Search
lundi 16 octobre 2017
  • :
  • :

L’armée Malienne: la recherche de ses marques

L’armée malienne célèbre demain, mardi 20 janvier 2015,  le 54è anniversaire de sa création. Une armée qui  est aujourd’hui à la croisée de chemins, et pour laquelle, le Président de la République, Ibrahim Boubacar KEITA, a annoncé une somme de plus de 514 milliards de FCFA  pour améliorer  sa capacité opérationnelle. Sa formation, par l’EUTM en cours, est une chance et ouvre des belles  perspectives….

A l’issue du Conseil supérieur de la défense nationale,  tenu le 22 décembre dernier à Koulouba, le Chef de l’Etat et Chef suprême des armées, Ibrahim Boubacar KEITA, a annoncé un budget de 514 692 044 850 FCFA pour l’amélioration de la capacité opérationnelle des unités combattantes, le soutien logistique et  l’appui à la mobilité. Une aubaine pour les forces de défense et de sécurité du Mali, engagées dans la lutte contre le terrorisme et le narcojihadisme, qui écument la bande sahélo-saharienne, dont notre pays est au cœur. Le processus de modernisation et de restructuration de l’armée malienne est  l’une des priorités du Président IBK.

Le programme, qui s’étale sur une période de cinq ans, permettra aux forces armées d’acquérir des capacités  leur permettant  d’exécuter pleinement leurs missions à travers l’amélioration du cadre de vie et de travail du personnel et du commandement.

Au cours de la rencontre,  le Conseil  a approuvé les travaux de réforme des forces armées maliennes avant d’adopter l’avant-projet de politique de défense et de sécurité nationale, ainsi que l’avant-projet de Loi d’orientation et de programmation militaire.

Le projet de politique de défense et de sécurité nationale envisage un cadre d’ensemble dont il définit les objectifs.  Cette politique se décline en concept d’emploi des forces (CEF) et en Loi d’orientation et de programmation militaire (LOPM).

Le Conseil a en outre décidé de l’approfondissement du projet de politique de défense et de sécurité  nationale en l’élargissant particulièrement aux dimensions non militaires.

Rappelons que pendant la campagne présidentielle, le candidat Ibrahim Boubacar KEITA avait promis de reconstituer une capacité de défense et de surveillance du territoire national  en  faisant adopter une Loi d’orientation et de programmation militaire. Laquelle loi devra prévoir pour les cinq  ans à venir les besoins indispensables pour remettre à niveau l’appareil de défense du Mali et lui permettre de faire face aux nouveaux défis. Cela, à travers une hausse importante des moyens donnés au budget de la défense.

En clair pour IBK, il s’agit de rendre l’armée plus compétitive en la dotant des capacités opérationnelles conformes pour l’accomplissement de sa mission de défense de l’intégrité territoriale.

Le président de la République est décidé à refonder une armée moderne et efficace à un moment où les questions de sécurité deviennent une très grande priorité dans la sous-région. En témoigne la rencontre de Dakar sur la sécurité dans la bande sahélo-saharienne et celle du G5, tenue récemment en Mauritanie. Ces deux rencontres ont pour objectif de  lutter contre le narcojihadisme et les crimes organisés.

L’ambition est de faire de notre armée, une armée républicaine qui résistera face à n’importe quel défi. En tout cas, le président IBK rêve à redonner aux descendants de Soundiata, de Tieba, de Babemba, des Askia, de Firhoun, de Koumi Diossé, d’Ambodedio… l’honneur et la dignité à travers les forces de défense et de sécurité. 

‘’Je veillerai désormais à sauvegarder notre peuple, en ses personnes et ses biens. La vie du Malien vaudra désormais son prix inestimable. Aussi voudrais-je ici, solennellement, engager tous ceux qui ont mission et vocation à protéger et sauvegarder notre peuple, à s’acquitter très consciencieusement de leurs missions.’’ avait déclaré le Président IBK, dans son discours d’investiture au CICB.

‘’Armée déliquescente ; moyens vétustes et insuffisants ; formations lacunaires ; interférences néfastes dans la chaîne de commandement ; corruption ; patriotisme vacillant ; replis tactiques sur replis tactiques ; revers humiliants ; pays occupé aux deux tiers ; tribunaux des envahisseurs pour amputer, lapider, flageller ; exils massifs de nos compatriotes qui n’acceptaient pas les traitements infrahumains.

Un bilan désastreux : La réforme structurelle est en œuvre.

Je veillerai personnellement à sa conduite pour qu’elle atteigne son point d’achèvement. À savoir, cette belle ambition de restructurer les forces armées et les services de sécurité, en vue d’en faire des forces républicaines, respectueuses de l’État de droit, dédiées à la sécurité et à la protection du citoyen malien et de ses biens. D’en faire le rempart de la démocratie, au lieu d’être son ventre mou. Il s’agira alors d’engager, sur des bases consensuelles, une profonde réforme structurelle, pour assainir et organiser l’environnement de notre sécurité.

De celle-ci nous devons maîtriser les paramètres majeurs.

Et notre défi immédiat de génération est de ramener l’outil à une taille malienne qui réponde à nos besoins pressants de reconquête totale et de contrôle souverain du territoire national.

De tout le territoire national. De chaque centimètre carré du territoire national. Ni enclave, ni zone grise, mais le Mali dans ses frontières  internationalement reconnues et respectées. D’où la réorganisation engagée  visant, à très court terme, à doter nos armées et services, des capacités indispensables’’ avaient promis le chef suprême des armées, lors de la célébration du 53è anniversaire des FAMA.

Par Hamidou TOGO

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *