Search
lundi 22 octobre 2018
  • :
  • :

la Minusma et la stabilisation du pays: 340 patrouilles, 180 check-point tenus et 46 escortes sécurisées

La MINUSMA a animé, hier jeudi 7 avril, son point de presse hebdomadaire pour faire un récapitulatif sur ses activités menées durant la semaine écoulée et informer sur celles dont elle se projette de faire très prochainement. Les conférenciers étaient le porte-parole de la mission, Olivier SALGADO et le Commissaire adjoint de l’UNPOL, le Colonel Jean Frédéric Sellier.

Le porte-parole de la MINUSMA, M. SALGADO, a résumé les dernières activités de la mission tout en se focalisant sur les points essentiels du rapport du Secrétaire général adjoint pour les questions de maintien de la paix dans notre pays, Monsieur Hervé Ladsous, présenté aux membres du Conseil de Sécurité des Nations Unies, le 5 avril.
Le conférencier a rappelé que dans ledit rapport, M. LADSOUS a souligné la création de deux nouvelles régions au Mali (Taoudéni et Ménaka) officialisées le 19 janvier dernier, ainsi que l’adoption par l’Assemblée nationale, le 31 mars, de la loi sur la modification du Code des collectivités territoriales et du décret sur les modalités de mise en place des autorités intérimaires dans les collectivités territoriales.
Il a également indiqué que dans son rapport, M. LADSOUS a souligné que 10 mois après la signature de l’Accord de paix, les avancées sur le volet défense et sécurité demeuraient trop lentes au regard des enjeux sécuritaires dans le nord de notre pays. Tout en insistant sur la confiance entre les parties qui doit être davantage consolidée et appelant le Gouvernement et les groupes armés signataires à la création des conditions nécessaires à la mise en œuvre de toutes les mesures de l’Accord.
Selon le conférencier, le Secrétaire général adjoint pour les questions de maintien de la paix, dans notre pays, a appelé les groupes armés à fournir sans plus tarder les listes de leurs représentants au sein des Commissions d’intégration et de DDR, ainsi que les listes de leurs combattants censés être enrôlés dans le processus de cantonnement.
« M. Ladsous a insisté sur les conditions sécuritaires alarmantes qui persistent au Mali et a rappelé que les retards dans la mise en œuvre de l’accord de paix comme l’insécurité ont une incidence sur les conflits intercommunautaires. Il a rappelé l’importance d’accorder une attention particulière aux conditions sécuritaires dans l’ensemble de la sous-région, notamment à la suite des attentats de Ouagadougou et Grand Bassam », a affirmé le porte-parole de la MINUSMA.
Par ailleurs, dira-t-l que Hervé LADSOUS a salué l’initiative de la Chine d’organiser, le 25 avril prochain, un débat au sein du Conseil de sécurité sur la consolidation de la paix en Afrique de l’ouest qui devrait permettre de réfléchir aux moyens de répondre de façon coordonnée aux nouvelles menaces à la paix et la sécurité dans la sous-région.
Le conférencier Olivier SALGADO a également passé en revue la célébration de la journée internationale de lutte anti mines ; les attaques qui ont visé la mission onusienne ces derniers temps ; la visite au nord de notre pays de la Commission sécurité de l’Assemblée nationale ; les patrouilles effectuées par les forces de la MINUSMA en collaboration avec les Forces de sécurités maliennes, les activités de la direction de la MINUSMA, l’adoption de la loi sur la mise en place des autorités intérimaires au nord…
Le directeur par intérim de l’UNPOL, le Colonel Jean Frédéric Sellier, a expliqué les activités opérationnelles de la Police des Nations Unies. Il a noté que sur le plan opérationnel, la Force a effectué sur la semaine qui vient de s’écouler 340 patrouilles, tenu 180 check-points et sécurisé 46 escortes.
Au titre des projets au bénéfice des populations, l’on retient avec M. SELLIER que des projets à impact rapide ont été concrétisés tandis que 11 projets sont en cours de réalisation. Jean Frédéric SELLIER a informé que l’UNPOL a réhabilité 4 armureries à Bamako et des commissariats équipés.
Dans le domaine de la formation, le responsable de l’UNPOL a noté que 87 membres de la Police, de la Gendarmerie nationale, de la Garde nationale, des administrateurs pénitentiaires, et eaux et forêts ont été formés à la détection de documents falsifiés, trafic de stupéfiants et en gestes techniques professionnels en intervention.
Comme prévision en termes de formation (2016-2017), il a informé que les forces de défense et de sécurité de notre pays bénéficieront des formations sur la lutte contre la criminalité organisée et contre le terrorisme. Aussi, ajoute-t-il, les polices juridique, technique et scientifique seront formées et que des formations seront également destinées aux commandants d’unités élémentaires.

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *