LA CMDT – le nouveau PDG et les travailleurs: les vérités du ministre Denon

5

Passer d’une CMDT de clan à une CMDT d’équipe solide et compacte où la divergence, la crainte, l’inquiétude et l’angoisse des travailleurs s’estompent pour laisser place à la confiance pour plus de résultats, mais surtout à la loyauté envers le nouveau PDG dans l’exercice de la mission à lui confiée par les hautes autorités, tel était le message clé et le langage de vérité que le ministre de l’Agriculture, Kassoum DENON, a tenu à livrer, vendredi dernier, aux directeurs des filiales, directeurs centraux, chefs de services et division de la Compagnie malienne de développement du textile (CMDT). Une rencontre d’échanges qui s’est tenue dans la Salle de conférence de la DFM du département.

« Quand l’heure de la vérité sonne, les sentiments doivent se taire ». Voilà qui colle parfaitement bien à la rencontre initiée entre le ministre de l’Agriculture, Kassoun DENON et les directeurs des filiales, les directeurs centraux, les chefs de services et de division de la CMDT autour des difficultés auxquelles la société est confrontée ainsi que les défis et les enjeux à relever.
En voulant cette discussion, le chef du département, entouré pour la circonstance du nouveau Secrétaire général du département, du président directeur général de la CMDT, nouvellement promu et son adjoint, du président et du secrétaire général du SYNAPRO (la section syndicale de la filière coton de la CMDT), entendait échanger avec toute la quintessence des travailleurs de la société cotonnière, mais surtout donner des orientations et essayer de les mettre ensemble en vue de construire un collectif, un bloc ou encore une équipe solide et compacte derrière le nouveau PDG, l’ancien ministre Baba BERTHÉ qui vient d’être promu à ce poste, il y a juste deux semaines, mais dont la nomination a suscité des inquiétudes, des craintes et d’appréhension au sein des travailleurs de la CMDT.
Préoccupations légitimes de ces derniers au regard de l’instabilité institutionnelle dans leur boite (succession de plusieurs PDG dans un laps de temps), mais démarche responsable du ministre Kassoum DENON qui, en cette période de lourde atmosphère au sein du géant cotonnier, a tenu à apaiser les esprits des uns et des autres, face à un principe immuable de l’Administration : l’alternance et le changement à la tête des structures.
En s’acquittant de ce devoir et de cette responsabilité, le ministre de l’Agriculture, qui n’a pas aussi passé par mille chemins pour cracher ses quatre vérités, a d’abord rappelé l’importance stratégique de la CMDT pour l’économie nationale. Si cette importance n’est plus à démontré pour un pays continental qu’est le nôtre et essentiellement tourné vers l’Agriculture, il a fait remarquer que le coton constitue le deuxième produit d’exportation après l’Or. Ce qui donne à la CMDT toute la place qui est la sienne dans le développement économique du pays, mais aussi son rôle éminemment stratégique pour le Gouvernement. Voilà pourquoi il a exhorté ses interlocuteurs du jour à s’en convaincre de cette réalité et de ne pas perdre de vue que la CMDT, leur entreprise, est un outil précieux qu’ils se doivent de s’approprier et de prendre soin comme les prunelles de leurs yeux.
Se remémorant de tout ce que la Compagnie malienne pour le développement du textile a fait dans le passé et les défis nombreux auxquels elle fait face aujourd’hui, le ministre DENON a appelé à la responsabilité de l’ensemble des travailleurs et travailleuses de la société.
« Ces défis doivent nous interpeller tous », a déclaré le premier responsable du département, très nostalgique de cette CMDT d’hier qui a été un modèle intégré, holistique et un laboratoire de développement rural.
Si cette rencontre des cadres visait à donner des orientations claires pour la bonne marche de la société, un autre objectif était aussi de rassurer la crème des travailleurs tout en les invitant à se débarrasser de leur angoisse, de leur inquiétude après le changement opéré à la tête de leur entreprise. De ce fait, c’est un ministre rassurant, c’est un responsable réconfortant qui a renouvelé toute sa pleine et entière confiance aux travailleurs ainsi que son soutien et son accompagnement dont il dit qu’ils ne leur seront pas défaut.
« Si tous les travailleurs, à quel qu’échelon que ce soit arrivaient à mesurer l’importance de la CMDT, elle allait se porter mieux qu’elle ne l’est aujourd’hui. C’est pourquoi cette rencontre vise à vous rassurer au nom du Président de la république et du Premier ministre et vous demandez de jouer enfin collectif au sein de votre entreprise autour du nouveau PDG. Et si vous jouez ce jeu, vous allez gagner. Car, non seulement vous allez rationnaliser la gestion de la société mais aussi vous allez minimiser les risques », a schématisé le ministre DENON qui, dans un langage de vérité, a invité ses interlocuteurs du jour, à un sursaut patriotique en jouant le jeu qui est les sien dans le système.
« Il faut que vous sachiez que la CMDT est une famille. Si ce ne pas le cas, elle doit l’être comme ce fût dans le passé. Arrêtez les animosités entre vous. Il faut vous donner la main. Le peuple vous regarde. Le président de la république vous tient à l’œil. Moi en tant que votre ministre vous avez mon soutien total. La mission pour laquelle le nouveau PDG a été donné nous la connaissons tous. Et l’homme aussi est connu de tous pour avoir été ministre de l’Agriculture. Je pense que si cette équipe CMDT se construit, je suis sûr et certain que la croissance et la prospérité seront au bout de l’effort », a martelé ministre DENON en guise de remonter le moral de ses troupes pour l’atteinte des objectifs fixés cette année qui est 650 000 tonnes de coton graines.
Et le ministre d’exhorter ces responsables relevant de son département à se soustraire d’un quelconque « clan » et/ou de « moi-même » pour se retourner résolument vers l’intérêt exclusif de la CMDT.
En tout cas, c’est de cela qu’il a vivement conseillé l’ensemble des acteurs tout en insistant beaucoup sur l’esprit d’équipe, sur la coordination, l’harmonie et l’attente entre tous les travailleurs au bénéfice d’eux-mêmes et de l’entreprise commune. Mais cela, a-t-il rappelé, ne peut se réaliser sans la sincérité, sans la loyauté et sans l’humilité des uns et des autres envers le nouveau patron. « Autant vous avez servi les PDG qui se sont succédé, autant le même service est demandé pour le nouveau qui vient de prendre fonction », a-t-il martelé.

Par Mohamed D. DIAWARA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *