Search
samedi 21 mai 2022
  • :
  • :

L’Agence de développement rural de la vallée du fleuve Sénégal: un bond spectaculaire dans l’aménagement des surfaces

Le lundi 16 février 2015, l’Agence de développement rural de la vallée du fleuve Sénégal (ADRS) a tenu la 4ème session de son conseil d’administration à Manantali. La cérémonie d’ouverture était présidée par Paul Coulibaly, conseiller technique au ministère du Développement rural.
La cérémonie s’est déroulée en présence du Directeur général de l’ADRS, M. Georges Keita, du maire de Manantali, Mary Dembélé, du représentant du gouverneur de Kayes et les administrateurs venus de Bafoulabé, Kayes, Kéniéba, Kita et Yélimané.
Le conseiller technique du ministère du Développement rural, Paul Coulibaly, a tout d’abord précisé que la tenue de cette session du conseil d’administration de l’ADRS à Manantali dénote de la volonté du département de placer les acteurs du processus de production au centre des actions de développement et par conséquent de la prise de décision. Selon lui, cela constitue un axe stratégique pour la mise en œuvre de la politique de son excellence Ibrahim Boubacar Keita.
Le représentant du ministre du Développement rural a rappelé que l’Agence de développement rural de vallée du fleuve Sénégal, créée par la loi N°10-012, du 20 mai 2010, est un établissement à caractère administratif dont la mission essentielle est de promouvoir de manière volontaire le développement des aménagements hydro-agricoles et la mise en valeur des terres dans la partie malienne du bassin du fleuve Sénégal. Elle doit, souligne-t-il, contribuer efficacement au développement durable de la première région administrative, en général, et du monde rural du Mali-Ouest, en particulier.
« L’agriculture constitue le socle de l’économie nationale de notre pays, c’est pour cela qu’on peut affirmer, sans se tromper, que le développement du Mali passe par le développement rural. De ce point de vue, il est très important que l’ADRS joue, dans sa zone d’intervention, un rôle de premier plan à travers la réalisation des investissements structurants et l’appui conséquent aux producteurs ruraux », a affirmé M. Coulibaly.
Le conseiller technique a réitéré l’engagement du département à assurer le rôle de catalyseur pour apporter les changements institutionnels, technologiques et économiques nécessaires au développement d’une agriculture moderne compétitive et respectueuse de l’environnement. Il se dit confiant que cette vision permettra de garantir la sécurité alimentaire et de faire du Mali une puissance agricole exportatrice de denrées alimentaires d’ici à l’horizon 2018.
« Dans cette vision, les potentialités agro-sylvo-pastorales et halieutiques de la zone d’intervention de notre agence nous donnent toutes les raisons d’envisager la promotion d’un pôle de croissance agro-industrielle dans cette région. L’ensemble des actions doivent s’inscrire en droite ligne de cette vision globale du département », a indiqué M. Paul Coulibaly.
Selon les notes techniques du conseil, l’ADRS est chargée, d’une part, la maitrise d’ouvrage déléguée de l’État pour les investissements et d’autre part, une fonction de conseil, d’appui et d’opérateur auprès des différentes catégories socioprofessionnelles et institutions chargées du développement local concernées directement ou indirectement par l’agriculture.
Comme missions, l’on retient que l’ADRS contribue au développement intégré des productions animales, végétales et halieutiques ; à la sauvegarde de l’environnement et l’amélioration des conditions socio-économiques de la population ; à l’appui des collectivités territoriales dans la mise en œuvre de leurs programmes de développement agricole ; à l’organisation et au fonctionnement efficient des dispositifs d’approvisionnement en intrants des exploitants agricoles et de leur organisation ; à coordonner et à harmoniser les investissements des ONG et les autres acteurs non étatiques avec les politiques et stratégies régionales en matière de développement rural ; à entreprendre toute action de formation, de conseil rural, à la vulgarisation agricole en vue d’une professionnalisation des exploitants agricoles et de leurs organisations ; à la collecte, au traitement et à la diffusion de l’information et des données statistiques agricoles ; à assurer au besoin, la maitrise d’ouvrage délégué des projets de développement de sa zone d’intervention ; à l’émergence et à la promotion d’un secteur privé rural professionnel et à la mobilisation des ressources financières pour la mise en œuvre des projets de développement de sa zone d’intervention.
La zone d’intervention de l’ADRS couvre la partie de la vallée du fleuve Sénégal comprise dans les cercles de Bafoulabé, Kayes, Kéniéba, Kita et Yélimané.
De sa mise en œuvre à nos jours, l’ADRS a réalisé 880 ha de grand périmètre irrigué, 75,73 ha de petits périmètres maraichers, 480 ha de périmètres irrigués villageois, 922 ha de bas-fonds, 53 forages manuels, 236 forages réhabilités, 10 CSCOM réalisés, 40 puits à grand diamètre, 21 écoles réalisées, 1 pont de 163 m de long réalisé, 154 km de piste rurale réalisés,101 000 pieds d’arbres plantés…
Au cours de cette 4ème session du conseil d’administration, les administrateurs ont examiné le procès-verbal et l’état d’exécution des recommandations de la troisième session du conseil, fait le rapport d’activités et l’état d’exécution du budget 2014 de l’agence. Enfin, ils se sont penchés sur le projet de programme d’activités assorti du budget 2015.
PAR MODIBO KONE,
Envoyé spécial à Manantali




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *