuser le Niger qui l’avait indexé comme faisant partie des assaillants qui avaient massacré 22 de ses soldats, le mercredi, réclame une enquête indépendante pour que toute la lumière soit faite sur la mort de Cheick Ag Aoussa.
Chef des opérations militaires du Haut Conseil pour l’Unité de l’Azawad (HCUA) et de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) autrement dit chef d’état-major général, Cheikh Ag Aoussa était numéro 2 du Haut Conseil pour l’unité de l’Azawad.
Grand dignitaire de la CMA, Cheick Ag Aoussa reste une figure contestée de la Rébellion : commanditaire, planificateur et exécuteur du Massacre d’Aguelhok, Cheick Ag Aoussa avait été pendant longtemps le bras droit d’Iyad Ag Ghali, leader du groupe terroriste Ansar Dine, avant de rejoindre le HCUA et d’être un notable de la CMA.
Sa mort pourrait compliquer la donne à Kidal et attiser les tensions et les règlements de compte.

Par Abdoulaye OUATTARA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *