Search
mercredi 28 juin 2017
  • :
  • :

L’AFD-Mali sur les fonts baptismaux: « personne ne nous amènera à douter de l’honorabilité du chef de l’Etat »

L’Alliance des forces démocratiques (AFD-MALI), un rassemblement de 15 partis politiques et de 2 associations, tous membres de la majorité présidentielle, a été portée sur les fonts baptismaux, le dimanche dernier,  dans un hôtel de la place, par la signature d’une plateforme politique. La principale ambition de ce rassemblement est d’animer, de façon intelligente, la majorité et d’atteindre une masse critique à travers une fusion pour former un grand parti politique.

La nouvelle Alliance est présidée par Tiéman Hubert COULIBALY, président de l’UDD ; alors que le poste de secrétaire général du bureau de 9 membres est composé par le président de l’URP, le Dr Modibo SOUMARE.

Les partis politiques signataires de la plateforme sont : PDJ, AMAT, PDS, MDD, ASS, RJPM, URP, PAR, PSR, RCD, PDP, ADS, UDD, CCND, RDJ. Quant aux 2 associations signataires, elles sont : ATAM et Nouvelle Génération.

Le président de séance, en sa qualité de doyen du rassemblement, Mamadou Papa SIDIBE, a indiqué que c’était à un moment de l’histoire tumultueuse de notre pays que des partis politiques et associations ont pensé à s’unir pour relever le défi.

« Nous pensons pouvoir le faire et nous le ferons », a-t-il martelé.

Le secrétaire général, Modibo SOUMARE, a rappelé que le projet de rassemblement est en cours, depuis 2 ans. Il se fonde sur l’engagement pour l’émergence d’un Mali fort où l’intégrité territoriale, la sécurité humaine, la bonne gouvernance et la toute-puissance de l’autorité de l’Etat sont une réalité ; la certitude que la formulation d’une vision claire, l’adoption de projets pertinents et la mise en place de politiques publiques cohérentes portées et soutenues par des dirigeants convaincus et patriotes, demeurent les conditions sine qua non du développement humain durable dans tout le pays et surtout au Mali ; la conviction que le contexte socio-politique, économique et culturel actuel du Mali marqué par l’avènement d’une nouvelle gouvernance, exige des acteurs politiques et de la société civile, la fédération des efforts pour la défense et la consolidation des acquis de notre démocratie qui continue à payer le lourd tribut de crises multiformes aux conséquences graves ; la résolution pour le rassemblement de toutes les forces citoyennes et patriotiques se réclamant de la même idéologie, celle de travailler à la construction d’un Mali de Justice, de liberté et émergent ancré dans nos valeurs sociétales fondamentales ; la détermination à apporter les réponses concrètes et pertinentes aux problématiques soulevées par la diplomatie et les réalités géostratégiques.

Le Dr SOUMARE a mis en exergue la nécessité de l’exemplarité des membres de l’Alliance ; de même, a-t-il rappelé, le principe de l’intangibilité des frontières. Pour l’AFD-Mali, « aucun accord ne devrait ébranler les principes qui garantissent le vivre ensemble et la paix dans une république laïque et démocratique ».

Dans la même veine, l’Alliance indique : « Nous soutenons sans réserve le Président de la République, Son Excellence Ibrahim Boubacar KEITA,  et le Gouvernement dans cette mission combien difficile mais exaltante. Nous appelons l’ensemble de la classe politique à faire de cette question du Nord une cause commune qui dépasse les clivages et les calculs politiques. La réussite de cette mission conditionnera certainement l’application efficace du reste du programme de développement du Mali ».

Le président de l’Alliance, Tiéman Hubert COULIBALY, a rappelé que le Président IBK avait hérité des rênes du pouvoir à un moment extrêmement difficile. « Jamais un Président n’a eu de défis aussi complexes mettant en cause l’existence même du pays, dans un contexte international difficile et national fourni en contradictions », a-t-il soutenu. Une situation mise à profit par certains pour semer le doute dans l’esprit de nos compatriotes. Pour M. COULIBALY, le temps de la campagne est terminé ; c’est le temps de la gestion qui implique la défense de l’intégrité territoriale, des réformes pour faire du Mali un pays émergent. Il faut faire barrage à ceux qui veulent mettre le pouvoir sur la défensive ; au contraire doit-il passer à l’offensive, a exhorté Tiéman Hubert.

Parlant des pourparlers d’Alger, il a rassuré : « Le Président IBK sait exactement ce que veut le peuple malien. Le Président et ses collaborateurs ont un cœur à l’unisson de celui de tout le peuple malien ». Le Gouvernement acceptera des compromis ; jamais il n’acceptera la compromission, a-t-il assuré.

Parlant de la démocratie, Tiéman COULIBALY estime qu’elle doit se construire avec les forces de défense.

Il a fait en outre le constat que tous les moyens ne sont pas réunis pour que les objectifs du chef de l’Etat soient atteints. D’où, la question du financement alternatif qui est en débat au sein du Gouvernement.

Le président de la jeune Alliance est aussi convaincu que pour réussir les défis, il faut la cohésion autour du chef de l’Etat, la concentration des forces.

Malgré les difficultés, a-t-il soutenu, « personne ne nous amènera à douter de l’honorabilité du chef de l’Etat ». Il a invité à aller au-delà de la majorité parlementaire, pour s’intéresser à la majorité nationale afin que le doute ne le gagne pas.

  1. COULIBALY, à l’endroit de l’opposition a dit : « Qu’elle fasse son travail ; mais l’opposition n’est pas le procureur du Président, du chef de l’Etat. C’est le peuple qui juge et il le fera, le moment venu ».

Par Bertin DAKOUO

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *